Sienna Miller : briseuse de ménages, bientôt actrice

Thomas Messias | 4 août 2009
Thomas Messias | 4 août 2009

Soyons honnêtes : la première fois que l'on a entendu parler de Sienna Miller, c'était parce qu'elle avait couché avec Jude Law dans le dos de Sadie Frost. Considéré comme un couple modèle par le peuple britannique (Law aimant insister en interview sur l'aspect délicieusement routinier de leur vie de famille), le tandem Frost - Law implosa sous les coups de celle qui fut alors considérée comme la pire trainée du pays, remplaçant Divine Brown dans le rôle de la plus grande briseuse de ménages made in UK.

 



Puis on a appris que Sienna Miller avait un métier, celui de top model. Et du mannequinat de compète : la demoiselle a tout de même posé pour le prestigieux (mais pas exempt de vulgarité) calendrier Pirelli 2003. Pepe Jeans, Hugo Boss et d'autres marques prestigieuses se l'arrachent : celle petite blonde d'une vingtaine d'années a déjà tout d'une grande.

 


 

Et puis, ô surprise, on se rend compte que Sienna est également actrice, et qu'elle souhaite même en faire un full time job. Première expérience d'envergure sur le tournage d'Irrésistible Alfie, inutile remake du film de Lewis Gilbert, dont la rôle principal est tenu par... Jude Law, sans doute contaminé par son personnage de dragueur sans limite. Si personne ne se souvient de la teneur du rôle interprété par Miller, c'est pourtant là que tout commence pour elle. Côté tabloids comme côté cinéma.




Depuis 2004, Sienna Miller ne cesse d'enchaîner rôles plus ou moins marquants et participations à des campagnes de pub toujours plus lucratives. Elle est la pépée de Daniel Craig dans l'amusant Layer cake, de Matthew Vaughn, où elle n'hésite pas à payer de sa personne. Elle se laisse prendre au jeu du Casanova interprété par Heath Ledger, devant la caméra du fadasse Lasse Hallström. Le film atterrit directement dans les bacs des vidéo-clubs, mais ses fans se l'arrachent.

 

 

À cette époque, elle rompt ses fiançailles avec Jude Law, qui a tenté d'oublier sa calvitie galopante en se tapant la nounou. Cette fois, l'héroïne, c'est elle ; d'un coup, la salope devient martyre et tout semble plus simple. La voilà en position de trouver des rôles plus conséquents : elle est choisie pour devenir Edie Sedgwick, icône du milieu underground et muse d'Andy Warhol dans le prometteur Factory girl... qui ne vaut malheureusement pas grand chose et devient lui aussi un direct-to-video.

 

 

Même destin pour Camille, drame sentimental avec James Franco, dont la sortie est réduite à sa plus simple expression ; après une inexplicable période de vaches maigres, le retour en grâce finit heureusement par arriver grâce à Steve Buscemi. Dans le remake du film de Theo van Gogh, Interview, Miller et Buscemi sont la plupart du temps seuls à l'écran pour un face-à-face houleux, tendu, truffé de petites vacheries et de grosses manipulations. Les deux acteurs se tiennent la dragée haute, contraints au naturel par la proximité de la caméra numérique ; voilà qui constitue une carte de visite extrêmement flatteuse pour celle qui peut désormais se dire actrice sans rougir.

 


À l'époque, Sienna sort avec Rhys Ifans, a envie de fonder une famille, mais finit par le quitter précipitamment, se rendant compte qu'elle a « besoin d'être égoïste pendant encore quelques temps ». Elle tourne à nouveau dans l'excellent Stardust, le Princess bride du 21ème siècle réalisé par Matthew Vaughn (leur deuxième film ensemble... et si Claudia Schiffer avait du souci à se faire ?).

 

 

Prochaine étape : G.I. Joe. Elle est la première fille à être choisie dans ce torrent de mecs pleins de muscles. Stephen Sommers la voulait à tout prix, il l'a eue, parvenant même à la convaincre de rembourrer sa combinaison et de troquer sa légendaire blonditude contre un noir corbeau imposé par le personnage. La Baronne est en effet une femme fatale douée pour l'espionnage, ce qui est toujours plus facile avec les cheveux sombres (et des seins imposants, c'est bien connu). Convaincante et sexy, elle se dit prête à rempiler pour un deuxième volet en cas de succès du premier.



Auparavant, on la verra chez John Maybury (The edge of love), Beeban Kidron (Hippie hippie shake), Rawson Marshall Thurber (The mysteries of Pittsburgh)... Des metteurs en scène moyennement chevronnés, qui pourront soit l'aider à s'installer définitivement comme une actrice digne de confiance, soit renforcer son image de chat noir qui fait de tout ce qu'elle touche un bide total. En attendant, elle continue à faire parler d'elle niveau vie privée, en contraignant Balthazar Getty à quitter femme et enfants (quatre !) pour ses beaux yeux. Cette fois, on compte sur elle pour surveiller la nounou.


Cliquez sur l'image pour accéder à la galerie Sienna Miller : 


 

et cliquez sur les images pour plus d'infos sur les prochains films de Sienna Miller...

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire