McG VS Bay VS Sommers

Vincent Julé | 1 juin 2009
Vincent Julé | 1 juin 2009

Ce qui suit est inspiré de faits réels. 1984, Michael Bay, McG et Stephen Sommers sont des ados et n'ont pas 15 ans - n'essayez pas de vérifier, les paradoxes temporels existaient déjà à l'époque. Alors que The Terminator de James Cameron sort sur les écrans américains, dans un petit cinéma de Los Angeles, trois garçons se retrouvent après le film dans les toilettes. Ils ne savent ni qui ils sont, ni l'incroyable destin que leur réserve Hollywood. Pourtant, devant l'urinoir, ils se toisent, jettent un coup d'œil à celle du voisin. Extrait :

-Micky : Fucking Great Movie ! I have a huge boner !

-Mac : Yeah, right ! But I would like to see the war against the machines. Or between three hot girls !

-Steve : Mummy ? Mummy ? Boum ! Kakaboum !

       

Steve a déjà sorti ses GI Joe et commence à jouer la quéquette à l'air. Ni une, ni deux, Micky sort son gros camion, klaxonne et tadam ! Optimus Prime. Mac, lui, a l'air con avec sa photo dédicacée de Farrah Fawcett. 

      

25 ans plus tard, ils ont beau l'avoir oublié, mais cet épisode a marqué et guidé leurs carrières. Ainsi Michael Bay est déjà irrattrapable lorsqu'en 1990, il « met en scène » la vidéo de la playmate Kerri Kendall pour Playboy. McG ne veut pas non plus être pris pour un pédé, alors il met en boîte dans les années 90 des clips pour les groupes de hard rock Korn, Sublime et Cypress Hill. Comme s'ils se tiraient déjà la bourre, Michael Bay s'acoquine alors avec Meat Loaf. Et le petit Stephen Sommers me direz-vous ? Bah, il grandit plus vite que ses copains et se prend déjà pour Spielberg en réalisant son premier long en 1989, Catch Me If You Can. Mais ce ne sont pas Tom Hanks et Leonardo di Caprio qui se courent après, juste des lycéens qui jouent à Fast and Furious avant l'heure. Pour sauver leur école de la fermeture qui plus est, la honte !

Ainsi, lorsque Hollywood vient leur faire une lap dance pour qu'ils réalisent des blockbusters, leur vraie nature se révèle au grand jour. Ce sont de gros bourrins, ils sortent leurs couilles et les mettent sur la pellicule à la manière de Will Ferrell sur la batterie de John C. Reilly dans Frangins malgré eux. Que ce soit Bad Boys pour Michael Bay, Charlie's Angels pour McG ou La Momie pour Stephen Sommers, ces trois films montrent que nos gaillards aiment que ça pète, que ça déchire, que ça transpire... et avant tout, ils aiment être généreux. Ils brassent de millions et veulent que le public en ait pour sa dizaine de dollars. Donc chacun de leurs budgets se retrouve à l'écran. Et si on a le malheur de leur demander de remettre le couvert, eux préfèrent mettre les pieds dans le plat. Ils ont les yeux plus gros que le ventre mais s'en foutent.

Bad Boys 2 dure ainsi 2h30, fait tomber des cadavres sur l'autoroute, détruit des bidonvilles et la caméra ne tourne non pas une, ni deux, ni trois mais 35 fois sur elle-même. Le mauvais goût élevé au rang d'art, qui ferait presque oublié les 45 minutes de destruction massive de Pearl Harbor. Car Apocalypse Now, Full Metal Jacket et La ligne rouge nous ont menti, en fait, la guerre, c'est beau ! Dans Charlie's Angels : Full Throttle (ou Charlie et ses drôles de dames : Vroum vroum en VF), McG a sa caméra bloquée sur ralenti que Cameron Diaz fasse du rodéo, que Demi Moore sorte d'une Porsche ou que Drew Barrymore joue à touche-pipi avec le méchant. Stephen Sommers est pour la parité, avec donc deux Rachel Weisz pour Vin Diesel et Brendan Fraser dans Le retour de la Momie.

Eté 2009. L'Amérique ressort ses jouets et ses robots, et comme par hasard, nos trois grands enfants sont dans le coup. Ils trépignent, ils trépignent. Tellement, que l'éjaculation précoce n'est pas loin. Pourtant, lorsqu'ils dégainent leurs films à travers de bons gros trailers, ils semblent se prendre très au sérieux.

-Michael Bay : Oui, Transformers La Revanche, c'est un peu comme si Apocalypse Now  fusionnait avec Ben-Hur !

-McG : The End begins, qu'il dit mon film. Tu vois, la fin du monde selon James Cameron, mais avec le Dark Knight !

-Stephen Sommers : Boum ! Kakaboum vert !

Mais très vite, les bonnes habitudes reprennent, et en écho à ce doux souvenir de 1984, le concours de bites recommence. Sauf que Web 2.0 oblige, il n'a plus lieu devant l'urinoir mais devant son ordi. Florilège :

MC Bay : « Nous avons vu que certains films, qui s'apprêtent à sortir, essaient d'imiter la taille des Transformers. Allons, allons, soyons sérieux »

MC G : « Transformers est un film qui a pour origine des jouets. Ces robots sont pleins de couleurs et d'optimisme. Ces films ressemblent à du break dancing. Les nôtres sont très différents, plus réalistes. »

MC Bay : « J'aimerais tellement voir mes robots mettre une branlée aux Terminator. »

MC G : « Michael Bay a une grosse queue. Mais j'aime à penser que la mienne est encore plus grosse. S'il est d'accord nous pouvons nous déboutonner sur les marches du studio Universal et régler cette question une fois pour toutes. »

Malheureusement, le contest a été annulé par McG himself, avouant qu'il avait une petite bite. Vu la taule que son film se prend au box-office US, il peut aussi rentrer chez lui la queue entre les jambes. Mais franchement, le match était gagné d'avance. Terminator Renaissance a une durée de 1h48, Moon Bloodgood et Bryce Dallas Howard comme hotties, et plein de T-800 mais un seul pauvre robot géant. Transformers La Revanche dure 2h27, a Megan Fox et Isabel Lucas en mini-short et des robots géants qui s'accouplent pour former un robot encore plus maousse costaud. Même Stephen Sommers peut ranger ses GI Joe et son petit serpent. Quoi que, avec ses 2h15, Sienna Miller, Rachel Nichols et Dennis Quaid en combinaisons moulantes et bioniques ainsi que sa Tour Eiffel (c'est un peu un robot d'acier, non ?), il pourrait créer la surprise. Toujours est-il que le 3 juin, le 24 juin et le 5 août prochains, c'est concours de bites pour tout le monde, dans les salles et dans les toilettes !

 

Cliquez sur les affiches ci-dessous pour visionner la bande-annonce des films 

   

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire