Inauguration indienne

Marjolaine Gout | 24 février 2009
Marjolaine Gout | 24 février 2009

Après les traditionnels crépitements des flashs du photo call, la délégation officielle fit l'ouverture du salon. La ministre de la culture, présente virtuellement sur le carton d'invitation, permit aux convives d'apprécier des discours succincts et centrés sur le cinéma.

Véronique Cayla, directrice générale du CNC, rendit hommage à Claude Berri avant de laisser la parole à Jean-Pierre Jeunet, parrain de cette édition. Puis ce fut le tour de l'éblouissant Amitabh Bachchan, serti en boutonnière d'étincelants rubis à l'enrobage diamanté, de nous conter monts et merveilles.

 

 

 

 

La soirée s'en suivit par une bataille tenace des commensaux agglutinés autour du buffet indien. Les ongles manucurés menaient un terrible combat à la conquête de samosas ou d'oignons frits subtilisés en des temps records. Après ces moultes ripailles et griffures glanées, c'est dans une salle comble qu'Amitabh Bachchan réapparu pour la projection de deux films.


Martine Armand, spécialiste du cinéma indien et ancienne collaboratrice de Satyajit Ray vint présenter un documentaire sur Amitabh Bachchan : Everlasting Light. Puis le producteur de The Last Lear, Subho Bhattacharjee, se joignit à eux pour présenter le film de Rituparno Ghosh.

 


 

Cette soirée d'inauguration se clôtura ainsi avec ces projections exceptionnelles : Everlasting Light n'a en effet été à ce jour projeté qu'une seule fois à New York et une autre à Bombay, tandis que The Last Lear n'est toujours pas sorti sur nos écrans. Et puis pour la petite anecdote, Amitabh a assisté religieusement à la projection de ces films, à nos côtés.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire