Top 10 cinéma 2007 de la rédaction

Laurent Pécha | 30 décembre 2007
Laurent Pécha | 30 décembre 2007

Après le top flop, le dossier sur nos meilleures scènes, voici à quelques heures de la fin de l'année, notre classement des meilleurs films de 2007. Si les précédentes années, les tops de nos différents rédacteurs avaient tendance à partir dans tous les sens, preuve que l'on avait du mal à trouver des films fédérateurs, les choses ont bien changé cette année.

 

Au coude à coude durant tout le dépouillement des votes, Zodiac et La Nuit nous appartient ont ainsi fédéré la quasi unanimité de notre rédaction figurant respectivement 14 fois et 13 fois (sur 17 participants) dans les différents tops des votants, à des places généralement très hautes. Et c'est donc le film de David Fincher qui remporte d'un rien (2 points) notre plébiscite.

 

Les autres lauréats ont aussi fière allure car vous allez le voir, les deux premiers ne sont pas tous seuls à avoir remporté de nombreux suffrages. À tel point que de nombreux rédacteurs se retrouvent avec 7 ou 6 films en commun avec le top général de la rédaction (pour la petite histoire, ceux qui en ont le moins en commun, sont les deux petits nouveaux de 2007 à EL...).

 

Cette année, pas de schisme violent au sein de la rédac (quoique le duel des anti Jesse James contre les anti Truands continue d'alimenter quelques coups bas vicieux) et un joli consensus qui montre que contrairement à ce que beaucoup ont dit, 2007 fut une belle année cinématographique. Reste plus qu'à espérer que 2008 soit meilleure...

 

 

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL DES 10 MEILLEURS FILMS DE 2007

 

Chaque image est cliquable et renvoie à la fiche du film.

 




   
  1 - Zodiac
 
2 - La Nuit nous appartient 3 - Ratatouille
4 - L'Assassinat de Jesse James...
5 - Lettres d'Iwo Jima
6 - Persépolis
7 - La Vie des autres 
8 - Planète terreur
9 - 300
10 - La Graine et le mulet

 

 

CLASSEMENT PAR RÉDACTEURS 

 

 

LOUISA AMARA

 

 

 

 

1- Rocky Balboa
Parce qu’on l’attendait depuis Rocky IV (Rocky V est à oublier), et que Stallone a su faire renaître de ses cendres son héros pour le transcender et réaliser l’une de ses plus belles performances.

2- Persépolis
Ou comment Marjane Satrapi réussit l’exploit de nous faire rire et pleurer tout en nous racontant par le menu sa vie et l’histoire de son pays, l’Iran. Magnifique.

3- Boulevard de la mort
Oui, il y a plus de parlotte dans ce film que d’action et c’est ce qui fait tout son charme. Oui, Tarantino sait mieux parler des femmes que la meilleure des réalisatrices, et oui la B.O est époustouflante. Que demander de plus ?

4- La nuit nous appartient
L’obsessionnel James Gray en déclinant son thème favori réalise un film sombre et touchant sur une famille qui se déchire pour mieux se retrouver après l’épreuve.

5- Ratatouille
Pixar réaffirme sa maîtrise visuelle mais aussi et surtout narrative pour nous apporter sans nul doute le meilleur film d’animation de l’année.

6- Je suis une légende
Un drame qui parvient à mêler habilement action, frisson, émotion, et même rire en misant sur Will Smith, acteur qui construit peu à peu une carrière exemplaire.

7- Lettres d’Iwo Jima
La 2e partie du diptyque sur la seconde guerre mondiale de Clint Eastwood est indéniablement la meilleure par la richesse de son scénario, la tension dramatique qui s’en dégage et la qualité de ses acteurs. Sublime.

8- American gangster
Quand Russell Crowe retrouve au mieux de sa forme Ridley Scott autour d’une histoire vraie et forte, ça ferait presque oublier Une grande année, non ?

9- Michael Clayton
Le scénariste de la trilogie Jason Bourne passe derrière la caméra pour réaliser un film prenant autour d’une conspiration, le tout porté par un exceptionnel Georges Clooney. Un talent prometteur.

10- Les promesses de l’ombre
Viggo Mortensen et Naomi Watts retrouvent David Cronenberg pour une plongée glaciale dans l’univers de la mafia russe. Captivant.

 

 

VANESSA AUBERT

 

 

 

 

1. La vie des autres
Une étonnante maîtrise scénaristique et visuelle pour un jeune réalisateur que les Oscars ont déja récompensé.

2. De l'autre côté
Fatih Akin réussit une fois encore à toucher et bluffer par sa caractérisation si juste des personnages qu'il choisit habilement.

3. Le Scaphandre et le papillon
Le défi était de taille. Amalric a su être à la hauteur. Incroyable acteur pour un film sur lequel Julian Schnabel appose sa patte de peintre d'amoureux de l'image.

4. La môme
Un film attendu dont le budget, la prestation médiatisée de Cotillard ferait presque oublier le plus important : on se laisse emporter par la mise-en-scène d'Olivier Dahan.

5. Darling
Petit film, petit budget, petite héroïne sans intérêt ? L'anti-Cendrillon mais bien plus encore. Un film coup de poing qui a le mérite de ne pas tomber dans le misérabilisme et qui nous ferait presque détester l'être humain.
 
6. Zodiac
Une lenteur et une longueur décriées qui pourtant offrent une précision à cette reconstitution hypnotisante. Robert Downey Jr est décidément un acteur rare.
 
7. Le dernier gang
Une brillante adaptation de l'affaire du gang des postiches. Ariel Zeitoun se démarque de ses précédentes réalisations. Elbaz, Bouajila et les autres sont impeccables. Un bon polar comme on en refera, espérons-le.
 
8. Saw 4
Probablement le meilleur après le 1er opus. La recette marche toujours.
 
9. Tel père, telle fille
Un ton résolument décalé qui permet à cette comédie de se démarquer et d'être vraiment crédible. Réussie.

10. Ratatouille
Une qualité visuelle impressionnante, une histoire qui fonctionne derrière une France de carte postale.

 

 

 

PATRICK ANTONA

 

 

 

 


1- Planète terreur
Des bimbos avec des guns , des militaires dégénérés, des zombies affamés, Jeff Fahey et Michael Biehn en frangins héroïques, le cri d'amour de Rodriguez à la série B d'antan est le film-phare du revival 70's qui a agité le monde du cinéma cette année. A voir et à revoir, en couple c'est meilleur .

2- La Nuit nous appartient
On se plaint que James Gray met 7 ans à nous livrer un film à chaque fois mais comme c'est une réussite à chaque fois, on ne va pas bouder notre plaisir. Avec en prime la meilleure poursuite automobile de l'année, et le plus beau sein de l'année !

3- Across the universe
Strawberry Fields Forever ! Le film qui rend enfin l'hommage mérité à la musique des Beatles mais aussi ses lettres de noblesse au courant de pensée et à une forme de révolte qui est devenu le puching-ball préféré de Notre Président et de ses Sbires. Il faut dire que eux préfèrent Didier Barbelivien et Mireille Mathieu. Là on ne peut pas lutter ...

4- La Légende de Beowulf
Plus fort que SPARTA ! Crions à pleins poumons BEOWULF !  Marre de Shrek et de son humour cathodique et des animaux qui se comportent comme des américains moyens, enfin des toons de synthèse qui ne font pas dans le détail. Ils se battent à coup d'épées, démembrent des monstres, boivent de l'hydromel se foutent à poil et nous parlent d'héroïsme et de destinée avec poésie.

5- La vie des autres
Démonstration qu'un seul film peut être plus percutant qu'une thèse pour rendre compte de la dictature communiste du temps du rideau de fer. C'est cela la force du cinéma. In memoriam Ulrich Mühe, parti beaucoup trop tôt ...

6- Zodiac
La preuve que David Fincher est un réalisateur qui est capable de style ...enfin ! Tout à la fois fresque historique (les 70's encore une fois)  et enquête sur l'intime,  Zodiac démontre avec talent la part de frustration et de déception qu'induit une enquête criminelle en évitant le clinquant et le pathos, tout en demeurant un brillant exercice de ... style.

7- Rocky Balboa
Un direct qui va droit au cœur et qui fait le plus grand bien. Non Stallone n'est pas mort ! Vivement Rambo !

8- Persépolis
Un premier essai et un coup de maître, bravo ! Et en plus le meilleur film français de l'année, d'où sa présence dans ce classement. Faut dire que la concurrence était faible ...

9- 300 / Apocalypto
N'étant ni fan des opinions politiques ni des personnalités des deux réalisateurs, grande fut ma surprise de voir au final deux des films d'action les plus barbares et les plus aboutis de l'année. De là à vouloir courir tout nu dans la jungle ou à porter une toge rouge en criant SPARTA à pleins poumons, faut pas pousser non plus.

10- Truands
Imparfait et foutraque, mais viscéral et honnête, abordant sans fioriture un monde qui n'est pas du domaine de la fiction. Alors que celui des traumas des trentenaires parisiens entre le café et les apparts de 120m² c'est du virtuel : parole de trentenaire parisien !



 

 

STEPHANE ARGENTIN

 

 

 

 


1- Ratatouille
Un Pixar 5 étoiles.

2- Zodiac
Fincher excelle dans le serial killer et le prouve à nouveau.

3- La Nuit nous appartient
Un polar oldies comme on n'en fait plus.

4- Lettres d'Iwo Jima

La Seconde Guerre Mondiale entre les mains d’Eastwood : tout simplement magnifique.

5- La Vengeance dans la peau

Le vrai Die Hard de 2007.

6- Stardust, le mystère de l'étoile
Après Layer Cake, Vaughn confirme qu’il est un réalisateur né sous une bonne étoile.

7- Sunshine
Un Danny Boyle tout simplement brillant.

8- 300
La troisième voie royale du péplum après le Technicolor et la série Rome.

9- Bobby
40 ans après, un assassinat toujours d’actualité.

10- 28 semaines plus tard
Le meilleur du survival horror. Vivement le n°3.

 

 

 

LUCILE BELLAN

 

 

 

 

1. Once
A partir de rien, un univers se crée. Comme Glen Hansard avec sa guitare. L’espace se remplit du charisme de ce bonhomme, irlandais bon vivant, et de son histoire d’amour (à l’écran comme dans la vie) avec Marketa Irglova. Magique.

2. Le royaume
Peter Berg offre à ses fans un nouveau chef d’œuvre (après les versions cinéma et télé de Friday Night Lights)… puissant et grandiose.

3. 2 days in Paris
Les déambulations de ce couple franco-américain touchent juste là où ça fait mal… et bien : les problèmes d’engagement.

4. Zodiac
Presque définitive, l’enquête version David Fincher réussit le pari d’être passionnante du début à la fin.

5. L’homme qui rêvait d’un enfant
Le dernier film de Darry Cowl est une fable émouvante et poétique : la preuve que nous avons perdu un grand monsieur.

6. L’âge des ténèbres / Cowboy
Deux films différents sur le papier mais qui se retrouvent sur une même problématique, celle du salut par l’art. A l’heure où l’espoir n’existe plus, seul l’art est encore en passe de donner un sens à nos vies.

7. La vie des autres
Une autre vision de l’Allemagne avant la chute du mur sous forme d’histoire d’amour entre un couple d’artiste et un agent de la Stasi qui découvre l’Art grâce à eux.

8. Les toits de Paris
Emouvant, vrai et beau, ce film contient aussi une performance remarquable de Michel Piccoli.

9. Les rois du patins / Supergrave
Juste les deux films qui m’ont fait le plus rire cette année : de Will Ferrell en collants qui chante une chanson des Black Eyed Peas aux flics déjantés, le meilleur de l’humour US sur grand écran.

10. 28 semaines plus tard
Encore plus fort que le premier, 28 semaines plus tard est aussi une claque visuelle qui annonce le renouveau du film de zombie.

 

 

 

FLAVIEN BELLEVUE

 

 

 

 

 

1. Lettres d'Iwo Jima
Clint Eastwood signe là un de ses meilleurs films et arrive en même temps à rendre chaque partie de son diptyque sur cette bataille japonaise, indépendante. On n'en attendait pas moins !

2. La nuit nous appartient
James Gray confirme une fois de plus qu'il est un cinéaste à suivre de près. Que ce soit le scenario, le casting, la mise en scène, la lumière, la bande-son etc., tout est maitrisé de A à Z.

3. Zodiac
David Fincher donne a son film une ambiance 70's où ses plans à effets spéciaux se font discrets cette fois-ci pour raconter une haletante enquête sur l'insaisissable serial killer Zodiac. Même remarque pour le film de James Gray, tous les ingrédients qui font un bon film sont présents.

4. La Vie des autres
Le cinéma allemand est bel et bien de retour et en bonne santé ; surtout lorsqu'il raconte une page trouble et récente de son histoire. Chapeau pour un premier film.

5. Apocalypto
Le début de la fin de la civilisation Maya vu par Mel Gibson, ça ne pouvait donner que des scènes dantesques de brutalité et d'émotions.

6. Clerks 2
La récréation de ce Top 10 où au milieu de films sérieux se classe la comédie hilarante de Kevin Smith fait par et pour le « geek » qui sommeille en chacun de nous. On en redemande.

7. Bug
Bill Friedkin est de retour dans un huit clos schizophrène où Ashley Judd prouve une fois de plus son talent d'actrice. Une des surprises de cette année 2007.

8.
Persépolis
L'animation française a-t-elle de belles heures devant elle? Renaissance et Arthur et les Minimoys l'année dernière donnaient un élément de réponse, l'adaptation de la B.D de Marjane Satrapi confirme ce renouveau artistique pour une histoire aussi touchante qu'émouvante. A quand le prix du meilleur film d'animation aux Césars ?

9. La Vengeance dans la peau
Le troisième volet de la quête d'identité et de revanche de l'agent de Jason Bourne suit visuellement le second film toujours signé par Paul Greengrass. La virtuosité de la camera de Greengrass fonctionne une fois de plus et donne un des meilleurs films d'action de cette année 2007 où Matt Damon excelle.

10. Election 2/Exilé
Johnnie To est en pleine forme et signe deux polars à la mise en scène inspirée et magistrale. Le réalisateur chinois prouve une fois de plus que le film d'action « Made in Asia » s'écrit aussi avec son nom.

Mention spéciale: Ratatouille, Hot fuzz, Control, Anna M., Le scaphandre et le papillon, Gone baby gone, Little children, Le dernier roi d'écosse, L'assassinat de Jesse James, Bobby, Caramel et Bosta l'autobus.

 


 

 

THOMAS DOUINEAU

 

 

 


 

1- La nuit nous appartient
James Gray, encore un fois, nous offre une formidable parabole qui mélange fulgurances cinématographiques (forcément mises en scène) et réalisme brut.

2- Zodiac
David Fincher signe un polar où l'on se fiche de l'enquête et met magistralement en scène l'obsession de deux hommes... Le surdoué de la caméra surprend et se retrouve avec bonheur là où on ne l'attendait pas.

3- Ratatouille
Pixar toujours : démonstration technique, inventivité visuelle, rires et émotions.

4- Blade runner : The Final Cut
Le chef d'œuvre de la SF comme on ne l'avait jamais vu. Ce n'est pas un nouveau film mais celui que l'on connaissait magnifié par une remasterisation époustouflante.

5- L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
Un western atypique et envoûtant qui prend le spectateur à contre-temps. Deux acteurs magnétiques pour un final splendide. Une définition du mot "Légende".

6- Bug
William Friedkin a encore de la ressource et du punch ! Un film coup de poing malgré quelques bémols.

7- 7h58, ce samedi-là
Un superbe portrait de personnages aussi pitoyables que complexes.

8- 28 semaines plus tard
Quand un film d'horreur ne s'attache pas qu'à faire frissonner  l'audience. En intégrant la thématique de la "famille éclatée", 28 semaines plus tard dépasse le cadre du film de genre et s'offre le luxe d'être une suite de haute tenue.

9- Truands
Seul film français de ce classement, "Truands" mérite sa place de part son ambition dans le cinéma hexagonal et sa volonté assumé de "faire du cinéma" et ce malgré quelques maladresses.

10- Mentions spéciales
100% décomplexé : Planète terreur
100% action : La vengeance dans la peau

Signalons au passage le seul blockbuster séduisant de cette année, malgré ces défauts (dont une adaptation quelque peu édulcorée du fabuleux roman de Richard Matheson) : Je suis une légende.

 

 

 

 

ILAN FERRY

 

 

 

 

 

1- L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
L’assassinat de Jesse James questionne la notion de mythe dans un far West en pleine mutation. Un western crépusculaire d’une fulgurante beauté.

2- Ratatouille
Le savoir faire Pixar explose littéralement à l’écran dans ce beau conte initiatique où jamais rat n’a paru aussi attachant. Ratatouille éblouit à la fois notre rétine et nos papilles. Un festival des sens à consommer sans modération !

3- L’ami de la famille
Sorti de nulle part, ce joli film italien étonne et touche direct au cœur de par sa poésie visuelle et ses personnages tous plus attachants les uns que les autres. Aussi séduisant que pittoresque.

4- Exilé
Polar funeste aussi bucolique que violent, Exilé marque la rencontre réussie entre les envolées mélancoliques de Peckinpah et la vigueur du cinéma HK.

5- Persépolis
Pixar n’a pas le monopole du film d’animation mature, preuve en est avec cette adaptation drôle et intelligente de l’œuvre de Marjane Satrapi.

6- 300
Zach Snyder unit lyrisme et nihilisme dans un maelström graphiquement superbe. Une adaptation aussi littérale que fascinante. Allez tous ensemble : THIS IS SPARTA !!!

7- Clerks 2
La comédie de l’année est un véritable cri d’amour aux geeks et, paradoxalement, le film le plus mature de Kevin Smith depuis Méprise multiple.

8- Lettres d’Iwo Jima
Empreint d’un profond respect pour ses personnages, Clint Eastwood nous livre le chant funèbre de soldats destinés à mourir. Jamais film de guerre nous aura fait verser autant de larmes.

9- Zodiac
Fincher prend son temps pour nous embarquer dans une chasse à l’homme aliénante doublée d’une remarquable odyssée humaine. Anti spectaculaire au possible, Zodiac force le respect de par son extrême rigueur.

10- La nuit nous appartient
Le film de James Gray fait lentement son chemin pour dresser in fine le drame d’une famille qui ne peut s’unir que dans l’adversité. Petit à petit, La nuit nous appartient apparaît comme un polar d’une incroyable intensité émotionnelle.

 

 

 

JULIEN FOUSSEREAU

 

 

 

 

 

1. Ratatouille
Arrivé au moment où le projet s'enlisait, Brad Bird a su redéfinir la petite cuisine initiale qu'était Ratatouille en une superbe passerelle entre le monde animal et le nôtre. Décidément, cet homme est le patron de l'animation américaine. 

2. La Nuit nous appartient
James Gray est un immense cinéaste. Son hallucinante mise en scène, empreinte de classicisme et d'expérimentation formelle, est un outil précieux pour explorer les abîmes de complexité de son héros. Et mettre à jour la tragédie d'un clan, sans avoir l'air d'y toucher. Putain, quel film !

3. Zodiac
Au lieu de livrer un succédané de Se7en, Fincher réalise son antithèse et son meilleur film. Ne cédant jamais à la complaisance morbide, il choisit de se focaliser sur les destins gâchés d'êtres égarés dans un labyrinthe policier et judiciaire. Obsessionnel et brillant.

4. Lettres d'Iwo Jima
Avec Iwo Jima, Clint parvient non seulement à rehausser Mémoires de nos pères, mais aussi à mixer le cinéma américain à parenté hustonienne et l'intimisme japonais afin de souligner le tragique universel d'un conflit armé.

5. Paranoid Park
Gus Vant Sant conjugue le flottement de sa mise en scène expérimentale avec une narration plus conventionnelle. Et ça marche toujours du feu de Dieu !

6. Les Promesses de l'ombre
Dualité et transformation corporelle sont toujours au programme. Mais Cronenberg évite le radotage en nimbant ses Promesses... d'une ambiance propre aux sombres romans de Charles Dickens. Un beau conte de Noël pour adultes et meilleure scène de baston de l'année.

7. Bug
Grâce à ce huis-clos tétanisant sur la paranoïa américaine post 11 septembre, Friedkin signe enfin, après plus de 20 ans, un film digne de son talent. Meilleur rôle d'Ashley Judd depuis Ruby in Paradise.

 8. L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
L'assassinat de Jesse James... est moins un western (dans le sens classique du terme) qu'une lente étude clinique sur la quête de célébrité et ses dérives. Cela pourrait être lourdement démonstratif mais le contemplatif malickien proprement digéré par Dominik emmène ce film vers des sphères insoupçonnées. Et Casey Affleck est grandiose.

 9. Hot Fuzz
Simon Pegg et Ed Wright sont deux funambules pour réussir à singer méchamment les films d'action bourrins US tout en leur rendant hommage. Lorsque, en plus, ils soumettent les us et coutumes de la cambrousse anglaise à ce déluge de feu, c'est cherry on the cake.

10. Boulevard de la mort
A l'inverse de Planète Terreur, Death Proof se bonifie avec les visionnages multiples. En apparence vains, les palabres interminables des héroïnes mettent en avant la peur castratrice du mâle face à un girl power punchy. Et puis Tarantino aime la liqueur de Chartreuse !

Hors-Compétition : Le final de Jackass 2
Nos têtes de con favorites font très fort en parasitant le western et les chorégraphies de Busby Berkeley : ils intègrent leur connerie masochiste et nihiliste au sein des genres phares du cinéma US. Balèze.

 

 

 

SANDY GILLET

 

 



 

1- L’assassinat de Jesse James…
On pensait qu’Impitoyable avait scellé le genre… Avec son premier long Andrew Dominik prouve et de quelle façon qu’il n’en n’était rien !

2- Persépolis
De l’animation au service de l’émotion et de la poésie. Un moment très très rare de cinéma.

3- Ceux qui restent
1er film en en tant que réalisatrice pour Anne Le Ny et brillant coup de maître sous le signe de la pudeur, de l’émotion et de beaucoup d’humanité.

4- La Graine et le mulet
Kechiche renouvelle l’exploit de L’Esquive avec une fulgurance évidente et poignante.

5- Zodiac
Film complexe et décomplexé, Fincher est décidément l’un des tout grands de sa génération.

6- 4 mois 3 semaines et 2 jours
La Palme d’Or cannoise amplement méritée.

7- La nuit nous appartient
James Gray au sommet de son art pour une réussite à la fois plastique et terriblement tragique.

8- Faut que ça danse!
Du cinéma français pétillant et attachant, léger et grave, frondeur et fédérateur le tout signé par la grande Noémie Lvovsky.

9- De l'autre côté
Une ode au rapprochement des peuples par un cinéaste turco-allemand généreux et humaniste.

10- Ratatouille
Pixar puissance 8 pour huitième production en forme de filmographie parfaite.


 

 

VINCENT JULE

 

 

 

 

1- Once
Une histoire d’amour et de musique sur grand écran, sur scène et sur platine.
 
2- La vengeance dans la peau
On peut tendre l’autre joue ?!
 
3- 28 semaines plus tard
Pour ceux qui se demanderaient, oui j’aime la caméra portée, oui j’aime le bordel organisé, oui j’aime l’expérimentation formelle et bien sûr j’aime les zombies !
 
4- Clerks 2
Kevin Smith aime autant ses personnages que ses fans.
 
5- L’année suivante
Qui vous a permis de filmer mon adolescence…
 
6- Le royaume / Mise à prix
Deux genres (film de guerre /film d’action), deux réalisateurs doués (Peter Berg/Joe Carnahan) mais une même idée de l’humanité mise à mal.
 
7- La nuit nous appartient
Dans le genre néoclassique, c’était lui ou Zodiac ou Les Promesses de l’ombre ou American Gangster.
 
8- 2 Days in Paris
… et ma vie à deux en plus maintenant ?
 
9- SuperGrave
« Et le petit bonhomme demanda : S’il te plaît…dessine-moi une bite. » Ah, ce Saint Apatow, quel poète ! (pouet ?)
 
10- A l’intérieur
Généreux, assumé, jouissif !

 

 

THOMAS MESSIAS

 

 

1. L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
L'anti-western par excellence, épopée intérieure doublée d'une tragédie bouleversante. Sans aucun doute, LE film de ce début de siècle.

2. Le metteur en scène de mariages
Bellocchio au sommet de son art pour cette ode à la fuite en avant, éloge de la lâcheté masculine. Un film culotté, aussi déprimant que revigorant.

3. Syndromes and a century
Ça n'a l'air de rien, mais c'est tout le contraire. Le plus beau film de Weerasethakul est celui qui se dispense le plus de commentaires et d'analyses. Un voyage dans un autre monde, voilà tout.

4. Sunshine
2001. Solaris. Alien. À la liste des oeuvres ayant révolutionné la SF, il faudra bientôt ajouter le monument de Danny Boyle.

5. Day night day night
Le terrorisme à la première personne, intense et terrifiant, par une Lodge Kerrigan au féminin. Un film méconnu à réhabiliter.

6. Zodiac
Osons un passe-partout "film de la maturité" pour le film le plus maîtrisé et le plus réfléchi de Fincher. Mais pas le moins complexe.

7. Jindabyne
Un drame pur et clair, beau comme une nuit d'orage. Ray Lawrence confirme qu'il est le réalisateur naturaliste du moment.

8. Les climats
Là où il est, Antonioni peut dormir tranquille : il s'est trouvé un héritier du côté de la Turquie. Lenteur et cruauté sont les deux maîtres mots de cette oeuvre brillante.

9. I'm not there
Beaucoup plus qu'un "Dylan pour les nuls", un puzzle enfantin et plein de noeuds, à la lisibilité étonnante. Todd Haynes croit en l'intelligence du spectateur, qui le lui rend bien.

10. Bug
Le grand retour de William Friedkin, docteur ès paranoia, et la consécration d'Ashley Judd, dans ce qui restera comme le film le plus délicieusement bizarre de l'année.

 

 

 

JEAN-NOEL NICOLAU

 

 

 

 

 

1- Stardust
Le plaisir pur du cinéma, comme dans les années 80, mais en mieux. « What do stars do ? Shine... »

2- La Nuit nous appartient
Il s'est passé quelque chose dans le monde du polar américain. Des gangsters qui deviennent flics ? Des essuie-glaces ? Blondie ? Eva Mendes ? Certes, et bien davantage.

3- Ratatouille
Le film le plus humaniste de 2007 a pour héros un rat. Rien de plus normal, c'est du Pixar.

4- Zodiac
2007, année de la grosse déprime ? Cette mythologie des perdants par David Fincher en est le plus bel exemple.

5- Grindhouse
Tarantino s'écoute parler, Rodriguez fait du bruit pour couvrir le tout. Le premier faiblit un peu, le second se transcende, le tout s'équilibre vachement haut sur l'échelle du bonheur.

6- Old Joy
Naturaliste et essentiel, comme du Malick minimaliste. Le torrent d'émotion le plus discret de l'année.

7- L'Assassinat de  Jesse James par le lâche Robert Ford
Le fantôme du western sera venu nous hanter avec ses silences et sa ballade des damnés. Un nouveau crépuscule des dieux, qui donne naissance au 20e siècle. Immense.

8- Hot Fuzz
Heureusement que les anglais sont là pour nous prouver que l'on peut encore allier comédie et action, sans pour autant négliger l'un ou l'autre.

9- Lettres d'Iwo Jima
Est-ce parce que l'on en a pris l'habitude ? Mais on a trop vite oublié que Clint Eastwood avait offert cette année l'un de ses plus grands films. Si ce n'est le plus grand.

10- Sunshine
Trip régressif pour ados des années 90. Trainspotting dans l'espace, avec un vague scénar bricolé et toutes les idées condensées dans le visuel et le son. Indéfendable, mais jouissif en diable.

 

 

 

LAURENT PECHA

 

 

 

 

 

1- Zodiac
Une salle en panne de clim en plein cœur de Miami, un son pourri, des sous-titres espagnols énormes, un projecteur d’un autre temps diffusant une image floue. Soit tout pour vous gâcher la projection. 2h40 plus tard,
Zodiac a imposé implacablement la puissance narrative et créative des œuvres marquantes. L’œuvre de la maturité pour Fincher !

2- La nuit nous appartient
James Gray serait-il de cette race de cinéaste qui ne sait faire que des films mémorables ? Au passage une poursuite en voitures anthologique à ranger tout à côté de celles de French connection et Police fédérale Los Angeles.

3- Elizabeth, l’âge d’or
Cate Blanchett EST Elizabeth. Un thriller historique beau et passionnant doublé d’un portrait de femme fascinant.

4- Rocky Balboa
Le cri du cœur d’un artiste. Bouleversant ! Il y a un peu de Rocky qui sommeille en chacun de nous.

5- Truands
Vilain petit canard filmique pour trop de gens, Truands est pourtant une œuvre majeure du cinéma de genre à la française. Une brillante passe de trois pour Schoendoerffer. L’attente pour Lutetia a déjà démarré.

6- Le Royaume
Une claque visuelle et narrative pour démarrer. Une phrase tétanisante pour conclure. Le Royaume fait froid dans le dos.

7- La Graine et le mulet
Universel, le film de Kechiche touche au cœur.

8- Planète terreur
Le film le plus fun de l’année. Même à la cinquième vision, on continue de jubiler devant les délires visuels de Rodriguez.

9- Across the universe
Un film et une musique qui donnent envie d’être jeune, amoureux et de refaire le monde.

10- Ratatouille
Pixar, le studio qui ne sait faire que des films géniaux, invente la madeleine de Proust numérique et éternelle.

 

 

 

FREDERIC RENAULT

 

 

 


1- L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
Dans un conte lancinant et crépusculaire qui dynamite une des plus célèbres légendes de l’Ouest et une partie du mythe américain, Brad Pitt, fascinant en bandit neurasthénique et violent, se fait malgré tout voler la vedette par Casey Affleck, révélation de l’année, qui campe un « assassin » parfait de veulerie, de naïveté et d’arrivisme.

 

2- Lettres d'Iwo Jima
Fantastique plaidoyer contre toutes les guerres, Lettres d’Iwo Jima aborde avec une humanité exceptionnelle le revers de la bataille qui décida de la guerre du Pacifique. Tragique et intimiste à la fois.

 

3- Clerks 2
En reprenant dix ans après les aventures de Dante et Randall, Kevin Smith fait plus que donner une suite au film qui le révéla. Il multiplie les tirades enflammées, les blagues d’une crudité rare et les moments réellement touchants avec un tel brio que le « smithophile » ne peut que se tenir les côtes du début à la fin.

 

4- Bobby
Comment se faire qualifier de « sale gauchiste » à Hollywood ? C’est très simple. Il suffit de se battre pendant dix ans pour concrétiser un projet de film sur l’assassinat de Bobby Kennedy, comme l’a fait Emilio Estevez, qui dresse un tableau très chargé politiquement, avec de nombreuses résonnances vis-à-vis de notre époque.

 

5- 300
Apres Robert Rodriguez, c’est au tour de Zack Snyder d’adapter Frank Miller à l’écran. Avec la finesse d’un Panzer, certes, mais avec une maestria visuelle exceptionnelle, qui lui aura grand ouvert les portes du Saint-Graal, à savoir l’adaptation tant attendue de Watchmen (qui a dit impossible ?).

 

6- Planète terreur
Du zombie à la pelle, du slime par seaux, des têtes qui explosent, des punchlines débiles, une galerie de guests interminable et El Rey en mini-moto… Que demander de plus à RoRo ? Une fille avec un gros flingue à la place de la jambe ? Pas de problème ma bonne dame, c’est prévu dans le script.

 

7- Zodiac
David Fincher revient à ses premières amours, le film de serial killer, pour accoucher d’une passionnante enquête/chronique sur l’une des plus célèbres annales du crime. Dirty Harry peut retourner chasser Scorpio à coup de Magnum, le Roi Fincher veille au grain…

 

8- La nuit nous appartient
Le polar shakespearien est un art délicat. James Gray s’en tire non seulement parfaitement, mais il nous offre au passage la poursuite en voiture la plus impressionnante depuis des années. Et Joaquin Phoenix s’arroge une fois de plus un rôle à l’intensité qui va bientôt devenir proverbiale.

 

9- La graine et le mulet
Abdelatif Kechiche revient après L'esquive avec un tableau familial particulièrement fin, riche et attachant, illustrant avec brio les aléas familiaux comme les discriminations (et, subtilement, le racisme ordinaire).

 

10- Fur
Nicole Kidman sait encore choisir de bons films quand elle le veut. Un peu décalé, touchant, et très porté sur la pilosité de Robert Downey Jr, le portrait imaginaire de Diane Arbus en est la meilleure preuve.


 

NICOLAS THYS

 

1. Jours d’hiver
Coordonné par Kihachiro Kawamoto et réalisé par une trentaine d’animateurs, parmi lesquels certains des plus grands noms de l’animation mondiale, au service d’une œuvre multiple, éblouissante et d’une beauté rare.

2. I’m not there
Une nouvelle réussite de Todd Haynes, l’un des réalisateurs les plus audacieux de sa génération, parfaitement à son aise dans l’univers de la musique.

3. Zodiac
Le chef d’œuvre de David Fincher, une merveille.

 

4. Inland Empire
Cruelle et noire, cette œuvre malade porte le cinéma de fiction traditionnel dans ses limites les plus tordues. L’un des meilleurs Lynch.

5. Les Climats
La preuve que le cinéma ne se limite pas aux Etats-Unis, à l’Asie et à quelques rares pays de l’Union Européenne.

6. Bug
Le meilleur film post-traumatique d’après 11 septembre, Friedkin n’est jamais aussi bon que dans la paranoïa et le monstrueux.

7. Dark Horse
Le cinéma islandais est actuellement l’un des plus vivants même s’il n’atterrit que trop rarement dans les salles de nos contrées.

8. Delirious
Une savoureuse comédie américaine, une caricature magistrale de l’univers du show-business américain.

9. Le Dernier des fous
Une arrivée fracassante et dérangeante dans le long métrage pour l’un des grands stylistes du nouveau cinéma français.

10. Nous les vivants / La Vie des autres
Espérons qu’il ne faudra pas attendre 10 ans avant la prochaine merveille de ce réalisateur hors-norme / Le meilleur film allemand de ces dernières années, un pantin de la Stasi qui devient humain, un pan méconnu d’une histoire qui se dévoile…

 

 

 

DIDIER VERDURAND

 

 

 


 

1- La Graine et le mulet
2- 300
3- La Nuit nous appartient
4- Truands
5- L’Ennemi intime
6- Sicko
7- Hyper tension
8- Shoot’em up
9- Les Rois du patin
10-
Le Cœur des hommes 2

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire