Le Père de Mike Hammer est mort

Patrick Antona | 18 juillet 2006
Patrick Antona | 18 juillet 2006

Mickey Spillane, le pape du roman de gare à base de coups de flingue et de femmes fatales, est décédé aujourd'hui 18 juillet 2006 des suites d'une longue maladie. Agé de 88 ans, l'auteur laisse derrière lui un personnage désormais mythique, le détective privé « hard-boiled » Mike Hammer.

Né à New York ,dans le quartier de Brooklyn, en 1918, Mickey (né Frank Morrison) Spillane, qui a été instructeur militaire pendant la 2° Guerre Mondiale, crée son personnage emblématique dès son premier roman, I, The Jury ( J'aurai ta peau en français) en 1947. Très vite, ses romans policiers à base de meurtres et de sexe, à la trame plus que succinct (on est loin de Raymond Chandler ou de Jim Thompson) deviennent des best-sellers à travers toute l'Amérique, dégageant une énergie propre et viscérale qui avait rarement été mise en avant dans le monde du polar. Entre 1950 et 1952, ce ne sont pas moins de six romans mettant en scène Mike Hammer qui sont écrits à la suite par un Mickey Spillane plus survolté que jamais et perdant un peu le sens de la mesure: « Je suis l'auteur le plus traduit dans le monde, derrière Lenine, Tolstoy, Gorki et Jules Verne. Et ils sont tous morts ! ».

Rapidement, le cinéma s'intéresse à sa création et dès 1953 I, The Jury est adapté une première fois par Harry Essex (scénariste de L'Etrange créature du lac noir) puis en 1954, le réalisateur anglais Victor Saville réalise Nettoyage par le vide, tiré du roman The Long Wait. Les deux films sont considérés comme des oeuvres marquantes du film noir des années 50 mais c'est en 1955 que sort le véritable chef d'oeuvre de la décennie avec Kiss me deadly (En quatrième vitesse en VF) signé par Robert Aldrich, alors en pleine grâce et qui détestait le roman ! Transformant la simple intrigue de chasse au butin en parabole sur la bombe atomique, le film reste inoubliable par des séquences demeurées célèbres comme la séquence d'ouverture ou le générique final défilant à l'envers.

Par la suite, d'autres aventures de Mike Hammer seront portés à l'écran dont une où Spillane interprète lui-même sa création, l'excellent The Girl hunters (Solo pour une blonde,1963) avec la blonde Shirley Eaton en femme fatale. L'écrivain avait déjà tâté du jeu d'acteur dans Ring of fear (Les Géants du cirque, 1954), thriller se déroulant dans le monde du cirque et produit par John Wayne. En 1982, son roman le plus célèbre est à nouveau adapté, dans une veine exploitant encore plus ouvertement le côté sexe de l'histoire, ce sera I, the Jury (J'aurai ta peau en VF), avec Armand Assante dans le rôle de Mike Hammer et la sculpturale Barbara Carrera. Le film avait été initié par Larry Cohen (Le Monstre est vivant, L'Ambulance) qui avait été remplacé par le téléaste Richard T. Heffron, ce qui n'empêchera pas le film de demeurer une explosive série B qui a fait date par son ton distancié et sa violence assez jouissive, et qui reste inoubliable grâce à la plastique généreusement exploitée de sa vedette féminine...

Mais paradoxalement c'est par la télévision que la renommée du personnage préféré de Mickey Spillane sera la plus rentable. Déjà dans les années 50, une première série avec Darren McGavin (le futur Kolchak de la série Night stalker) dans le rôle de Mike Hammer avait été lancée, avec 78 épisodes à la clé mais c'est le succès du téléfilm Murder me, murder you, en 1983, avec Stacy Keach et Tanya Roberts dans le rôle de Velda, la secrétaire toute dévouée de Hammer, qui fera définitivement connaître le personnage à un public élargi. La série Mickey Spillane's Mike Hammer est programmée dès l'année suivante et sera un des hits TV des années 80. Malgré le fait que Tanya Roberts soit remplacée par la blonde Lindsay Bloom, la série continue allègrement avec son cocktail sexe+crime, malgré la censure TV qui allège un peu la violence inhérente aux récits de Spillane.

Diffusé partout dans le monde, la série durera trois saisons, agrémentées d'apparitions remarquées de starlettes des 80's comme Vanity ou Joan Severance et remporte une récompense aux Golden Globes. Mais les problèmes récurrents de Stacy Keach concernant sa dépendance envers la cocaïne (ce qui déclenchait la colère du très républicain Mickey Spillane !) entraîneront l'arrêt du show. Mais l'acteur reprendra le trench-coat et le chapeau de l'inspecteur Hammer dans un nouveau TV Film en 1989, ainsi que dans la série Mike Hammer, private eye (Le Retour de Mike Hammer en VF) pour deux ultimes saisons en 1997 et 1998, mais la flamme n'était plus là. Même la tentative de faire interpréter celui qui demeure le parfait exemple du privé «hard-boiled» par le bellâtre Rob Estes dans un pilote TV, où Pamela Anderson prêtait sa silhouette à Velda, ne sera pas un franc succès et restera sans suite.

Seule l'anthologie Fallen angels, diffusé en son temps sur Arte et Canal Jimmy, saura rendre hommage au style direct et sec de l'écrivain en adaptant le roman I'll die tomorrow en 1995 dans un épisode réalisé par John Dahl (Kill me again, Les Joueurs) avec un casting royal où se cottoyent Bill Pullman, Heather Graham et Kim Coates.
Malgré le fait que la critique littéraire l'ait longtemps méprisé, Mickey Spillane a toujours continué à écrire, se délectant aussi de la polémique qu'il pouvait déclencher, et se rapprochant ainsi de celui que l'on peut considérer comme son fils spirituel, James Ellroy, à qui on reproche aussi ses dérives extrémistes. Ayons une dernière pensée pour celui qui demeurera le roi du roman noir sauce « pulp», monde interlope où des privés aux poings et au regard d'acier affrontent de cruels truands balafrés, tout en séduisant de superbes créatures à qui on ne la fait pas, et qui a enflammé l'imaginaire de millions de lecteurs à travers le monde, dont l'auteur de ces lignes.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire