300 - Preview

Louisa Amara | 7 octobre 2006
Louisa Amara | 7 octobre 2006

Attendu pour mars 2007, 300 risque d'en étonner plus d'un. Ceux qui craignent un film opportuniste réalisé rapidement suite au succès de Sin City, peuvent être rassurés. Le projet était dans les cartons de la Warner et dans la tête de Zack Snyder, son réalisateur, depuis des années.
Ce dernier, fan de l'oeuvre de Frank Miller (Batman : The Dark Knight Returns, Sin City, Elektra, etc.) après avoir réalisé plusieurs spots publicitaires remportant de nombreux prix, avait poussé la porte de toutes les majors pour proposer son projet d'adaptation de 300. Mais à cette époque, un autre film d'hommes en jupettes se préparait : Troie. On lui répondait donc sans ménagement : "On a Brad Pitt, et toi qu'est-ce que tu as, à part ta BD sous le bras ?" Il se lanca donc dans la réalisation de Dawn of the dead, film d'horreur "organique" comme il se plait à le qualifier, en patientant sagement.

Bien lui en a pris, puisqu'après Gladiator, Troie, Alexandre, la période fut enfin propice à la réalisation de ce projet d'envergure. Si la bataille des Thermopyles où les 300 spartiates affrontèrent des milliers de perses se déroule en 480 av JC, l'époque est le seul point commun entre ces films et 300. Car 300 est avant tout la transposition dans l'Antiquité, des thèmes chers à Frank Miller : on y retrouve des héros intègres confrontés à un monde corrompu, un code d'honneur absolu, un humour noir, une violence, et une esthétique à couper le souffle. Un univers sombre où l'homme est prêt à mourir pour défendre sa liberté. Loin des Superman, Spiderman etc, les comics de Frank Miller ne sont pas pour les enfants, et logiquement son adaptation au cinéma est un film pour adultes, de par la violence des combats et l'esprit guerrier des spartiates. Un univers de mâles aussi bourrus que le personnage de Marv dans Sin City. En exclusivité Zack Snyder est venu présenter à la presse les premières images de son 2ème film, en nous montrant 5 scènes clés dont une de combat époustouflante. Au coeur même de l'histoire, les batailles sont la clé de voute de 300, elles se devaient donc d'être parfaites : rythmées, fluides, claires (Dieu merci, Snyder ne s'inspire pas du montage MTV de Michael Bay) et belles. Même l'hémoglobine gicle avec élégance dans ce film, grâce au travail méticuleux des graphistes. Sans trop s'avancer, d'après les premières images, les batailles seront si spectaculaires qu'elles n'auront rien à envier à celles des Deux Tours (les Ents bavards et lents en moins.. ouf).

Si Dawn of the dead était volontairement sale, car comme le justifie Snyder, il n'avait droit qu'à quelques dizaines de plans contenant des effets spéciaux, on lui a donné carte blanche pour 300. Il a donc su donner un côté fantasy, voire onirique à des scènes brutales les rendant encore plus puissantes. La grande interrogation reste de savoir si Snyder aura su prendre des distances avec le matériau d'origine pour mieux développer ses idées de mise en scène. Au vu des premières images, oui. Là où Sin City péchait par trop de conformisme à la BD, Zack Snyder reprend une majorité de planches de la BD, mais n'hésite pas à ajouter des scènes entières, dont une superbe scène d'amour fougueuse qui donne une touche de chaleur dans ce monde de sang et de sueur. Il sait aussi donner de l'ampleur à des plans qui n'auraient ressemblé qu'à des tableaux fixes s'ils n'avaient pas été modifiés pour le cinéma. La voix off semble également beaucoup moins présente que dansSin City, véritable marque de fabrique de Frank Miller, elle aurait pu alourdir l'ensemble. Snyder a su l'utiliser aux moments opportuns. Prouvant au passage, qu'il a su à raison s'affranchir de l'autorité naturelle de Frank Miller, qui passait pourtant parfois sur le tournage. On ne peut que saluer cette attitude constructive et espérer que Robert Rodriguez s'en inspirera pour Sin City 2.

Le travail des effets spéciaux, du réalisateur et coscénariste ne seraient rien sans ses acteurs. Ayant tous suivi un programme d'entrainement intensif pour devenir de véritables guerriers spartiates, les acteurs, Gerard Butler en tête, impressionnent par leur stature et leur aisance au combat. Si Brad Pitt et Orlando Bloom, dans Troie, reflétaient bien la gonflette à la mode californienne rendant parfois certaines scènes pour le moins ambigües, voire ridicules ; la musculature et le regard ténébreux du roi Léonidas dans la BD devrait trouver un écho parfait dans le film sous peine, si ce n'est d'échec, au moins de déception. Quasi inconnu jusqu'alors, Gerard Butler incarne avec énergie et charisme ce roi légendaire. Les femmes ne sont pas en reste, la femme "Millerienne" se doit d'être pulpeuse. Si les standards hollywoodiens sont plutôt à la maigreur, la reine et l'Oracle sauront toutefois captiver les sens (voir photos).
Ces premières images pour le moins alléchantes laissent présager le meilleur pour la suite, plus que quelques mois avant de découvrir le produit final. Patience...

Tout savoir sur 300

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire