Top 10 cinéma 2005 de la rédaction

Thomas Douineau | 28 décembre 2007
Thomas Douineau | 28 décembre 2007

Après de longues heures passées dans les salles obscures à visionner les films sortis en 2005 (tant pis pour ceux qui n'ont pas encore vu The Constant gardener), chaque journaliste a donné son classement, ce qui a permis d'établir une liste des 10 MEILLEURS FILMS de l'année.

Forcément non exhaustive (certains rédacteurs n'ayant pas vu les mêmes films que d'autres), évidemment avec des partis pris (le lecteur pourra, au travers de chaque classement individuel, se reconnaître dans tel ou tel rédacteur), malheureusement sélective (ah, ces bons films laissés de côté car il a bien fallu faire un choix : Tu marcheras sur l'eau, Papa, Alexandre, A History of violence ou encore Charlie et la chocolaterie étaient aux portes du classement) et, le pire de tout... à géométrie variable (aujourd'hui arrêté ainsi, mais hier différent et demain à refaire à la lueur de futurs visionnages en DVD), toujours est-il qu'il a bien fallu se décider et arrêter un choix.

Comme vous le verrez dans les classements individuels publiés plus bas, il a été impossible de contester la première place à Star wars Episode III puisqu'il finit largement en tête des votes avec pas moins de 8 citations sur 14 votants (dont quatre fois à la première place). Loin derrière mais aussi loin devant les huit autres, La Guerre des mondes a reçu 7 citations. Lucas-Spielberg, le duo royal de la rédaction d'Écran Large. Reste plus à attendre vos choix. Dans les tout prochains jours, nous allons vous proposer de voter, vous lecteurs, pour vos films préférés de l'année avec comme l'année dernière une surprise à la clé.

 

 

TOP 10 2005 
 
 
Chaque image est cliquable et renvoie à la critique du film.





   
  1 - La Revanche des Sith  
2 - La Guerre des mondes 3 - Aviator 4 - De battre mon coeur s'est arrêté
5 - King Kong 6 - Batman begins 7 - Mar adentro
8 - Sideways 9 - Million dollar baby 10 - Broken flowers

 

 

   CLASSEMENT PAR RÉDACTEURS   

 

 

SANDY GILLET

 




 

Tu marcheras sur l'eau

Le cinéma estampillé « Israël » dans ce qu'il a de plus pur


Nuit noire 17 octobre 1961
Le meilleur film français de l'année est d'abord un téléfilm


La Chute
L'Allemagne à rendez-vous avec son passé et ne se loupe pas


Sideways
La maturité d'un certain cinéma américain


Million dollar baby
La seule pépite « hollywoodienne » de l'année


Tout est illuminé
Tout est dans le titre


Broken Flowers
Jarmusch à la recherche de ses fantômes


Following Sean
Une étude identitaire sur l'amérique et ses enfants maudits


La Petite Jérusalem
Amour, religion et philosophie à Sarcelles la métissée. Tout simplement beau !


10– Papa - L'enfant
La paternité version « bobo » / La paternité version « prolo »

 

LAURENT PÉCHA

 




 

Star Wars Épisode III

Parce que combler les attentes et même plus avec l'ultime épisode de la saga la plus célèbre de l'histoire du cinéma était un pari impossible…et pourtant réussi avec flamboyance.


La Guerre des mondes
Parce que Spielberg parvient à signer le blockbuster le plus tétanisant depuis …Jaws.


Mar adentro
Parce que Amenábar traite de la mort avec une humanité bouleversante.


Alexandre
Parce que Stone a une fougue et une audace sans limites et que son Alexandre est un remède essentiel à tous les Gladiator. et Kingdom of heaven. de la terre.


Sideways
Parce qu'on qu'une seule envie : rejoindre ses deux lascars sur la route de leur « bonheur » et se faire draguer par Virgina Madsen sous un porche.


De l'ombre à la lumière
Parce que je n'aurai jamais penser un jour mettre un Ron Howard dans un top ten. De l'ombre à la lumière est pourtant bien l'un des plus beaux films sur la boxe jamais faits.


Papa
Parce que Papa prouve que l'on peut émouvoir profondément en 1h15 avec deux acteurs dans une voiture. En prime un Chabat inoubliable.


Les bienfaits de la colère
Parce que c'est le plus beau mélodrame de l'année. En prime une Joan Allen inoubliable.


Broken flowers
Parce que Bill Murray !


10– Tout est illuminé
Parce que c'est drôle et émouvant, poétique et déjanté, gonflé et maîtrisé. Et qu'en plus, c'est un premier film !



THOMAS DOUINEAU

 




 
La Vie aquatique
Wes Anderson signe un film orginal et drôle, aussi tendre que tragique, qui confirme le talent du réalisateur pour peindre des univers décalés qui laissent finalement le spectateur saturé d'émotions.


The Machinist
Un film fort, puissant et noble servit par la performance hallucinante et halluciné de Christian Bale décidémment habité par les personnages qu'il interprète.


De battre mon coeur s'est arrêté
Chaque film de Jacques Audiard est un évènement tant le cinéaste tend vers un cinéma trop rare en France qui allie réalisme des situations, justesse de l'interprétation, efficacité de la mise en scène, beauté des images et véracité des dialogues. Du Cinéma avec un grand C !


Mar Adentro
Quand Amenábar s'essaie au drame intimiste limite mélo, il nous offre Mar Adentro , concentré d'émotions pures et intenses.


Tu marcheras sur l'eau
Plus qu'un polar habile et prenant, le film mêle habilement le fond et la forme et parvient à brasser les problèmes d'origines et de religions avec une finesse inédite.


Trois enterrements
Tommy Lee Jones signe ici sa première réalisation. Un coup de maître très loin du film de traque vendu par la article-details_c-trailers mensongère d'EuropaCorp. Il s'agit ici du chemin de croix d'un homme poussé à porter son fardeau pour atteindre la rédemption. Lent et magnifique.


Collision
Un film chorale plus proche de Paul Thomas Anderson que de Robert Altman qui nous offre son lot de séquences anthologiques si on veut bien aller au-delà du discours racial un peu indigeste du début.


Caché
Mikael Haeneke fait de Caché une oeuvre étrange et envoutante qui hante les esprits bien après que les lumières de la salle se sont rallumées. Il nous convie à aller chercher au fond de nous nos plus sombres peurs comme nos pires travers. Dérangeant et fascinant.


Papa
Un road movie à petite échelle, simple, émouvant, et universel.


10– Keane
On connaissait Damian Lewis pour son rôle dans Band of brothers, on le découvre émouvant et touchant dans ce rôle de père désespéré, à la limite de la folie. Il porte sur ses seules épaules ce film beau et touchant sur l'amour paternel et la culpabilité.


DIDIER VERDURAND

 




 

Star Wars Épisode III
Match Point
Team America police du monde
Sideways
Aviator
Broken flowers
(6,5– The constant gardener)
L'Enfant
Last days
Mar adentro
10– Les Poupées russes

 


STÉPHANE ARGENTIN

 

     

 

King Kong
Après la trilogie du Seigneur des anneaux, Peter Jackson confirme sa formidable capacité à nous émouvoir et à nous émerveiller en mêlant l'infiniment grand et l'infiniment petit.


Star Wars Épisode III
Une tragédie grecque en forme de space opéra sur fond de prise de pouvoir politique. La fin d'une saga mythique en apothéose.


Aviator
Martin Scorsese retrouve la grandeur mythique de Casino.


Mar adentro
Alejandro Amenábar nous offre un bonheur cinématographique et humain comme il en existe bien peu.


Million dollar baby
Photographie, histoire, mise en scène et interprétations : tout est réunis pour l'un des plus grands Eastwood.


Ray
La vie de l'un des plus grands chanteurs du 20ième siècle évoquée sans tromperie et avec le même brio qu'Amadeus.


Locataires
Dans une succession de scènes entre réalité et onirisme mêlant à la fois beauté, dureté et drôlerie, Locataires est une oeuvre aussi insolite et que prodigieuse.


La Guerre des mondes
Spielberg revisite l'un des classiques du cinéma de SF en combinant avec brio drame intimiste et séquences spectaculaires terrifiantes.


Collision
Un film dont les concepts particulièrement chocs portent bien au-delà des conflits sociaux, culturels et ethniques de l'Amérique post 11 septembre.


10– Kiss kiss, bang bang
Un mélange des genres aussi brillant que maîtrisé par un amateur des bons vieux serials.

 

 

PATRICK ANTONA

 



 

Batman begins
Le film de super-héros , c'est un genre sérieux ! La preuve éclatante.


Va, vis et deviens
La surprise de l'année et un César pour Roschdy Zem, il le mérite.


La Guerre des mondes
Monsieur Spielberg, faudrait arrêter de dégoûter les autres de faire du cinéma, s'il vous plaît !


Le Crime farpait
La misogynie, quand c'est bien illustré, c'est très drôle. Mais oui mesdames


Sin city
Rodriguez rate un film sur deux, on a eu de la chance. Et plus encore.


King Kong
Moi des films moyens comme ça, j'aimerai en voir tous les jours.


New York Masala / Seven swords
Shahrukh Khan est le maître du monde…et Tsui Hark le deviendra.


Kiss kiss bang bang
Le retour du polar, un vrai régal inégal


Charlie et la chocolaterie
Ouf, ça y est, on est enfin réconcilié avec Tim Burton. Merci Johnny !


10– Match point
Point gagnant pour un Woody Allen qu'on n'attendait pas.



ERWAN DESBOIS

 




 

Broken flowers
Après Sofia Coppola, c'est au tour de Jim Jarmusch de profiter de l'immense talent de Bill Murray pour exploser les codes de la « middle-life crisis » et en tirer une oeuvre magnifique et universelle.


The taste of tea
Une anthologie drôle, émouvante et inventive de la culture japonaise contemporaine, à conseiller même à ceux qui n'y connaissent rien.


Locataires
Le plus beau film de Kim Ki-Duk, et la plus belle histoire d'amour de l'année.


Last days
En allant jusqu'au bout de ses expérimentations formelles, Gus Van Sant retourne aux sources du rock et de la création musicale.


Caché
Michael Haneke gratte jusqu'au sang sous la surface du confort et de la culpabilité occidentaux. Deux grandes performances d'acteur (Auteuil et Binoche) et une réalisation chirurgicale au service d'une mise en abyme glaçante.


Mysterious skin
Un film d'une grâce inouïe, qui traite d'un sujet des plus délicats (la pédophilie) avec beaucoup de sensibilité et de douceur.


Star Wars Épisode III
LE blockbuster de l'année, loin devant La Guerre des mondes et autres King Kong, a tenu toutes ses promesses.


Le cauchemar de Darwin
L'exact contraire du précédent. Et une démonstration cinglante de l'anéhantissement à petit feu du continent africain par les "dommages collatéraux" de la mondialisation.


Collision
Le mariage réussi du cinéma indépendant et du cinéma hollywoodien, pour un résultat coup de poing.


10– La Marche de l'empereur
Manchots empereurs forever :-)

 

FLAVIEN BELLEVUE

 



 

Le cauchemar de Darwin
Magnifiquement horrible. Une prise de conscience d'un système inhumain qui donne la nausée et ne peut laisser indifférent.


A History of violence
Le retour en force de Cronenberg grâce à une mise en scène brute et efficace.


Star Wars Épisode III
Enfin ! George Lucas nous livre l'explication du pourquoi du comment de son film commence en 1977 avec ce dernier opus (vraiment?) qui surpasse les deux précédents et offre même l'une des meilleures séquences d'ouverture de la saga.


Hôtel Rwanda
L'une des plus touchantes histoires de l'année. Don Cheadle et Sophie Okonedo sont extraordinaires.


Ray
Merveilleux film de Taylord Hackford, rendant hommage à une grande figure de la musique américaine. Un plaisir aussi bien pour les yeux que les oreilles.


De battre, mon coeur s'est arrêté
Un vrai plaisir de cinéma. Avec ses plans séquences, ses mouvements de camera à l'épaule et sa photo brute, la mise en scène de Jacques Audiard est à son sommet.


Factotum
Bukowski sous les traits de Matt Dillon ça ne peut être que bon.


King Kong
On l'a attendu, on l'a eu, King Kong s'impose du haut de ses trois heures de divertissement. Peter Jackson prouve définitivement qu'il est une valeur sûre du blockbuster hollywoodien.


Calvaire
Ovni rare dans le cinéma hexagonal actuel et véritable expérience éprouvante.


10– Palindromes
Autre ovni cinématographique. Trash mais sensible, le dernier Todd Solondz divise et c'est tant mieux !

 

MARILYNE LETERTRE

 




 

Star Wars Épisode III
L'évidence n'a nul besoin d'explications !


Aviator
Pour Marty, le meilleur réalisateur des 40 dernières années.


The constant gardener
Pour la plus belle histoire d'amour post mortem de l'année.


Alexandre
Pour la charge des éléphants en Inde, Angelina Jolie et les yeux de Jared Leto !


Mysterious skin
Pour cet enfant gâché dont le regard reste un de mes plus grands chocs émotionnels de cinéma.


A History of violence
Pour Cronenberg qui ne cesse d'explorer les formes de son fond (la violence).


Charlie et la chocolaterie/ Les noces funèbres
Pour Johnny et Tim dont la folie, la fantaisie et la poésie macabre n'ont jamais été égalées.


Entre ses mains
Pour l'amour au-delà de tout.


Million Dollar baby
Pour Clint, Clint et Clint !


10– Vera Drake
Pour la « nouvelle venue » Imelda Staunton, la meilleure actrice 2005.

 

VINCENT JULÉ

 



 

Feed
Vue à l'Etrange Festival, cette oeuvre encore inédite de Brett Leonard (Le Cobaye et le prochain Highlander) est la vraie claque de l'année. Poisseux, malsain, décalé, le film s'achève sur un long final effarant. Une demi-heure de plans d'à peine une seconde jusqu'à… la délivrance.


Rencontres à Elizabethtown
Mon côté midinette sûrement… ou alors cet esprit pop culture et générationnel.


Batman Begins
Le meilleur film de super-héros ? Aucune idée, mais un grand film à l'enthousiasme communicatif.


Alexandre
Monstrueux, dans tous les sens du terme.


Keane
Le premier plan vous happe pour ne plus lâcher prise tout au long de ce cheminement, où se mêlent, sans jamais les définir clairement, maladie, deuil, schizophrénie, pédophilie….


Caché
… ou comment filmer l'indicible.


Présentateur Vedette : La Légende de Ron Burgundy
Please be waiting for me baby when I come around.
We could make a lot of lovin' 'for the sun goes down.
Sky rockets in flight. Afternoon delight. Afternoon delight.

DIG!
Voir un documentaire + vivre un concert = vivre un documentaire.


The Constant Gardener
Bouleversant portrait de couple, peinture de l'Afrique en toile de fond et surtout brillante mise en scène de la violence d'Etat. Du travail d'artiste.


Virgil / Papa
Deux films très différents pour une même vitalité du cinéma français. La simplicité a parfois du bon.

10– La première heure de La Guerre des Mondes
Dans ta face.

 


MAGALI CIRILO

 




 

Star Wars Épisode III
Le film que j'attendais depuis mon enfance !


Charlie et la Chocolaterie
Pour l'univers gothique, ironique et enfantin de Tim Burton…et pour le toujours excellent Johnny Depp….

Les Noces Funèbres
IDEM !


Sin City
Pour le style visuel très sombre et pour l'histoire toute aussi noire.


Saw
Un film efficace, angoissant, et surprenant. Parce qu'il est difficile d'en deviner la fin.


Le Château Ambulant
Du pur Miyazaki, poétique, féerique, complexe, génial.


La Guerre des Mondes
Visuellement parfait, un scénario centré sur un personnage, incarné par un Tom Cruise pour une fois pas tête à claques.


Ralph
Parce qu'un peu d'optimisme ne fait pas de mal. Pour l'humour très 2nd degré.


Man to man
Une histoire qui fait froid dans le dos. Un film émouvant. Joseph Fiennes.

10– Palais Royal
Pour les répliques qui font mouche ! Pour Valérie Lemercier, irrésistible.


JOHAN BEYNEY

 

 
  

 

A history of violence
Sous la violence glacée des images, Cronenberg laisse apparaître un discours lucide et effrayant sur l'homme et la société. La scène de lutte dans l'escalier reste l'une des plus belles et des plus ambiguës de cette année 2005.


De battre mon coeur s'est arrêté
Frappant mais sobre, sombre mais élégant, intelligent sans être élitiste, le film d'un des (du?) meilleurs réalisateurs français actuels.


King Kong
Un remake qui n'a pas à rougir de la comparaison avec l'original. Peter Jackson livre un film brut, virtuose et empreint d'une réjouissante naïveté.


Star Wars Épisode III
On redoutait l'arrivée de cet épisode autant qu'on l'attendait. Défi largement relevé pour Lucas qui clôt sa saga de manière grandiose et épique en lui apportant une cohérence et une ouverture bien au-delà de nos espérances.


Charlie et la chocolaterie
1+1=3. L'effet de symbiose entre les univers de Tim Burton et Roald Dahl donne les meilleurs résultats. Johnny Depp est magistral, Danny Elfman au mieux de sa forme. Du bonheur en barre (chocolatée).


Tout est illuminé
Un premier film aux accents « kusturiciens » drôle, énergique et émouvant. Un bijou d'humour et de poésie sur le devoir de mémoire.


La Guerre des Mondes
Une première partie d'une incroyable virtuosité pour un film qui, malgré des moyens phénoménaux, reste d'une surprenante sobriété. Après avoir longtemps séparé les deux, Spielberg fait fusionner grand spectacle et discours de fond.


Dig !
Un documentaire intelligent et sensible, drôle et désespéré sur la comédie humaine à travers le parcours de deux groupes de rock américains. Et de la musique à vous donner envie de faire des répèt' dans un garage!


Sideways
Subtil, tendre et lucide. Un film drôle et émouvant servi par des dialogues et des acteurs d'une simplicité et d'une authenticité confondantes.


10– Les poupées russes
Klapisch a l'intelligence de ne pas sombrer dans la facilité en livrant une Auberge espagnole bis. Les trouvailles de mise en scène répondent à un scénario fin et bien ficelé. Cécile de France y remporte la palme comique de 2005 dans une scène mémorable à mourir de rire.

 

 

ILAN FERRY


 



   

 

Batman Begins
Sombre, dense et violent Nolan ressuscite avec brio le vengeur masqué en optant pour une approche frontale de la mythologie Batman qui n'est pas sans rappeler l'oeuvre de Frank Miller.


Va, Vis et deviens
Un très beau film sur la quête d'identité d'un garçon à la recherche de ses racines, à travers son regard c'est l'histoire d'un peuple et d'une société qui nous est contée.


La Guerre des mondes
Plus qu'un film de S.F. à l'atmosphère viscérale, Spielberg nous tend le miroir d'une Amérique en proie à ses propres peurs, où quand le film de genre devient une parabole politique.


Garden State
Simple, jolie et drôle Garden State est une véritable bouffée d'air frais servie par une inventivité et une poésie visuelle constantes.


Aviator
Scorsese réalise l'exploit de réaliser un biopic qui évite tout classicisme tant sur le fond que sur la forme prouvant si besoin est qu'il demeure l'un des grands maîtres du septième art.


De battre mon coeur s'est arrêté
Tout est dans le titre tant le film est porté par le jeu de Romain Duris d'une intensité rare. Audiard se réapproprie les codes du film noir pour livrer un véritable coup de poing dans la face du cinéma français.


New York Masala
Festival de couleurs et de chants, New York Masala est la quintessence du cinéma grand spectacle et réussit l'exploit de réconcilier cinéma oriental et occidental sans jamais perdre son identité.


Tu marcheras sur l'eau
Une belle histoire d'amitié doublée d'une intéressante réflexion sur une société hantée par son Histoire passée et présente. Evitant toute démagogie et autres pièges d'un sujet aussi sensible, le film délivre un beau message d'humanisme.


Kiss Kiss Bang Bang
Sous couvert de comédie policière, Shane Black réalise un bel hommage à tout un pan du cinéma américain. Une oeuvre drôle, incisive et hautement référentielle donc cinéphilique.


10– Saw
Pervers, malsain, Saw est une belle surprise qui s'amuse à jouer avec le spectateur jusqu'au twist final bluffant d'efficacité. On n'a jamais autant aimé être manipulé.

 

JULIEN WELTER

 




 

The Taste of tea
Parce qu'il a su capter la vie, tout simplement.


Mysterious Skin
Pour avoir rendu de la beauté et de l'humanité aux victimes de la pédophilie.


Million dollar baby
Parce que Clint sait parler des sujets importants (l'euthanasie) pour le plus grand nombre.


The Weather man
Parce qu'il dépeint comme jamais l'Amérique d'aujourd'hui.


Blood and bones
Parce qu'il va au coeur de la haine.


Closer, Entre adultes consentants
Parce qu'il en dit long sur le couple et les relations internes à Écran Large.


Be With me
Pour son utilisation innovante de la fiction et du documentaire.


Peindre ou faire l'amour
Pour avoir rendu beau l'échangisme.


The president's last bang et Une femme coréenne
Parce qu'en deux films le talent immense d'un réalisateur éclate.


10– The Descent
Parce que c'est le meilleur film d'horreur de l'année.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire