Deauville – Jour 8

Par La Rédaction
11 septembre 2005
MAJ : 4 octobre 2018
0 commentaire
default_large

La chasse aux interviews continue et rapporte enfin. Cinq (pour Keane, Mary, Bee season et Moi, toi et tous les autres) dans la même journée, un record ! Pour les lecteurs qui se demandent pourquoi nous n’en avons pas plus proposé ces derniers jours, une explication s’impose. Si aux États-unis les sites internet professionnels sont respectés à leur juste valeur – des médias à part entière – en France c’est une autre histoire (seul notre sympathique confrère Allo-ciné n’a pas à se plaindre). Heureusement des attaché(e)s de presse vivent avec leur temps et nous considèrent avec sympathie et respect mais il faut aussi se coltiner ceux qui se prennent pour les stars dont ils s’occupent, des hystériques, des mal-baisé(e)s, des mythos et des bitches star fucker (« Ahhh, Viggoooooo, quel super coup ! »)… Certain(e)s font même très fort et présentent toutes ces particularités à la fois ! N’allez pas conclure pour autant que Viggo est un mauvais coup mais vous pouvez le constater, la jungle des attaché(e)s de presse regorge de tout et de n’importe quoi, comme partout ailleurs et peut-être plus encore.

Didier, qui s’embourgeoise sans peine à lire Le Figaro en prenant un petit déjeuner non alcoolisé au Royal est à la surprise générale le premier à se lever pour aller à la projection de presse du déroutant Mary d’Abel Ferrara. Transporté par l’aura mystique d’un réalisateur unique en son genre, il en ressort habité par la foi (laquelle, on ne sait toujours pas), très impressionné par les performances de Forest Whitaker et de ses partenaires, sublimés par la mise en scène souvent inspirée de Ferrara. Si Bad Lieutenant en avait choqué plus d’un dans sa quête de la rédemption, Mary prouve avec le même thème traité différemment que son auteur s’est assagi – pas de scandale en vue – et qu’il est plus efficace que dans ses précédents films, même s’il lui arrive de tomber dans le ridicule pour se relever aussi vite. « Mary gagnera, vous verrez. » ne cessa-t-il de répéter toute la journée. On apprendra plus tard qu’il parlait de la demi-finale de Mary Pierce à l’US open et non de Venise. Décalé mais prémonitoire.

Laurent et Sandy ont préféré prendre leur temps et rejoindre Didier à 11h à la projection d’On the Outs qui raconte le quotidien difficile de trois adolescentes à Jersey city. Loin des films teenagers au pays de Candy ou Casimir, le premier film de Lori Silverbush et Michael Skolnik est assez bien accueilli par l’ensemble des festivaliers et de notre rédac’ chef, très porté sur le social depuis qu’il loge au Royal. Le trio d’ados nous révèlent de jeunes et talentueuses comédiennes (Paula Mendoza en tête) et ça tombe bien car elles ont fait le voyage pour défendre le film. Faute de stars, le Festival a au moins eu le mérite de braquer les projecteurs sur des inconnus qui méritent de ne plus l’être. Dans un registre encore plus noir, Edmond, du réalisateur culte Stuart Re-Animator Gordon ne fait pas l’unanimité mais réserve des qualités qui n’ont pas laissé indifférent Laurent Pécha. En revanche, Sandy a préféré aller faire une sieste à l’hotel et boycotter cette histoire de quadragénaire décidant de plaquer sa vie bourgeoise. La gauche et le caviar font toujours bon ménage près des planches. La pause sera de courte durée puisqu’il se réveillera pour la Caméra d’or à Cannes cette année, Moi, toi et tous les autres qu’il critiquera très prochainement.

Après avoir rencontré le metteur en scène de Keane et son acteur principal, Stéphane a décidé de quitter les planches et de suivre Vincent, qui pensait s’entretenir à Paris avec Michael Haneke mais qui apprendra dépité sur place qu’il devra finalement patienter quelques semaines. Retour perdant. L’équipe est définitivement séparée et le Festival sent déjà la fin. Sandy choisit alors de se recueillir devant Mary à la projection nocturne pendant que Didier vide les réserves de cognac en Normandie pour préparer son interview avec Abel Ferrara, prévue samedi. Seulement, l’ombre de Venise plane et s’apprête à frapper… (à suivre)

Rédacteurs :
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires