Chris Pratt a-t-il un (vrai) avenir après Marvel et Jurassic World ?

Geoffrey Crété | 10 juillet 2022
Geoffrey Crété | 10 juillet 2022

Y aura-t-il une (belle) vie et digne carrière pour Chris Pratt après Marvel avec Les Gardiens de la Galaxie et Avengers, et Jurassic World ?

En 2013, c'était la petite hallucination collective. Chris Pratt était touché par la foudre deux fois de suite en décrochant le premier rôle des Gardiens de la galaxie et Jurassic World. Le petit mec rond et con de Parks & Recreation allait ainsi devenir un héros hollywoodien, en un claquement de doigts, avec deux méga-franchises qui allaient être les têtes de gondole du Hollywood des prochaines années.

 

 

Une décennie après, une page de dollars, de sagas et de succès se tourne. Jurassic World : Le Monde d'après arrive, Les Gardiens de la galaxie Vol. 3 a été tourné, et Chris Pratt a terminé deux trilogies qui l'ont propulsé sur le devant de la scène. Le monsieur n'aura aucun mal à trouver du travail et nul doute qu'il continuera au moins chez Marvel, mais une question se pose : où peut-il aller après ça ?

 

The Terminal List : photo, Chris Pratt"C'est votre carrière. C'est incurable"

 

BIenvenue mister chance

La question est d'autant plus pertinente que toute la carrière de Chris Pratt repose sur de joyeux hasards, qui expliquent peut-être pourquoi le monsieur a la foi.

À 19 ans, après quelques mois à étudier la comédie, il plaque tout pour s'installer à Hawaï avec un copain dans un van, sur une plage, et travailler chez Bubba Gump Shrimp Co. (oui, Forrest Gump). En servant un apéro à l'actrice Rae Dawn Chong (La Guerre du feu, La Couleur pourpre, Commando), il lui parle de ses rêves de cinéma. Elle l'engage pour jouer dans sa première réalisation (Cursed Part III, qui ne sortira jamais), et l'emmène à Los Angeles.

À 23 ans, il décroche un rôle dans la série Everwood, qui dure quatre saisons.

À 27 ans, il commence à enchaîner les petits rôles au cinéma, notamment dans la comédie Take Me Home Tonight où il rencontre sa future femme, Anna Faris (encore ce satané destin).

À 30 ans, il passe un casting pour un petit rôle dans la série Parks & Recreation. L'équipe l'aime tellement qu'elle décide de réécrire pour lui, si bien que cette andouille d'Andy Dwyer restera jusqu'au bout.

 

Parks and Recreation : photo, Chris PrattUn mardi soir normal chez Chris Pratt

 

La même année, il se prend en plein dans la face le joli mur de la vie. Il passe les auditions pour les premiers rôles de Star Trek et Avatar, et échoue. Il racontait à Entertainement Weekly en 2014 : "Pour Avatar, ils m'ont dit qu'ils voulaient quelqu'un qui avait ce petit truc en plus. Je suis entré dans la pièce en sachant que je n'avais pas 'ce truc', et j'en suis sorti en me disant que je ne l'aurais probablement jamais. Je me suis dit que j'allais trouver un moyen de gagner ma vie, et si ça veut dire que je joue des seconds rôles, c'est super".

Autre obstacle : son poids. C'est à cause de ça qu'il est rejeté pour un rôle dans Le Stratège (qu'il décrochera finalement après avoir fondu et insisté), et c'est à cause de ça que James Gunn n'avait aucune envie de le rencontrer pour Les Gardiens de la galaxie. Le réalisateur expliquait à EW : "Je répétais, 'Vous rigolez, c'est le mec potelé de Parks & Recreation". Le pire ? Chris Pratt avait lui-même déjà refusé de venir passer des essais : "J'avais sûrement peur, et je me disais que j'étais trop gros pour jouer un super-héros".

Là encore, le destin avait un autre avis. En février 2013, il est officiellement casté en Peter Quill alias Star-Lord.

 

Le Stratège : photo, Chris PrattQuand tu attends le rôle en or

 

Autre coup du destin : Josh Brolin refuse le premier rôle de Jurassic World. Il expliquait ce choix à Happy Sad Confused en 2022 : "Avec tout le respect que je dois à Steven Spielberg, je n'arrivais pas à m'imaginer là-dedans. Je ne pouvais pas m'imaginer dans la peau de ce mec".

En novembre 2013, Chris Pratt est officiellement casté pour reprendre le flambeau dino face à Bryce Dallas Howard. Le plus drôle ? En 2010, dans un making of DVD de Parks & Recreation, il plaisantait en disant qu'il avait reçu un texto de Spielberg pour parler de Jurassic Park 4. De quoi transformer le plus cynique des athées en cul-bénit.

 

 

a star is lord

Presque dix ans d'apnée hollywoodienne plus tard, Chris Pratt a été omniprésent uniquement avec ces deux franchises : Les Gardiens de la galaxie en 2014, Jurassic World en 2015, Les Gardiens de la galaxie 2 en 2017, Avengers : Infinity War et Jurassic World : Fallen Kingdom en 2018, Avengers : Endgame en 2019, et Jurassic World 3 et Thor : Love and Thunder en 2022, et le Holiday Special des Gardiens de la Galaxie, en fin d'année. La seule année vide au milieu, 2016, a été remplie par deux verres d'eau tièdes à plus de 100 millions chacun : le remake des 7 Mercenaires et Passengers. En marge, il y a aussi eu La Grande Aventure Lego, et En avant chez Pixar.

Dix grosses et grasses années qui ont tout avalé : ses seconds rôles dans les prestigieux Her, Zero Dark Thirty et Le Stratège, sa présence dans les comédies Delivery Man et Cinq ans de réflexion.

Le monde a eu droit à une décennie-shoot de Chris Pratt à toutes les sauces, mais autour du même ingrédient invariable ou presque : le rôle du héros un peu lourd, un peu drôle, un peu cool, avec deux ou trois expressions entre les courses-poursuites et explosions. Et surtout, du héros qui se perd dans l'immensité de son univers - et du business.

 

Passengers : Photo Jennifer Lawrence, Chris Pratt"Mais comment elle arrive à être bonne actrice même dans cette daube ?"

 

Car au fond, Chris Pratt n'est qu'une façade. C'est moins un héros qu'une marionnette. C'est l'incarnation du Hollywood moderne, sous sa forme mutante de méga-franchisation. L'humain, le visage, le nom, comptent moins que la marque, l'IP (la propriété intellectuelle), l'univers étendu. En d'autres termes : il ne représente quasi rien, et il est jetable. 

C'est le héros des Gardiens de la galaxie, mais c'est le seul héros du MCU à exister d'emblée au sein d'un groupe. Il est le héros de Jurassic World, mais les vraies stars sont les dinosaures. Personne ne va voir Jurassic World pour lui, et s'il est désormais très attaché au rôle de Star-Lord, Les Gardiens de la galaxie continuera sans lui.

 

Jurassic World : Le Monde d'après : photo, Chris PrattLe lièvre et la torture

 

En 2017, James Gunn n'évacuait pas l'option d'un quatrième Gardiens de la galaxie, mais déclarait au Toronto Sun : "Ce ne serait pas le même groupe. En gros, l'histoire de ce groupe se termine avec le troisième". Depuis, le réalisateur a plusieurs fois confirmé qu'il en avait fini avec Star-Lord et sa bande (mais pas forcément avec Marvel, nuance importante). En 2022, il était très clair chez Deadline, dans le podcast Hero Nation : "C'est la dernière fois que les gens verront cette équipe des Gardiens. C'est la fin pour nous".

Côté dinos, le message est plus cryptique, puisque totalement étouffé dans le bullshit promo. Le réalisateur Colin Trevorrow répète que Jurassic World 3 sera la grande et belle et importante conclusion des deux trilogies, ce qui rappelle le discours de Disney pour Star Wars 9 (qu'il devait réaliser). Le producteur Frank Marshall parle de la fin d'une ère, mais pas de la saga. Jurassic (insérer le mot que vous voulez) continuera, sous une forme ou une autre. Mais difficile de croire que quiconque aura besoin de Chris Pratt, Bryce Dallas Howard ou n'importe lequel des nouveaux pantins présentés dans la nouvelle trilogie.

 

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : Photo Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Karen GillanTout doit disparaître

 

francheesy

Que fera donc Chris Pratt s'il n'a plus le jukebox rétro de James Gunn pour danser, et les raptors pour filer à moto ? Il a bien essayé de s'accrocher à d'autres trains-franchises, mais sans succès.

En 2014, il était casté dans le premier rôle de Cowboy Ninja Viking, tiré des comics d'A.J. Lieberman et Riley Rossmo, et évidemment imaginé comme une potentielle franchise. Un choix de casting logique pour le studio Universal, déjà derrière Jurassic World, et qui avait récupéré ce projet abandonné par Disney. Sauf que tout s'est écroulé, malgré l'arrivée de la réalisatrice Michelle MacLaren et de l'actrice Priyanka Chopra. Censé sortir en 2019, le film a été mis en pause en 2018, pour repenser le budget et donc, le scénario. Depuis, silence radio.

À la même époque, Chris Pratt se jetait dans un autre nid de vipères cosmiques : The Tomorrow War. Encore un rôle de grand héros, avec une histoire d'aliens, de voyage dans le temps, de guerre et de niaiserie familiale. Chris Pratt y croyait suffisamment pour devenir producteur, pour la première fois de sa carrière. Sauf que le film était trop sombre pour un blockbuster à 200 millions, donc le scénario a été réécrit et adouci, afin de plus ressembler à Independence Day qu'aux Fils de l'homme.

 

The Tomorrow War : photoStarshit Troopers

 

Le destin a alors frappé à la porte. Nom de code : Covid. La sortie cinéma prévue en décembre 2020 a été repoussée à l'été 2021, puis à une date indéterminée. Paramount a vite perdu patience et revendu le gros bébé à Amazon Studios, qui a lâché 200 millions. The Tomorrow War est donc arrivé sur les petits écrans de streaming en juillet 2021, comme un gros et cher pavé dans la marre de la SVoD. Le film était conçu comme un blockbuster de premier ordre, mais il a fini dans le caniveau - aux côtés d'Infinite, avec Mark Wahlberg.

Une semaine après, Amazon Studios et Skydance (producteur à l'origine) commençaient pourtant à discuter d'une suite. De quoi donner vie à la franchise là encore évidemment espérée avec ce gros film d'action, et rectifier le tir ? Oui et non. The Tomorrow War 2 n'a toujours pas avancé d'un iota, deux ans après cet effet d'annonce.

 

Les 7 Mercenaires : Photo Chris PrattUn air de mercenaire

 

forever young

2022 sera peut-être la fin d'une ère, mais plus pour Chris Pratt que pour les dinos. Sans Marvel ni Jurassic, sans nouvelle franchise en vue, le futur CV de l'acteur semble vide. Mais au fond, rien ne change : c'est toujours une chambre d'ado, et l'acteur continue à exaucer ses rêves d'enfant.

Quand il a été choisi pour Jurassic World, il expliquait avec des étoiles dans les yeux que Jurassic Park avait été son Star Wars quand il était gosse. Quand Sylvester Stallone a été casté dans Les Gardiens de la galaxie 2, il racontait que Rambo était son grand héros. "Il a fait de moi qui je suis aujourd'hui, je pense", lâchait-il en talk-show.

Les nouvelles et prochaines lignes de son CV sont toujours celles d'un grand môme. Il prêtera sa voix à Mario et Garfield dans de nouveaux films animés après s'être pris pour Rambo dans la série The Terminal List où il incarne un soldat de retour de la guerre, légèrement traumatisé et vite convaincu qu'une mystérieuse organisation secrète veut sa peau. Pour la deuxième fois, Pratt est également producteur de la fiction, aux côtés d'Antoine Fuqua, le réalisateur des 7 Mercenaires.

 

The Terminal List : photo, Chris PrattRam-beau

 

Après une grosse décennie, Chris Pratt compte aussi respirer. C'est son plan depuis au moins 2019, comme il l'expliquait chez Entertainment Weekly : "Le futur ? Plein de gosses. Peut-être moins de temps passé à travailler, plus de temps pour profiter de la vie. J'ai toujours envie d'être ce mec qui travaille pour vivre, et pas qui vit pour travailler. J'ai juste envie de passer du temps à profiter de ma ferme, pêcher, regarder des couchers de soleil".

C'est peut-être ça, au fond, sa scène la plus héroïque : le repos du guerrier sur son rocking-chair face au coucher de soleil, après avoir sauvé le monde une demi-douzaine de fois, et avant le générique de fin (peut-être pas celui de sa carrière, mais probablement celui de la phase la plus hollywoodienne de sa filmographie).

Tout savoir sur Chris Pratt

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
qkcs
11/07/2022 à 13:51

J'espère pour lui (et pour moi car je l'aime bien le Chris) qu'il ne connaitra pas le destin ciné funeste de sam worthington. On le voyait dans tous les blockbusters d'il y a plus d'une décennie, avant de quasi disparaitre.
Cela dit, même s'il n'est pas un grand acteur de composition, son capital sympathie n'a rien à voir avec celui de l'acteur de terminator 4 et d'avatar. Il plait aux mecs qui voient en lui le bon pote toujours prêt à vider des bières ou regarder des matchs. Il plait aux pères pour son coté bon père de famille et aux mères pour son coté viril mais pas trop...
Il n'est pas et ne sera jamais un Tom cruise mais on le reverra je pense car il sait s'adapter à beaucoup de films ou thèmes. et finalement il a une bonne tête le garçon.

Cidjay
11/07/2022 à 13:10

"C'est l'incarnation du Hollywood moderne, sous sa forme mutante de méga-franchisation. L'humain, le visage, le nom, comptent moins que la marque, l'IP (la propriété intellectuelle), l'univers étendu."

C'est l'exact inverse du portait de Tom Cruise que vous avez relaté récemment.

Kay1
11/07/2022 à 12:42

Sérieusement On a déjà Ryan Reynolds qui est bien meilleur que lui.
Chris Pratt n’a aucun avenir, en tout cas je doute qu’on le revoit dans une autre grosse licence tant son charisme frise le zéro . Star Lord est son meilleur role et pourtant il n’y a rien à en tirer en terme en interprétation alors que le personnage est plutôt bien écrit . Je parle même pas de son rôle dans les 7 mercenaires qui m’a totalement sorti du film. Bref ce serait pas une perte si il arrêtait le cinéma et se rédigeait vers la TV , ce qui semble être le cas au vu des films qu’il sort sur Prime Vidéo.

Lord Sinclair
11/07/2022 à 10:41

Son présent est déjà pas bien glorieux....

Trashyboy2
11/07/2022 à 10:36

Ryan Reynolds a un peu le même profil je trouve. Le charisme d'une huître, mais qui a pu bénéficier de l'aura d'un personnage.

Kinké
10/07/2022 à 19:50

@RR - il n'a jamais renié son enfant handicapé : à la naissance de son enfant qu'il a eu avec sa nouvelle femme il a prononcé une phrase qui a été sortie de son contexte par les bien-pensants du net qui voient le mal partout ...

Pi
10/07/2022 à 14:15

Du plus profond de mon corps... : C'est OUI !

A-t-on déjà vu un homme mieux incarné le fantasme du JI joe repenti et toujours très bien entretenu physiquement... ?

Je ne remercierai jamais assez l'inventeur du velcro qui permet à n'importe quel t-shirt de moulé parfaitement son torse saillant sculpté à la serpe...

Le bon dieu ne nous a pas tous fait dans le même moule mais celui de Chris Pratt surpasse la perfection même !!

J'espère donc le voir à nouveau guindé ses muscles dans des zones subéquatoriales de la planète ou le taux d'humidité n'a d'égale que la chaleur qu'il dégage... J'en viendrai presque à être pour le réchauffement climatique !!

A2lino
10/07/2022 à 13:44

@oreteils
CP en Indiana Jones ? Hey, bien vu ! Il a le côté "enfantin" du personnage

Ar Brezeler
10/07/2022 à 12:15

Chris Evans a passé les années 2010 à jouer un seul rôle mais ça ne l'a pas empêché d'avoir d'excellentes critiques et un succès commercial dans Knives Out, c'est possible.

orteils
06/06/2022 à 19:15

il serait bien en Indiana Jones
pour le reste.... c'est un acteur fort sympathique mais pas plus.

Plus
votre commentaire