Coup de torchon ou le Christ serial killer de Bertrand Tavernier sur Netflix

Simon Riaux | 2 octobre 2021
Simon Riaux | 2 octobre 2021

Bertrand Tavernier adapte Jim Thompson. Il transforme ici le jubilatoire et glacial Pop. 1280, téléporte son action en Afrique à la veille de la Seconde Guerre mondiale, faisant de Philippe Noiret un tueur en série messianique. Retour sur un grand vertige de cinéma, véritable Coup de torchon métaphysique.

1938. L'Europe s'embrase rapidement, et la France est aux portes de la Guerre. Pendant ce temps, dans le village de Bourkassa Ourbanqui, quelque part en Afrique, sous domination hexagonale, les humains vaquent à leurs occupations. Pendant que la métropole fait l'autruche à Munich, les habitants de la petite bourgade s'aveuglent de concert. Se manipulent, se mentent, s'oppressent, se volent.

Au milieu d'eux se trouve Lucien (Philippe Noiret), seul policier en charge du respect de la loi. Cynique et désabusé au dernier degré, il administre les lieux en détournant le regard, notamment des veuleries que lui adressent ses semblables. Pris pour un homme faible, un idiot que chacun pourra humilier ou mépriser, il subit les crachats, le mépris. Jusqu'au jour où il décide de présenter l'addition.

 

Affiche officielleAu programme, des sourires, de la bonne humeur et des fusils

 

DENT POUR DENT

Le génial auteur de Rage Noire a été adopté par le cinéma français, dès le formidable Série noire. Mais bien avant que le joyau noir d'Alain Corneau déferle sur les écrans en 1979, un cinéaste français cherchait à adapter un texte de Thompson. Il s'agit de Bertrand Tavernier. Ce dernier ne souhaite pas tourner aux États-Unis, mais transposer ce récit dans un contexte français, et il ne parvient pas à trouver d'époque ou de milieu qui convienne à ce déferlement de bassesse. Un temps, il envisage de déporter les évènements durant les années 20, dans un milieu rural, mais il ne parvient pas à émuler le décor originel, son village du sud-est des USA, et les structures narratives qu'engendre son climat de racisme et de ségrégation.

Il envisage même un temps de porter l'ensemble dans une communauté de mineurs, mais sans succès. C'est en lisant Céline et ses descriptions de l'empire colonial français qu'il a le déclic, et trouve dans une petite bourgade coloniale d'avant-guerre la scène idéale pour accueillir la folie de Thompson, l'angoisse existentielle qui la traverse et la met en mouvement. Pour autant, Tavernier n'a pas seulement pour ambition d'utiliser le roman comme une feuille de route, il va entamer une relecture, une prolongation, qui en fait simultanément un récit fidèle dans son ton et sa structure, et plus qu'un conte (a)moral, une véritable parabole meurtrière.

 

photo, Philippe NoiretLa super pêche

 

Il suffit au réalisateur d'une simple idée pour créer un sens nouveau. il ouvre Coup de torchon sur une scène de son invention, au cours de laquelle Lucien observe des enfants à la recherche de nourriture, retournant la poussière alors qu'ils meurent de faim. D'abord comme absent à lui-même, il regarde la scène, sans s'en émouvoir outre mesure. Puis survient une éclipse. Paradoxalement, la disparition du soleil, le retrait de l'astre aveuglant et l'irruption des ténèbres agissent sur Lucien comme un révélateur, alors qu'il est soudain saisi par l'horreur de la situation.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
X-or
04/10/2021 à 10:06

Le personnage de Noiret est tellement too much que j'ai eu du mal avec le ton du film.
Pouvoir visionner ce cinéma sur les plateformes mainstream demeure néanmoins une bouffée d'air frais.
Je conseille également les films de Claude Sautet dispo sur Prime ou Netflix (César et Rosalie et Max et les férailleurs notamment),

Romain
03/10/2021 à 11:25

En même temps Jim Thompson à la base... Le cynisme du livre est bien retranscrit dans le film. On fait de meilleurs films en adaptant même librement Jim Thompson qu'en allant piocher dans du Harlan Coben, Fred Vargas ou Guillaume Musso. Le matériel originel est tout de même plus intéressant.

merci
03/10/2021 à 09:07

excellent film

Numberz
02/10/2021 à 22:09

Non mais cette affiche au cinéma de nos jours, elle reste une journée lol

rientintinchti
02/10/2021 à 16:41

Excellent film. à voir absolument

Kyle Reese
02/10/2021 à 16:14

Un film qui m'a toujours fasciné, vu assez jeune à la Tv avec cette ambiance moite pesante et ce sentiment d'être dans une sorte de cocotte minute tout du long prête à exploser.
Je n'avais lu aucune critique ni analyse sur le film jusqu'à la votre. Elle me semble très pertinente et éclaire beaucoup sur le ressentis qu'on a en le regardant. Ce n'est pas pour rien qu'il est devenu un grand classique. Et quel casting, incroyable. Noiret, quel acteur et sans avoir l'air d'y toucher en plus ! Il n'y a plus qu'Huppert qui tourne encore, sacré carrière et longévité pour elle, l'avantage d'avoir du talent et d'avoir commencé tôt. Rah ... Cinéma ! ... Cinéma ! comme disait l'autre timbré ! lol

Flash
02/10/2021 à 12:14

un de mes films français préférés, je m'en lasse jamais, je vais pas tarder à aller sur Netflix.

votre commentaire