Tout James Bond : Skyfall, l'épisode ultime qui écrase tous les autres ?

Mathieu Jaborska | 2 octobre 2021 - MAJ : 02/10/2021 19:18
Mathieu Jaborska | 2 octobre 2021 - MAJ : 02/10/2021 19:18

Probablement le plus apprécié des opus de l'ère Daniel Craig, Skyfall est-il vraiment l'une des meilleures aventures de James Bond 007 ?

Malgré un départ sur les chapeaux de roue dans Casino Royale, le James Bond de Daniel Craig a essuyé un premier revers critique avec Quantum of Solace, reçu assez tièdement par la presse et une partie du public. Skyfall, longtemps annoncé, devait donc relever un double défi : redorer le blason du héros et fêter comme il se doit le 50e anniversaire de la saga, débutée avec James Bond 007 contre Dr. No en 1962.

Et ce fut une réussite, car cette 23e aventure est parvenue à la fois à largement emporter l'adhésion du monde entier et à braquer le box-office. Un succès sur tous les fronts, encore unanimement célébré chez les aficionados de la franchise et le grand public. Skyfall serait-il le James Bond ultime ?

 

Affiche françaiseLa classe du classique

 

DE QUOI ÇA PARLE ?

C'est la merde. Quelqu'un a dérobé une liste d'agent du MI6 et on dépêche Bond et sa collègue pour la retrouver. Quelques sauts en moto et agressions de trains à la pelleteuse plus tard, la future Moneypenny descend 007 sous la pression de M. Et puisque deux balles dans le thorax et une chute de 2 kilomètres à plat dans une rivière n'auront pas la peau de l'agent, il en profite pour se payer des petites vacances au pays de la Tequila et des scorpions. Mais attention, il est quand même un peu fatigué.

Lorsqu'un attentat explose le siège du MI6, il reprend du service, en pleine crise interne. Le mystérieux malfaiteur en possession de la liste nargue une M sur la sellette en divulguant progressivement des noms d'agent. 007 rencontre un Q un peu trop jeune à son goût (comme si ça l'avait déjà dérangé), retrouve son agresseur / assassin en plein boulot et le défenestre sans qu'il puisse donner le nom de son employeur. Qu'à cela ne tienne : l'espion retrouve dans ses affaires un jeton qui l'emmène directement dans un casino de Macao.

 

photo, Bérénice MarloheEt la Vodka Martini pour tenir la chandelle

 

Sur place, il rencontre la trouble Séverine, une complice, qui l'emmène après une bataille de dragons (si, si) auprès du grand méchant, Raoul Silva. Celui-ci est un ex-agent du MI6 abandonné par M en pleine séance de torture et ayant testé par lui-même la chirurgie esthétique au cyanure. Il souhaite donc se venger, mais c'est sans compter sur Bond et son torse aguicheur, qui contactent les autorités et enferment le psychopathe et son brushing dans une prison de verre.

Sauf que - quelle surprise - c'était un piège. L'introduction de Q dans son ordinateur lui ouvre un accès vers le métro, où Bond le poursuit, avant de se manger une rame dans la tronche (et pas une rame de kayak). Silva s'introduit dans la salle d'audience où M est auditionnée, lui tire dessus, mais se loupe lamentablement. Bond débarque et emporte M pour la mettre en sécurité. Tout ce petit petit monde se retrouve au manoir dans lequel a grandi l'agent secret, le manoir Skyfall, pour en faire exploser chaque centimètre carré à l'aide d'une palette de calibre divers. Tandis que Silva tente de mourir en même temps de M, il est abattu par Bond. Pas de bol : M meurt quand même. Coup de bol : devinez qui vient de se ramener au MI6 ?

 

photo, Ralph FiennesLe monde de Ralph

 

POURQUOI c'est un excellent bond

Pour ses 50 ans, James Bond devait regarder dans le rétro sans dévier de sa route. Et c'est chose faite avec Skyfall qui, en faisant chuter un héros diminué pour mieux ausculter ses difficultés à se dépêtrer de son temps, commente la saga dont il se veut l'aboutissement sans pour autant déroger à ses codes. Les dialogues, surtout dans la première partie, multiplient les références métafilmiques et les renvois narratifs. Bond est plusieurs fois désigné comme "un personnage", notamment par Eve, et le passage de son évaluation, à première vue anecdotique, autorise le récit à l'éjecter du mythe qu'il incarne.

 

Photo Daniel Craig, Naomie HarrisTailler dans la légende

 

Le méchant se veut symbole d'un dur renvoi à la réalité, un agent du relativisme. James Bond serait bien un alcoolique toxicomane aveuglé par ses allégeances, l'homme de main d'un pouvoir maladroit. Seule solution pour démentir ses propos : revenir aux sources, en l'occurrence aux écrits de Ian Flemming lui-même puisque le climax se déroule dans le manoir Skyfall, inspiré du Manoir de Dalness, maison de famille de l'écrivain. C'est éclairé par les flammes apocalyptiques de Roger Deakins, dévorant ses ruines, que le personnage termine sa chute libre et renait, épaulé par une toute nouvelle équipe.

Pas question de sauver le monde une fois de plus... mais bien de sauver l'univers de James Bond, ses alliés et sa réputation. Intime jusqu'au charnel, le méchant incarné par un Javier Bardem né pour le rôle fait moins étalage de sa mégalomanie qu'il cherche à ébranler la licence en elle-même, perspective encore plus insupportable pour le spectateur. Présenté lors d'un de ces plans-séquences millimétrés dont Sam Mendes a le secret, il éprouve les traditions auxquelles s'accroche désespérément la saga, de plus en plus moquées 50 ans après ses débuts, flingue de la James Bond Girl sans remords et s'attaque à la tête du MI6, niche de 007 forcée de se tapir dans les sous-sols.

 

photo javiChevalier blanc

 

Non seulement Skyfall martyrise la saga afin de la faire renaitre, si possible pour un autre cinquantenaire, mais il le fait bien. Outre son méchant particulièrement dérangeant, surtout sans son dentier, il ne lésine pas sur les séquences d'action spectaculaires et les cascades mémorables, particulièrement lors d'une ouverture ultra-inventive, comportant l'un des plans les plus iconiques de la licence, ou d'une empoignade sublimée par un arrière-plan d'écrans géants, stigmate de l'époque dans laquelle il évolue désormais, et référence esthétique régulièrement citée à droite à gauche, encore quelques années après.

Ajoutez à ça - et en dépit de l'ambiance dépressive du film - quelques pointes d'humour efficaces (la séquence du métro) et l'introduction de quelques excellents comédiens à des postes clés comme Ben WhishawNaomie Harris et Ralph Fiennes, et on obtient l'un des meilleurs Bond contemporains, cristallisant toutes les qualités de l'ère Craig.

 

Photo Daniel CraigUn nouveau standard ?

 

Pourquoi ce n'est pas parfait

Tout n'est pas forcément parfait dans Skyfall, unanimement salué par la critique et les spectateurs. Le dernier acte, appesanti par ses ambitions cosmogoniques, est moins palpitant que les scènes d'action le précédant, quoiqu'il se rattrape avec la beauté de la photographie, et le génie du méchant est vite mis en déroute par l'arsenal de pièges qu'abrite le manoir.

De même, le film compte bien inclure les bouleversements technologiques du XXIe siècle dans sa remise en question des dogmes de l'espionnage britannique. Malheureusement, comme souvent avec ce genre de détours scénaristiques, les facilités sont en embuscade (Q est bien sympathique, mais assez bête quand même) et certains détails vieillissent très, très vite. Le coup de la petite animation post-hacking express a vite perdu en crédibilité.

 

photo, Ben WhishawSi l'écran est grand, c'est qu'il est puissant

 

En général, les aspirations du scénario font quelques dommages collatéraux, dont la James Bond Girl "principale" de l'épisode (si on ne compte pas M, bien sûr), campée par une Bérénice Marlohe impliquée. Sa disparition au milieu de l'intrigue et son décès vite relativisé par l'arrivée en grande pompe du MI6 l'empêchent de gagner en caractère, et c'est dommage, puisque l'idée d'une James Bond girl en quête d'émancipation avait de quoi séduire.

 

Photo Bérénice MarloheRIP en paix petit ange parti trop tôt

 

BUSINESS BOND

Inutile de tourner autour du pot : Skyfall est tout simplement le plus gros succès de la saga (hors inflation), et le seul à avoir passé la barre symbolique du milliard de dollars, exploit accompli à l'époque par seulement 5 longs-métrages. Aujourd'hui, il reste le 28e plus gros succès de l'histoire du cinéma avec 1,1 milliard de dollars de recette pour 200 millions de budget. C'est ce qu'on appelle une opération juteuse, qui n'était pourtant pas garantie, étant donné que Quantum of Solace n'avait quant à-lui rapporté que 589,5 millions pour le même budget.

Ce fut un triomphe absolument partout, surtout au Royaume-Uni, heureux de voir le plus anglais des héros financés par les Américains rendre hommage à ses racines. Selon la BFI, dans le rapport des années 2016 et 2017, il serait encore le second plus gros succès sur place après Star Wars : Le Réveil de la Force, avec 103,2 millions de livres amassées. Aux États-Unis, il a atteint sans mal les 304 millions de dollars au cours de ses 18 semaines d'exploitation avec un pic à 88,3 millions pour son week-end d'ouverture, ce qui n'est pas si extraordinaire, et prouve sa puissance à l'international.

En France, ce fut également un carton, dont la singularité doit beaucoup à une critique dithyrambique et à un bouche-à-oreille efficace. Il y a rassemblé 1,8 million de spectateurs la première semaine, 2,1 millions la deuxième, propulsée par un jour férié. En tout, Skyfall a cumulé chez nous plus de 7 millions d'entrées. C'est une réussite totale qui a garanti la longévité de la saga pour quelques épisodes encore. Et ce n'est pas la réception plus mitigée de Spectre qui a freiné le regain d'intérêt général envers la licence qu'il a engendré.

 

photoAvec une promo sobre, mais efficace

 

UNE SCÈNE CULTE

Il est de bon ton de citer une séquence d'action particulièrement intense dans cette partie de l'article, et Skyfall n'en manque pas. Mais la plus mémorable de ses scènes reste la première rencontre avec Silva, restée célèbre. Elle concentre tous les enjeux de cet épisode, et ce dès la découverte de son décor, une vaste ruine flottante, peuplée par les fantômes meurtris du MI6 et une batterie de serveurs informatiques austères.

Le grand méchant fait son entrée dans un long plan-séquence en amorce de Bond. Passé un certain point, la caméra quitte son point fixe pour effectuer un travelling avant, excluant de plus en plus le crane de Daniel Craig jusqu'à l'éjecter complètement du cadre. Alors que le bad guy s'empare du champ, le plan change lentement d'angle pour le montrer en contre-plongée, dominateur et sûr de lui. Une entrée remarquable, suivie d'un dialogue qui remet en question tous les présupposés de la saga.

 

 

Silva taille un costard à un pauvre 007 mis face à ses faiblesses et ébranle sa sexualité. La chute est vertigineuse, même pour un Craig impassible. Le point d'orgue d'un long-métrage transgressant comme il faut le classicisme esthétique généralement accolé à la franchise. On attend encore un concurrent.

Tout savoir sur Skyfall

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
xav
08/10/2021 à 09:41

Un film de qualité à plein de niveaux, mais perso je HAIS les films méta. Entre les Jurassic World qui philosophient en sous-texte sur l'évolution des blockbusters, et les Star Wars qui présentent un duel de réalisateurs pour déterminer ce que c'est qu'être un bon fan de la saga.... Skyfall a ouvert le ball en 2012 en centrant son propos sur "notre franchise est-elle has-been?", en faisant des gros clins d'œil affectueux aux clichés de la série (les gadgets etc) pour nous dire comment ils se positionnent vis-à-vis de ça, et en les intégrant au film avec un air de dire "ouais c'est notre ADN, et on assume, mais ça ne nous empêche pas d'être cool" (la réplique "old monkey, new tricks" de monneypenny, c'est le film qui nous dit directement ce qu'on doit penser du film). Et M qui donne la conclusion de cette petite dissertation de lycée, dans sa plaidoirie pour défendre la pertinence de sa section 00 auprès du gouvernement, au cas où on risquerait de se faire notre propre opinion sur la pertinence de ses films dans le paysage cinématographique du XXIème siècle.

C'est à ça qu'on reconnaît une franchise has-been. Quand elle passe tout son temps à parler de son nombril. Quand au lieu de nous raconter des histoires, elle utilise son temps de parole pour nous expliquer comment elle devrait nous raconter des histoires (et aussi ce qu'on doit penser des films précédents et de son héritage, et tout ça).
Heureusement, Sam Mendes est parti, et No Time To Die a sorti la franchise de son état de has-been, en nous présentant un dernier film réellement moderne, qui n'a pas besoin de le prouver, ni de nous répéter toutes les dix minutes "vous avez vu comme je suis moderne, hein?"

Bon, à part ça, j'adore sincèrement le final en Ecosse. Tant au niveau du spectacle premier degré que de toute l'imagerie que cela développe. Le spectacle désert, vide, brumeux, et qui tout d'un coup s'enflamme et devient une fournaise.... On a clairement un passage dans le monde des morts, avec James Bond qui part y cacher M, mais Silva qui les rejoint jusqu'aux Enfers pour y mourir avec eux. J'imagine que le fait que Spectre s'ouvre à la fête des morts, dont James arrive à s'extraire, montre symboliquement que James Bond était toujours à l'antichambre des Enfers à la fin du film (sans M et Silva qui sont devenus résidents permanents), et donc qu'il commence le film suivant en revenant seul au royaume des vivants.

Kay1
04/10/2021 à 15:51

@Silvinception ! En terme de mise en scène, Skyfall est supérieur à Quantum of Solace, je le reconnais . Mais en terme de travail sur le caractère de Bond , Quantum est au dessus. Oui j'ai préféré Quantum à Skyfall . QoS a énormément de défauts : méchant pas charismatique, montage trop épileptiques, une inspiration Jason Bourne parfois flagrante et le thème du film est pas incroyable mais ce n'est pas le film ennuyant qu'on veut nous faire croire . Il a eu la malchance d'être produit durant la grève de scénaristes en plus de devoir passer derrière le monumental Casino Royale .
Mais c'est une bonne suite du film malgré ces défauts , et plus je le regarde , plus je me dis que c'est un épisode sous estimé . Pour ceux qui parlent Anglais , je vous recommande de regarder la vidéo Youtube de Filmspeak : https://www.youtube.com/watch?v=iAKX3gBaLAY . Il explique clairement pourquoi le film est sous estimé et pourquoi il est bien meilleur que ce que les gens pensent .

@brucetheshark Crois moi , il n'y a pas que les français qui se plaignent du film . Tout comme GoldenEye , Casino Royale ou Goldfinger ne font pas toujours l'unanimité, chacun a des avis différents selon les films. Perso Skyfall fut ma plus grande déception concernant l'ère Craig puisque je n'attendais plus grand chose de Spectre non plus.

sylvinception
04/10/2021 à 14:13

Mise de rien, l'ami @Kay1 nous dit quand même qu'il trouve Quantum supérieur à Skyfall... hum.

brucetheshark
04/10/2021 à 13:41

Il faut aller en France pour trouver autant de commentaires négatifs sur skyfall... Etonnant tiens !

Lolipop
04/10/2021 à 08:12

Tout est très bien jusqu'à ce que Bardem entre en scène. Son personnage je le trouve vraiment ridicule. D'ailleurs niveau antagonistes c'est assez pitoyable dans l'ère Craig. Casino Royale était excellent, mais le choix de traîner l'histoire de Bond sur cinq films, l'abandon de tout esprit pulp et le traitement hyper sérieux de l'ensemble rend la période Craig particulièrement ennuyeuse.

Xbad
04/10/2021 à 06:32

J'ai tout aimé perso, l'histoire, la musique, les acteurs, les plans, l'action, au dessus largement de quantum of solace pour ma part. Heureusement avec cette saga on peut en trouver pour tous les goûts ya de quoi faire !

Francis Bacon
04/10/2021 à 03:51

J'avais été assez mitigé au ciné. Il y a qd même des plans magnifiques, moi c'est plutôt à Wes Andersen (et pas Nolan) que la mise en scène de Skyfall me fait penser (tous ces plans de bond de dos avec cette symétrie travaillée dans l'arrière-plan). L'ambiance et l'éclairage de la bataille finale aux châteaux, c'est tellement propre et beau qu'il me suffit de fermer les yeux pour avoir les plans en tête. Niveau mise en scène c'est peut-être le meilleur (même si j'étais aussi assez conquis par l'épilepsie illisible de Quantum).

Comme bcp de ceux qui ont adoré Casino Royale, j'ai regretté le retour de Q (même si en faire un jeunot geek est une bonne idée) de Monneypenney et des gadgets.

J'aime pas trop non plus l'idée d'un retour vers l'enfance de Bond, tel que je vois cette licence c'est avant des histoires impersonnelles, Bond ne doit pas avoir de vie, il est seulement le bras armé de la nation.
Par contre la réflexion (qui est aussi dans Spectre) sur le côté peut-être désuet des double 0 à l'âge des drones et des hackers est un très bon point (d'ailleurs il y a un très bon dialogue allégorique là-dessus "je vois juste un bateau et un autre bateau").

Kay1
03/10/2021 à 20:58

@Kyle Reese J'ai détesté le film dès la sortie . Et pour bien te rassurer, j'ai revu le film avec le coffret des 50ans de la saga. Pour dire à quel point le film était décevant , je suis allé au cinéma avec deux amis dont l'un est tout aussi fan de la saga que moi et on en est arrivés tous les trois au même constat : le film avait été survendu, et sa qualité était bien plus faible que ce qu'on pouvait lire dans les articles de presse.

Je faisais les mêmes critiques il y'a 9 ans . Tu peux trouver nos arguments faiblards, tout comme je pourrais dire que les seuls qualités qui ressortent du film est le jeu des acteurs et la photographie géniale, là dessus on est d'accord . Pour le reste, désolé mais ce n'est plus une inspiration Nolanienne , mais bien de la repompe pure et dure.

Il n'y a aucune prise de risque , aucune profondeur apportée au personnage de Bond dans ce film contrairement à ce que l'on veut nous faire croire . Je vais même dire que Quantum a fait un bien meilleur travail à ce niveau là que Skyfall. Au niveau des scènes d'actions , hormis la scène pré-générique et peut être le combat contre Patrice, le reste est vraiment plat. La scène d'action à Macao respirait tellement le fond vert que ça m'a sorti du film.

Craig s'investit physiquement ? Oui et alors ? Je t'invite à te renseigner sur Timothy Dalton, qui insistait pour effectuer un maximum de cascade.
Je n'ai jamais dit que je n'aimais la saga Craig , mais je déteste ce retour en arrière opéré par Sam Mendes chez Bond.

Tu es libre d'aimer le film , de lui trouver toutes les qualités que tu veux , mais à mes yeux , c'est le James Bond le plus surcoté de la saga . Preuve que le film n'est peut être pas aussi bon que tu l'affirmes, il n'y a qu'a voir en commentaire le nombre de personnes qui n'ont pas aimé le film . Je peux te garantir que dans mon entourage , j'en connais très peu qui ont adoré le film. Et surtout j'ai l'impression que tu confonds la saga et Skyfall . Oui la saga Craig a apporté son lot de profondeur, mais la plus grande partie vient de Casino Royale et de Quantum of Solace ( quoi qu'on dise de ce film).

Kyle Reese
03/10/2021 à 16:31

C'est assez étonnant de lire autant de critiques négatives alors que le film avait été salué et par la critique et par le public avec record de Box Office à la clef. Autant je peux comprendre la préférence de Casino Royal, film plus sec, épuré, tendu avec ce renouveau réussi et rafraichissant, autant je ne comprend pas nombres de critiques un peu facile aujourd'hui sur Skyfall sur le scénario, le méchant, les scènes d'action etc ... C'est à croire si les détracteurs ont bien vu le même film que moi quand ils comparent avec ceux de Brosnan par ex.
Alors évidement qu'on peut y trouver des inspirations Nolienne ou avec d'autres films, c'est un peu normal non (l'originalité aujourd'hui c'est une vraie rareté) surtout dans ce type de films qui fonctionne sur des schémas assez balisés lié intrinsèquement au genre. On n'est pas dans des films arty, ou d'expérimentation, faut remettre les choses en perspectives. Je peux comprendre qu'on n'aime pas mais je trouve les arguments des détracteurs assez faiblards surtout quand on compare aux Bond des années 80/90. Techniquement ils sont à milles lieux des anciens, au niveau de l’interprétation et de l'investissement physique de Craig et des autres acteurs aussi, ainsi qu'au niveau de la photo et de la mise en scène des scène d'action. Scénaristiquement (à part pour Quantum mais on sait pourquoi), on a des histoires qui se tiennent bien avec leurs lots de surprises et de retournements et qui forment un tout passionnant sous forme de puzzle géant qui réussit à marquer profondément les mémoires avec une mise en abime du personnage comme jamais cela ne l'avait été fait auparavant. James Bond a gagné une sacré profondeur tout du long de ces 5 films alors qu'il n'était qu'une sympathique incône cliché fantasmatique jusque là qui commençait a sentir la naphtaline. Sérieusement, je vous pose la question, il vous fallait quoi de plus ?

Kay1
03/10/2021 à 13:17

Je constate que Skyfall ne fait pas tant l’unanimité que ça . Et je vous rejoins, le film fut une grande déception à mes yeux . À quel point ? Au point que je n’ai vu ce film que deux fois tellement je le trouve médiocre . Et pourtant je suis un grand fan de la licence .

Beaucoup ont résumé ma pensée plus bas , mais je vais essayer de synthétiser:

- La mort de Bond : qui l’a sauvé , qui l’a soigné et surtout Bond qui abandonne la nation ? Aucune précision n’est apporté, on le fait juste revenir comme une fleur
- Le retour des gadgets : la blague de Q sur le stylo explosif passé mal quand on voit la Db5 et ses mitrailleuses.
- Silva : un simple mélange entre 006 et le Joker .
- Le fameux retour sur le passé de Bond : on apprend rien de nouveau . Je dirais même que 006 dans Goldeneye en dit plus sur les parents de Bond que tout le film Skyfall.
- Scene d’action mal filmé et ennuyante : Meurs un autre jour a des scènes d’actions plus marquantes que ce film.
- Le MI6 qui envoie un jeu de piste à Silva , mais qui n’en profite pas pour intervenir et protéger M . Les services secrets ne sont plus ce qu’ils étaient .
-Home Alone au château : pas besoin d’en dire plus.

Skyfall est l’exemple même du film prétentieux à souhait. La photographie est incroyable , les acteurs Bond et puis c’est tout .
Le scénario, la mise en scène , et les enjeux , tout respire la repompe de Nolan , sans la maîtrise. Bref la plus grande déception cinématographique.

Casino Royale est à des années lumières de cet épisode insultant.
Peut être pas un mauvais film d’action mais un mauvais 007.

Plus
votre commentaire