Matilda : une comédie culte et insolente où Danny DeVito joue les sales gosses

Déborah Lechner | 3 juillet 2021
Déborah Lechner | 3 juillet 2021

Moment nostalgique et régressif avec Matilda, une comédie culte des années 90 réalisée par un Danny DeVito plus espiègle que jamais.

Si Stephen King peut se targuer d'être un des écrivains contemporains les plus adaptés au cinéma, d'autres comme Roald Dahl peuvent aussi revendiquer leur influence certaine sur le 7e art. Principalement connu pour sa collection jeunesse, l'auteur britannique aujourd'hui décédé a lui aussi marqué l'imaginaire collectif et inspiré le cinéma avec ses oeuvres les plus acidulées : James et la pêche géante, Charlie et la chocolaterie, Le BGG : Le Bon Gros Géant, Fantastic Mr. Fox, Sacrées sorcières, sans oublier Matilda, l'adaptation d'une de ses plus truculentes odes à l'enfance. 

 

photo, Mara WilsonIl était une fois...

 

CONTE DÉFAIT

Sorti en 1996, le film réalisé par Danny DeVito raconte l'histoire de Matilda (Mara Wilson), une petite fille de six ans qui a développé une intelligence hors norme dès sa naissance, dans la totale indifférence de ses odieux et ignares parents, Harry (Danny DeVito) et Zinnia Verdebois (Rhea Perlman). Tout change une fois arrivée sur les bancs de l'école primaire, où elle rencontre son institutrice, la formidable Mlle Jenny Candy (Embeth Davidtz), ainsi que sa monstrueuse directrice, Mlle Legourdin (Pam Ferris), et découvre un pouvoir tapi au fond d'elle qui va changer sa vie. 

Comme le livre de 1988 dont il est tiré, Matilda s'apparente donc en premier lieu à un conte de fées contemporain, qui respecte le schéma narratif type, recycle et transforme l'imagerie du genre en perpétuant la tradition de sa transmission orale (avec DeVito en narrateur et conteur omnipotent).

 

photo, Danny DeVito, Mara Wilson, Rhea PerlmanLa Belle et les Bêtes

 

Dans une démarche volontairement manichéenne, l'innocence de Matilda est confrontée d'entrée de jeu à la perfidie de son entourage, comme une jeune Cendrillon prisonnière de son pavillon résidentiel. À moins qu'elle joue en fait le rôle de la Fée Marraine de l'histoire, celle qui use de ses pouvoirs magiques pour réparer les injustices et redorer la vie de son pendant adulte, la douce et ravissante Mlle Candy, tyrannisée par Legourdin.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
dams50
03/07/2021 à 21:14

Film découvert sur le tard, et vrai petit plaisir à chaque visionnage.

Ozymandias
03/07/2021 à 16:09

Un film culte de mon enfance que j'ai beaucoup regardé !

Ethan
03/07/2021 à 14:07

Il y a un petit côté Cosette

votre commentaire