Christine : la meilleure adaptation du King au cinéma, par le maître John Carpenter ?

Gaël Delachapelle | 15 juin 2021
Gaël Delachapelle | 15 juin 2021

Retour sur l'une des meilleures adaptations de Stephen King au cinéma, par le réalisateur de The ThingChristine.

Parmi les auteurs les plus adaptés sur grand écran, c’est peu de dire que Stephen King occupe une place toute particulière dans le cinéma de genre américain. En effet, le King entretient depuis toujours une grande histoire d’amour avec le 7e art, surtout lorsqu’elle donne des adaptations cultes (Shining, Misery, Les Évadés). Mais comme on le dit souvent, un mariage, c’est souvent pour le meilleur comme pour le pire, et le cinéma l’aura démontré plus d’une fois, notamment avec le dernier gros ratage en date qu’est La Tour sombre.

Un blockbuster indigne dans le paysage hollywoodien de 2017 et une trahison totale de l’œuvre de Stephen King, rattrapé depuis par Mike Flanagan et la version longue indispensable de son Doctor Sleep, sorti en 2019. Adapter l’œuvre du maître, dans son essence comme dans sa substance, n’est pas un art donné à tous les cinéastes, et beaucoup s’y sont cassé les dents plus d’une fois. Et outre l’évidence d’un Stanley Kubrick avec son Shining, il y a Christine, 7e film de John Carpenter, un autre "Maître de l’horreur", qui essuyait à l’époque l’échec commercial de son chef-d’œuvre, The Thing.

Et si, sous ses airs de pure commande commerciale pour renouer avec le succès, Christine n’était pas tout simplement la meilleure adaptation de l’œuvre du King au cinéma, par le maître John Carpenter ?

 

Photo Keith Gordon (I)Prêt pour un tour ?

 

Masters of Horror

Si nous n’allons pas vous faire l’affront de vous rappeler qui est John Carpenter et la place importante qu’il occupe dans le cinéma de genre américain des années 80, un rappel de contexte s’impose néanmoins pour replacer Christine dans la filmographie du cinéaste. Après ses deux premiers longs-métrages, Dark Star (1974) et Assaut (1976), c’est avec Halloween, la nuit des masques (1978) que Carpenter rencontre son premier grand succès critique et commercial (70 millions de dollars au box-office mondial, pour un budget de 325 000).

Considéré comme l’un des films les plus rentables de l’histoire du cinéma, Halloween fait de lui un réalisateur bankable aux yeux des studios, enchaînant les succès commerciaux avec ses films suivants (Fog, New-York 1997). Mais c’est avec son sixième long-métrage, The Thing, que Carpenter va connaître sa première descente aux enfers. Sortie en 1982, soit la même année qu’un certain E.T. l'extra-terrestre qu’on ne présente plus, la fable terrifiante et nihiliste du réalisateur se prend de plein fouet l’énorme succès au box-office mondial du conte optimiste de Steven Spielberg (792 millions de dollars pour un budget de 10).

 

PhotoL'Extra-terrestre que Carpenter n'avait pas vu venir...

 

À titre de comparaison, le film de John Carpenter ne rapporte que 19 millions de dollars, ce qui est à peine plus que son budget de 15 millions. En 1982, The Thing devient seulement le 43e film le plus rentable de l’année, là où Spielberg et son E.T. occupent la première place du box-office US. Recevant des critiques assassines de tous les côtés, qui ne comprennent pas le pessimisme et le cynisme de son film, le cinéaste aura beaucoup de mal à digérer cet échec critique et commercial.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur Christine

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Hocine
16/06/2021 à 11:13

@l'Indien zarbi à moitié a poil
Le documentaire sur Michael Cimino, réalisé par Jean-Baptiste Thoret, est actuellement disponible sur Arte replay. En fait, il s'agit d'une version courte d'un documentaire qui sortira prochainement au cinéma.
Jean-Baptiste Thoret avait rencontré Michael Cimino aux Etats-Unis, il y a environ 10 ans, pour plusieurs heures d'entretiens.
Michael Cimino avait alors proposé à Jean-Baptiste Thoret de prendre la route avec lui et de se rendre sur les lieux où il avait tourné certains de ses films.
Suite à cette rencontre, un livre passionnant sur Michael Cimino a été publié.
Le documentaire est un prolongement de ce livre.

l'Indien zarbi à moitié a poil
15/06/2021 à 19:39

[)@r|{
Yep !
Superbe, sans oublier le non moins superbe doc sur Cimino, magnifique.
Je ne me suis pas renseigné sur sa rediffusion, par contre .

[)@r|{
15/06/2021 à 18:30

Arte vient de diffuser un cycle John Carpenter [trois films] plus un documentaire. "They Live", c'était hier soir.
@alshamanaac "They Live" prochaine diffusion le jeudi 24 juin 2021 à 2 h 10.

Ciao a tutti !

Kyle Reese
15/06/2021 à 17:47

@Francis Bacon

C'est vrai que ça casse quelque chose cette division temporelle. Je ne sais pas s'ils auraient pu garder 2 films avec la même narration du roman qui se déroule sur plus de 1000 pages. Sinon 1 film de 3 heure je sais pas.
Mais ce sont les gamins qui m'ont le plus touché dans les films, les adultes beaucoup moins,

Francis Bacon
15/06/2021 à 17:21

Darabont a fait les meilleurs adaptations de S King pour moi.

@Kyle Reese
La dernière version de Ça (en 2 parties) m'a plutôt accroché, mais quelle idée de merde de séparer les 2 temporalités et de rendre la chronologie linéaire

Hasgarn
15/06/2021 à 17:09

1- Les évadés
2- the mist
3- la ligne verte
4- ça (version Tom Curry)

Je verrai Christine début juillet, quand ma femme et mes enfants seront partis en vacances et en 4K de préférence.
On verra si je dois modifier mon top.

Il m’en reste à voir mais ce qui est certain, c’est que Carrie a trop vieilli pour moi et le roman reste plus fort pour moi. Et que oui, définitivement, je déteste Kubrick et son Shining

Kyle Reese
15/06/2021 à 15:53

L’une des meilleurs adaptation d’un King avec Dead Zone que je mettrai en premier. Revu hier Invasion L’os Angeles. Malgré le culot de la critique du capitalisme, et de belles idées, le film est toujours aussi long et ennuyeux pour moi.

Mon top King film:

Dead Zone
Christine
Carrie

Puis

Shining
Misery
Shawshank redemption
The Mist
Dr Sleep version longue
Dolorès claiborn
Simmetiere
L’art des ténèbres.

Me souvient plus de stand by me.
Pas lu ni vu la ligne verte.

Bcq aime 22/11/63, et le bazar de l’épouvante était bien sympa aussi.

J’aimerai que qqun de talentueux adapte Revival ainsi que le joli Joyland.

Je dis très partage pour Ça. Autant j’ai beaucoup aimé la première partie malgré une certaine précipitation autant la partie 2 m’a laissé un peu de marbre. Faudrait que je les revois. Car le Clow est lui totalement réussi.
Et une nouvelle adaptation de Peur Bleu et Salem me conviendrait tout fait. En attendant j’ai hâte de voir le nouveau Fire Starter.
Pour Christine …. On verra mais je suis septique
Car le film original n’a pas beaucoup vieilli et je ne m’en lasse pas.

planqui
15/06/2021 à 14:33

Je peux comprendre qu'on aime le film sans avoir lu le livre d'origine... Mais si c'est le cas cette adaptation est décevante car comme trop souvent dans les adaptations de l'époque de King on enlève l'essence horrifique du héros...

Ray Peterson
15/06/2021 à 14:18

C'est vrai que, en complément de Big John, Rob Reiner et Frank Darabont sont des réals très fidèles à l'univers de King. Perso, malgré ses effets spéciaux numériques déjà datés en 2007 et son Thomas Janes bof bof, "The Mist" reste une des meilleures adaptations de Stephen King.
Romero aussi aurait pu être un fidèle de chez fidèle pour King. Si seulement on lui avait laissé les coudées franches pour "La Part des Ténèbres" et son adaptation de the "Roadmaster" qui n'a jamais vu le jour.

alshamanaac
15/06/2021 à 13:57

Pour infos, Théma Carpenter sur ARTE en ce moment avec NY97, Prince des Ténèbres et Invasion Los Angeles dispo en replay (peut être d'autres à venir, j'ai du mal à trouver la liste des "films à venir" sur leur programme TV... Egalement dispo une grosse ITW/doc avec Big John qui revient sur sa carrière.

Plus
votre commentaire