Johnny Guitare : le western féministe ultime de Joan Crawford

Geoffrey Crété | 31 mars 2021
Geoffrey Crété | 31 mars 2021

Joan Crawford, Sterling Hayden et Mercedes McCambridge se battent dans Johnny Guitare, un western pas comme les autres.

Comme son nom ne l'indique pas, Johnny Guitare est un western féminin. Parce que c'est l'histoire de deux femmes qui s'affrontent jusqu'à la mort, mais aussi et surtout parce que c'est un film pour et par Joan Crawford, immense actrice qui a marqué au fer rouge le Hollywood d'hier, en tant que comédienne et femme.

Parmi la masse des westerns sortis dans les années 50 (Winchester 73, Le Train sifflera 3 fois, La Captive Aux Yeux Clairs, La Prisonnière du Désert, Rio Bravo), Johnny Guitare est un peu passé inaperçu, notamment aux États-Unis. Mais parce qu'il a depuis été cité comme un classique, et défendu par Martin Scorsese, Pedro Almodóvar et Shinji Aoyama, ce western réalisé par Nicholas Ray a trouvé une place parmi les classiques du genre.

Retour sur ce western féministe avant l'heure, et son importance dans le genre et la carrière de Joan Crawford.

 

 

JOAN TROP FORTE

Pour parler de Johnny Guitare, il faut parler de Joan Crawford. Et pour parler de Joan Crawford, il faut revenir à Lucille Fay LeSueur, la femme derrière la star. Car derrière les dorures de l'âge d'or d'Hollywood, il y avait une machine de guerre, qui avalait et remâchait les actrices. Leur apparence, leur nom, leur rôle public : tout était testé, décidé, assigné.

Lucille Fay LeSueur est née en 1904, mais Joan Crawford a été créée en 1925, lorsque le studio MGM lançait un concours dans Movie Weekly pour trouver le nouveau nom de l'actrice. A la clé : 1000 dollars. "Je suis assez excitée par ce concours pour me trouver un nouveau nom", disait la principale intéressée dans les pages du magazine.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Cherif
01/04/2021 à 18:12

Ce genre de film dont on ne se lasse pas... dialogues au rasoir, situations tendues, musique inoubliable... Une grande réussite.

Luc Le Gonidec
01/04/2021 à 11:22

Top ! Super article

votre commentaire