Sunshine : et si c'était la meilleure BO du monde ?

Geoffrey Crété | 23 janvier 2021
Geoffrey Crété | 23 janvier 2021

John Murphy + Underworld + Danny Boyle = grand moment de cinéma et de musique, avec Sunshine. Retour sur cette bande originale du feu de dieu.

Pas de grande surprise à voir Danny Boyle préparer une série sur les Sex Pistols, pour la chaîne FX. Le réalisateur de Petits meurtres entre amis, 28 jours plus tard et Slumdog Millionaire a toujours aimé la musique, et l'avait crié avec la BO culte de Trainspotting, à base de Lou Reed, New Order, Iggy Pop et compagnie. Il a même dédié un film entier à la musique avec Yesterday, l'histoire d'un monde sans les Beatles.

Pour les mélomanes, Sunshine est certainement un des meilleurs orgasmes offerts dans sa filmographie. Tristement boudé par le public à sa sortie (environ 32 millions de dollars au box-office, pour un budget officiel de 40), ce superbe film de science-fiction porté notamment par Cillian Murphy, Rose Byrne et Chris Evans, est illuminé par une musique originale de John Murphy et Underworld, le groupe d'electro britannique.

Pourquoi c'est la meilleure BO du monde, sans aucune exagération bien sûr.

 

PhotoLancer la BO de Sunshine

 

S'IL FALLAIT EN GARDER UNE...

"Kaneda, what do you see ?". Quelques mots qui résonnent dans le film et sur la BO, puisque c'est le titre de la piste utilisée pour la mort sensationnelle du personnage incarné par Hiroyuki Sanada. C'est le premier grand sacrifice héroïque de l'aventure, et la musique vient naturellement en soutien pour marquer le coup. Piano et cordes s'emballent pour un crescendo étourdissant qui sature presque les tympans, tandis que des battements de cœur montent petit à petit. Les sens sont en éveil.

C'est une vague qui déferle sur tout le monde, littéralement (l'impact de la chaleur dévastatrice du soleil sur les panneaux de l'Icarus, et qui engloutit Kaneda) et émotionnellement (l'équipage ravagé par cette mort et cette erreur humaine). La musique prend donc la forme d'une vague, elle aussi, qui arrive à l'horizon, pour monter et tout emporter, en laissant derrière elle le silence.

 

 

Mais le morceau montre aussi l'autre facette du film et de la scène, et les vraies ténèbres dans la lumière qui finiront par tout détruire. Alors que toute l'équipe affronte l'horreur de voir leur collègue annihilé par le soleil, pour sauver le vaisseau, Kaneda et Searle (Cliff Curtis) sont reliés par leur fascination quasi religieuse pour l'étoile de la mort. 

Car derrière la mort et le sacrifice très hollywoodien (une vie, pour sauver toutes les autres), il y a surtout la fascination morbide pour ce dieu stellaire nommé soleil. La scène se déroule entre ombre et lumière, et a justement deux visages. La mort de Kaneda est potentiellement une renaissance, une victoire, comme une ultime frontière où l'humain peut toucher du bout des doigts ce qui le dépasse. Et la musique embrasse cette dimension flamboyante, en donnant la sensation d'un instant glorieux. Le crescendo est un ascenseur vers la mort, mais pas que : il y a comme un accomplissement dans cette destruction.

PS : bien sûr que les morceaux Capa's Last Transmission Home, Repairs, et Mercury, sont excellents aussi. Et Peggy Sussed.

 

Photo Cillian Murphy, SunshineCoup de projecteur


QUI A FAIT ÇA ?

Avant Sunshine, Danny Boyle était déjà le chaînon manquant entre Underworld et John Murphy. Le groupe d'électro était présent dans les BO de Trainspotting, Une vie moins ordinaire et La Plage, et le compositeur avait signé les musiques de 28 jours plus tard et Millions.

Comment en est-il arrivé à réunir les deux ? Le réalisateur expliquait à Digital Spy en 2007 : "J'écoute de la musique tout le temps, mais j'essaie de ne pas prendre de décision trop tôt. Il y a une énergie à prendre des décisions sur la musique pendant le montage, qui est très excitante, même si on a pu avoir d'autres idées en tête lors du tournage. (...) Ici, ça a été un peu différent. Underworld a proposé quelque chose d'expérimental sur l'intégralité du film. On ne l'avait pas entièrement terminé, mais je leur ai donné, et ils ont improvisé dessus. Ils ont envoyé ça au compositeur John Murphy et il a complété, donc c'est un hybride entre eux. (...) C'était un vrai risque. Ça aurait pu être désastreux."

Karl Hyde d'Underworld racontera à The Guardian avoir été très influencé par le morceau Lux Aeterna de Gyorgy Ligeto, notamment connu pour son utilisation dans 2001 : l'odyssée de l'espace.

À noter que la BO mettra un moment à sortir, à cause de problèmes entre le studio Fox Searchlight et le groupe Underworld. Le morceau To Heal (qui sert largement de base à Capa Meets the Sun) est d'ailleurs tiré de leur album Oblivion with Bells.

 

Photo Sunshine, Cliff CurtisPrêt pour un live d'Underworld

 

IL EN RESTE QUOI ?

Des morceaux ou reprises ont été réutilisés dans quantité de films depuis. Les notes de la BO de Sunshine ont pu être entendues dans un paquet de bandes-annonces, comme Ready Player One, X-Men : Days of Future Past, X-Men Origins : Wolverine, Star Trek Into Darkness, L'Agence, ou encore Blindness.

C'était parfois directement dans le film ou la série. En vrac : V Les Visiteurs, The Walking Dead, ou plus récemment dans une scène de Wonder Woman 1984. Sans compter un paquet de publicités. Et John Murphy lui-même a recyclé son travail pour la BO de Kick-Ass, en reprenant Adagio in D-minor.

Bref, la BO de Sunshine a marqué bien des esprits. Ce recyclage intempestif en est la preuve.

 

Tout savoir sur Sunshine

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
dams50
24/01/2021 à 15:11

Le 1er morceau me fait penser à l'ambiance de l'"Appolo : atmosphères and soundtrack" de Brian Eno. Album dont Danny Boyle avait d'ailleurs déjà tiré un morceau pour sa scène surréaliste de "à la recherche du suppo hallucinogène" dans Trainspotting.

Quand à savoir si c'est la meilleur BO du monde ou pas, je soupçonne EL de glisser ce genre de petites bombes juste pour nous voir crier au scandale dans les commentaires, ce qui est finalement marrant et instructif quand chacun y va de son expérience auditive :) .

Bon, moi la dernière BO que j'écoute en boucle en ce moment c'est celle de Shenmue 3 ...

Ray Peterson
24/01/2021 à 14:47

@ Agata
+1 bien vu!

fuck
24/01/2021 à 11:01

Une des meilleures avec celle de 28 semaines après. Mais la meilleure non. Ennio Morricone, Georges Delerue, Burt Bacharach et tant d'autres ont en composé des meilleures.

Metuxla
24/01/2021 à 10:01

Je plussoie, la meilleure peut être pas mais en tout cas une des plus marquantes pour moi. Cet Adagio est quand même une grosse tuerie, même dans le (très) moyen WW84 ca rehausse la scène qui est complètement pitoyable.

Copeau
24/01/2021 à 08:44

C’est vrai que la BO de Conan est incroyable . Basil a signé l’une des meilleures c’est clair. Et sunshine reste aussi incroyable; ne pas l’avoir remarqué en matant le film est très étonnant !!

Ludo71
24/01/2021 à 08:34

Euh il existe une petite musique d'un petit film méconnu qui est juste le Graal de toute BO, c'est conan le barbare. Un souffle épique magistral, une harmonie des thèmes qui collent parfaitement aux images, malgré tout le respect pour les autres compositeurs, aucun n'a tenu si magistralement la durée sur tout un album

West James
24/01/2021 à 00:56

Dans le même genre de thème qui marque, je rajouterais "Requiem for a dream" de Clint Mansell, "Time" d'Hans Zimmer ainsi que "Isolated System" de Muse (World war Z).

Ydrazil
23/01/2021 à 23:55

Étonnant comme certains prennent au premier degré le titre "COMMENT ÇA LA MEILLEUR BO VOUS AVEZ OUBLIÉ TOUT CA" alors que l'intro confirme bien la tournure un peu légère. Ils avaient fait pareil pour Tron Legacy, même envie de partager avec passion mais humour leur avis, et même réaction premier degré. Relax quand même.

Agata
23/01/2021 à 23:52

@Ray Peterson

À noter que c'est littéralement écrit dans l'article pour Kick ass. Amusant que tu notes une erreur, mais pas ça :)

RobinDesBois
23/01/2021 à 21:32

@Mx Je sais pas j'ai l'impression d'entendre le même genre de thème dans plus de la moitié des films et des séries sortis après 2005. Mélodiquement ça n'a rien d'incroyablement, dans les arrangements c'est froid, aseptisé, on dirait que ça a été généré par un algorithme.

Plus
votre commentaire