L'Homme qui voulut être roi : Sean Connery couronné en Blu-ray épique pour Noël

Simon Riaux | 16 décembre 2020
Simon Riaux | 16 décembre 2020

Comptant parmi les grands films de John HustonL'Homme qui voulut être roi sort pour les fêtes dans une impressionnante édition collector, disponible dans tous les commerces essentiels dès ce 16 décembre. 

 

photoDisponbile dès ce 16 décembre 2020, édité par Wild Side 

 

L’AVENTURE, C’EST L’AVENTURE 

À la fin du XIXe siècle, Peachy Carnahan et Daniel Dravot se lient d’amitié avec Rudyard Kipling, auquel ils dévoilent le pacte qui les unit. Les deux compères ont renoncé à toutes les distractions terrestres pour se rendre dans le légendaire Kifiristan. Nul Occidental n’a osé y pénétrer depuis Alexandre le Grand, et ils ambitionnent de soumettre la contrée, avant d’en dérober les trésors. 

Voici pour le point de départ de ce qui démarrera comme un défi insensé, fait d’inconscience, de filouterie et de malice, avant de se muer en odyssée surréaliste puis en fable cruelle sur l’hubris et la folie des grandeurs. Une recette éprouvée, que le réalisateur d’African queenLe Trésor de la Sierra Madre ou Les racines du ciel, mène à un degré d’incandescence d’autant plus remarquable qu’à bien des égards, son film est l’ultime représentant d’une certaine conception de l’aventure hollywoodienne. 

 

photo, Sean Connery, Michael CaineLe roi est une flèche

 

Le métrage sort sur les écrans en 1975, la même année qu’un certain Les Dents de la mer, qui redéfinira totalement la conception du grand spectacle, puis du blockbuster. Une révolution qui atteindra toutes les strates du divertissement, comme en témoigne un autre grand ambassadeur de l’aventure au cinéma, Indiana Jones, sorti seulement six ans après L’Homme qui voulut être roi. En moins d’une décennie, le tragique s’est fait la malle, le classicisme s’en est allé, le tempo a changé et la (délicieuse) frénésie de Spielberg l’a emporté. 

Ainsi, retrouver Sean Connery et Michael Caine, emportés par leurs appétits et leur égo dans une quête de déité qui les portera au sommet avant de les précipiter dans le gouffre de l’oubli a quelque chose de stupéfiant. À la fois reflet parfait de son époque dans le regard porté sur ses conquérants de pacotille et réflexion mordante sur la chute programmée de toute illusion coloniale, le métrage s’avère d’une richesse inépuisable, d’une ambiguïté passionnante et, ultimement, d’une beauté renversante. 

Et l’édition collector confectionnée par les petites mains de Wild Side en témoigne aujourd’hui avec un éclat inédit, tant le film trouve ici un écrin à la hauteur de sa légende. 

 

photo, Sean Connery"Bonjour, c'est le charisme"

 

DE L’OR POUR LES BRAVES 

L’Homme qui voulut être roi n’a tout simplement jamais été aussi beau. La présente édition n’est pas seulement l’occasion de redécouvrir une des plus plaisantes performances de feu Sean Connery, mais bien une redécouverte d’un des derniers très grands films de Huston, alors désireux de renouer avec un cinéma d’aventure dont il sentait proche la disparition. 

Les couleurs, le niveau de détail, la définition, le piqué... La restauration du film est régulièrement impressionnante et rend justice à la composition rigoureuse des plans, l’ampleur de la narration, le souffle invraisemblable et sans cesse renouvelé d’un récit gigantesque. On ne s’attardera pas sur l’œuvre elle-même, maintes fois commentée, pour se concentrer sur le contenu de la présente édition. 

Du côté des bonus, en apparence relativement classique, on note néanmoins une profusion et une pertinence éditoriale bienvenue. Les modules consacrés au témoignage de Jean-Jacques Annaud (Le Nom de la rose, La Guerre du feu)constituent à ce titre une jolie surprise. Si le réalisateur n’a pas été un des participants de l’épopée, il a collaboré avec différents acteurs de l’entreprise au long de sa carrière, et apporte un éclairage souvent bienvenu ainsi que quelques anecdotes savoureuses. 

 

photo, Sean ConneryUn couronnement amer

 

En matière d’anecdotes, celles distillées par Angela Allen, scripte de John Huston sur quatorze de ses films, sont probablement les plus touchantes. Mais loin de se contenter d’enfiler les souvenirs et récits de coulisses, la technicienne donne un témoignage précis, souvent passionnant, du processus créatif du cinéaste. Retraçant le tournage de L’Homme qui voulut être roi., mais aussi certains moments clefs de leur collaboration, elle permet de creuser un peu plus la personnalité d’un artiste paradoxal et gigantesque, qui aura marqué le cinéma américain jusqu’à aujourd’hui. 

Mais c’est bien le livre grand format de 200 pages accompagnant ce glorieux disque qui constitue le plat de résistance de cette édition collector. Rédigé par Samuel Blumenfeld, il est un prolongement aventureux remarquable, qui décuple le plaisir de la (re)découverte, inscrivant la fabrication du long-métrage comme une aventure à part entière. Rares sont les cinéastes à être devenus aussi grands que leur œuvre, et c’est bien ce que cet ouvrage rappelle, à force de rigueur journalistique, analytique, le tout dans une langue impeccable. 

 

photo2020 aurait pu plus mal finir

 

Rigoureux, mais non dénué d'ampleur, l'ouvrage sait se faire tantôt documenté, tantôt évocateur, contribuant à placer Huston dans les pas des metteurs en scène authentiquement aventuriers, comme le fit (dans un tout autre registre et avec une autre ambition) le brillant roman Kong, de Michel Leiris.

Accompagné d’archives rares, il forme un festin, pas loin de rendre cette édition indispensable. Allez, parce qu’on n’aime rien et qu’on ne nous la fait pas, on chipotera en disant qu’on trouve la maquette un chouïa pâlotte, et que le texte ne ressort pas toujours assez. Mais c’est vraiment pour faire genre. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Chefdoeuvre
19/12/2020 à 18:15

Excellent film à redécouvrir ou à faire découvrir aux plus jeunes

bennn
17/12/2020 à 18:15

Assurément un chef d'œuvre. Film d'aventure à la portée mythologique. Un très grand film d'une beauté plastique fabuleuse.

Alaindubourgdubrin
17/12/2020 à 14:40

Chef-d'oeuvre absolu. L'un des plus beaux films d'aventure.

Frasier
17/12/2020 à 07:35

Vous devriez plus souvent parler de ce genre de sorties Bluray.

Ray Peterson
17/12/2020 à 01:08

L'un des plus beau film de Huston Une histoire d'amitié magnifique grâce au trio Connery/Caine/Plummer.
Peachy apparaissant dans la lumière et Daniel fière comme un roi sur le pont.
Inoubliable. Indémodable. Inratable en blu-ray! Merci Wilde Side!!!!! Sous mon sapin!

Birdy
16/12/2020 à 21:52

Je vais vous faire confiance et foncer, comment ai je pu passer à côté ?

captp
16/12/2020 à 20:13

Vous m'avez convaincu (el et les com) je prends direct :)

Flash
16/12/2020 à 18:28

Ce film fait partie des métrages qui ont forgés ma cinéphilie.
Un chef d'oeuvre inoubliable.
Tiens ça fait au moins vingt ans que je ne l'ai pas vu, ce bluray tombe à point.

Hank Hulay
16/12/2020 à 14:17

bon ben, c'est commandé. Merci les gars !

Bubble Ghost
16/12/2020 à 11:59

Chef d’œuvre absolu, que j'ai découvert sur le tard, un peu par hasard. Quelle surprise. à la fois délicieusement classique dans sa forme, façon film d'aventure romanesque hollywoodien de l'age d'or. Et pourtant ultra moderne dans son propos politique assez cynique, très liberté de penser des 70s, et très critique envers la nature humaine si facilement corruptible. Et l’interprétation de Sean Connery tout en noirceur, en ambiguïté et en progression vers la démence, quelle claque. De tout ce que j'ai vu, un de ses tout meilleurs rôles. Le film rentre direct dans mon top 100, ou 50, de mes films préférés, tout genre et époque confondu. Un vrai classique marqué par son époque, qui demeurera pour moi toujours indémodable.

Plus

votre commentaire