Bienvenue à Gattaca : pouquoi ça reste l'un des grands films de SF récent

Geoffrey Crété | 27 mai 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 27 mai 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Retour sur le film d'Andrew Niccol, Bievenue à Gattaca.

Ethan Hawke, Uma Thurman, Jude Law, pour le premier film d'Andrew Niccol, propulsé par le scénario de The Truman Show : Bienvenue à Gattaca est une petite équation en or, boudée par le public en salles, mais devenue culte au fil des années.

Plus de 20 ans après, retour sur ce petit classique, toujours aussi beau et intelligent.

 

Photo Ethan HawkeDes étoiles plein la tête

 

THE NICCOL SHOW

Tout a commencé avec une autre histoire de vie sous haut contrôle : The Truman Show. Au début des années 90, le scénario s'appelle The Malcolm Show, et c'est le premier d'Andrew Niccol, qui cherche à percer comme réalisateur. Le producteur Scott Rudin l'achète en 1993, pour plus d'un million de dollars, et la Paramount se met sur le coup. A l'époque, c'est le scénario que tout le monde s'arrache.

Niccol pense qu'il tient là l'occasion parfaite de faire ses premiers pas comme réalisateur, comme prévu dans le contrat, mais personne ne veut de lui : le film est devenu trop gros (budget d'environ 60-80 millions) pour qu'un novice le dirige. Les producteurs vont donc casser cette clause, sûrement avec un chèque à l'appui.

Le studio veut un grand nom, et après avoir rêvé d'un Spielberg, d'un Tim Burton ou d'un Terry Gilliam, et avoir failli décrocher Brian De Palma, The Truman Show atterrit entre les mains de Peter Weir (L'Année de tous les dangers, Le Cercle des poètes disparus). Le projet est alors définitivement transformé et adouci, à la demande du studio et pour le plus grand plaisir de Weir : tout ça doit être plus léger et drôle. La version de Niccol se déroulait dans une copie de New York avec des criminels, Truman était bien plus déprimé et même alcoolique, et il finissait par sortir et essayer de tuer Christof.

 

Photo Jim CarreyVersion légère 

 

Le scénariste écrit une dizaine de nouvelles versions jusqu'à satisfaire tout le monde, et il en récoltera les lauriers : nomination à l'Oscar du meilleur scénario, parmi d'autres prix et citations.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur Bienvenue à Gattaca

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
smagic
28/05/2020 à 19:02

Starwars n'est sorti que dans 32 salles us au départ... La suite on la connaît. Et à l'époque y avait de réseaux sociaux ! Sauf qu'aujourd'hui on a pas envie de claquer 10 euros pour aller au cinéma (10x le nombre de gosses) pour aller voir un film dont la bande annonce est belle certes mais pas super engageante.

Dolores
28/05/2020 à 16:32

Grand film de science fiction portait par des acteurs magistraux notamment Jude Law

Kyle Reese
28/05/2020 à 16:27

@alulu

Je comprend ton avis et suis d’accord avec toi sur une certaine approche commune moraliste et revendicatrice.
Blomkamp ne fait pas dans la finesse c’est plus bourrin, frontal et fun contrairement à Nicoll chez qui c’est plus réfléchit, subtil et profond.

alulu
28/05/2020 à 15:03

@Kyle Reese
I
ls ont une vision assez similaire, une approche assez moraliste et revendicative. C'est traité différemment, Andrew Niccol y va frontalement tandis que Neill Blomkamp y va assez maladroitement :)
Je trouve que Neill Blomkamp saborde les messages qu'il veut faire passer, après ce n'est que mon avis.

Wiss
28/05/2020 à 14:43

Un film génial, peut être "trop" précurseur pour son epoque

Kyle Reese
28/05/2020 à 00:22

@alulu

En même temps c’est heureux et vice et versa.
J’aime bcq Distric 9 et j’aime bien aussi Chapie.
Ces 2 réal représentent 2 visions bien différentes mais complémentaire de la SF.
Neil Blomkamp a sa place.

alulu
27/05/2020 à 16:16

Andrew Niccol est ce que ne sera jamais Neill Blomkamp.

Baebelou
27/05/2020 à 16:01

Je l'ai passé en classe à mes élèves de première... franc succès

Euh
27/05/2020 à 15:54

Une perle que je revois presque tous les ans, intelligent, touchant et subtil.

Adam
27/05/2020 à 15:35

C est un film que j ai envie d aimer mais que j ai trouvé terriblement ennuyeux tant j avais l impression qu il ne se passait rien. Son pitch était bien sur le papier et il y a bien 2 scènes qui m ont plus ( la course des 2 frangins et le monologue de la fin) mais pas suffisant pour le mettre dans mes préférés

Plus
votre commentaire