Master Z : retour sur la fantastique saga Ip Man et son orgie de Kung-fu

La Rédaction | 12 avril 2019
La Rédaction | 12 avril 2019

Ce 10 avril 2019, Master Z : Ip Man Legacy a débarqué sous nos latitudes en DVD, Blu-Ray, nouvel épisode de la saga entamée en 2008. À l’heure où les super-héros s’apprêtent comme chaque année à saturer nos écrans, l’arrivée d’une saga martiale à l’ancienne a quelque chose de rafraîchissant.

Et du coup, histoire de fêter la volée de gnons qui vous attend, on revient sur la saga Ip Man en se demandant pourquoi elle est une des franchises d’action contemporaines les plus attachantes.

 

photo, Jin Zhang Jin Zhang n'est pas là pour faire dans le Z

 

UNE FIGURE LÉGENDAIRE

Si le cinéma chinois lui rend hommage depuis plusieurs décennies Ip Man (ou Yip Kai-man, de son vrai nom), n’est pas n’importe quel héros, puisqu’il s’agit d’une figure historique matricielle. Peu de héros, chinois ou autres, cristallisent autant d’éléments fondateurs d’une culture et d’une histoire populaires.

Authentique maître des arts martiaux, il est à la frontière du héraut du peuple, de l’icône patriotique et de la légende constamment revisitée par les grandes fictions. Né en 1893, il fut témoin des affrontements entre la Chine et le Japon, fut le principal artisan de la démocratisation du wing chun, désormais un des plus largement pratiqués.

Enfin, Ip Man fut le maître de la première légende cinématographique des arts martiaux asiatiques, puisqu’il forma Bruce Lee. Loin d’être une anecdote, cet élément de sa biographie est pour beaucoup dans la passion et l’attraction qui entourent encore aujourd’hui ce personnage et tous ceux avec lesquels il a pu interagir.

 

photo Donnie Yen

 

LE DERNIER MAÎTRE DU YEN

S’il n’est pas le cinéma le plus largement exploité dans l’Hexagone, on ne peut pas dire que les films de castagne asiatiques aient manqué d’ambassadeurs ces dernières années, comme en témoignent la côte d’amour de Tony Jaa ou Iko Uwais. Paradoxalement, leur popularité vient souligner le rayonnement bien particulier de l’acteur auquel on doit la vitalité de la saga Ip Man, à savoir Donnie Yen.

En effet, l’artiste se place clairement dans la lignée de Bruce Lee et de Jet Li, dont on sent qu’il veut émuler les carrières, forgeant à son tour sa propre légende. Tout d’abord, il est significatif (et passionnant) que Yen se soit intéressé à cette figure historique, travaillant à se placer dans ses pas, mêlant symboliquement leurs destinées.

 

photo Donnie Yen

 

Ensuite, au-delà de s’imposer comme un « simple » technicien martial, l’artiste se positionne comme un gardien du temple, héritier d’une certaine forme de pureté dans la représentation et la composition des scènes d’action. Il demeure d’ailleurs un des seuls dont la présence pousse le film à s’organiser autour de sa personne. En témoigne le rôle du réalisateur Wilson Yip, qui se contente ici de fabriquer un écrin idéal pour transcender les performances de Donnie Yen.

Par conséquent, on espère que celui qui tiendra le haut de l’affiche dans Master Z : Ip Man Legacy, le charismatique Jin Zhang parviendra à relever ce défi. Neanmoins, un indice laisse penser que le résultat devrait nous en mettre plein les mirettes : la mise en scène sera assurée par Yuen Woo-ping, à qui on doit notamment quelques-unes des plus grandes scènes d’action du cinéma chinois.

 

photo, Michelle Yeoh, Jin Zhang Master Z : Ip Man Legacy

 

MARTIAL CINEMATIC UNIVERSE

Autre raison d’apprécier la saga Ip Man : elle s’inscrit avec un certain délice dans la tradition du grand film de combat, tout en multipliant les passerelles. Bien sûr, en termes de mise en scène, on se retrouve dans les grands canons du Kung-fu pian (mais aussi du wu xia pian, qui prend un peu plus d’ampleur dans le futur Master Z : Ip Man Legacy), ainsi que l’héritage technique issu des Il était une fois en Chine ou encore des merveilleux Combats de maître et Combats de maître 2.

Pour autant, la saga ne s’est pas nourrie exclusivement de cinéma chinois. On sent ainsi par endroit que le réalisateur Wilson Yip, notamment dans les deux premiers longs-métrages, a bien digéré les Rocky, et use de la franchise pugiliste pour consacrer son acteur comme superstar, ainsi que pour colorer le souvenir du véritable Ip Man. Cette forme de discours social n’est pas pour rien dans la côte d’amour de la franchise et la sympathie qu’inspire le personnage.

 

photo, Dave Bautista Dave Bautista dans Master Z : Ip Man Legacy

 

Ensuite, on apprécie de retrouver une série de longs-métrages qui embrassent aussi sincèrement la grande tradition de la baston post-Bruce Lee. Ainsi, ce n’est pas un hasard si Donnie Yen a mis une peignée au massif Mike Tyson et si Jin Zhang devra faire du pâté avec Dave Bautista dans Master Z : Ip Man Legacy. Démontrer visuellement et scénaristiquement la supériorité du Kung-fu sur d’autres arts martiaux est depuis longtemps une figure imposée du genre, plutôt jouissive il faut bien l’avouer.

Ce type de confrontation est évidemment à placer dans la lignée de celle qui opposa Bruce Lee à Kareem Abdul-Jabbar. Cette tradition n’est qu’une des très nombreuses raisons de se laisser galvaniser par la franchise, dont le dernier spin-off, Ip Man Legacy : Master Z, est arrivé en France ce 10 avril 2019, en DVD, VOD et Blu-ray.

 

Affiche officielle

commentaires

MystereK
21/04/2019 à 07:35

DON KING : situation d'égalité à la fin, tous les deux sont content que le combat finisse. Vous pensez vraiment que Tyson aurait accepté de tourner dans un film où il se prenait une branlée par un mec la moitié plus léger que lui ? Le scénariste a juste joué le consensus.

REALLU le cinéma c'est des films, les films c'est fait pour gagner de l'argent pour produire d'autres films. etc....

Kolby
14/04/2019 à 03:07

@reallu
Ne ne pense pas. Mais d'abord saches que tout est commercial. Ensuite ils ont sans doute su que le 3 n'était pas a la hauteur des 2 précédents. Voilà ce qui faire saliver pour l'attente du 4 ème opus,... Plus de divertissement et amateur de film d'arts martiaux, attachée vos ceinture. Ce qui m'enerve dans cette histoire, c'est de ne pas le voir chez nous sur Grand ecran

reallu
13/04/2019 à 10:18

bien mais ca ne vaut pas les premier ip man ,deja que le 3 etait en dessous des 2 premier . il vont faire le 4 mais sa sera juste un film commercial comme toutes les suites cest tout

Kolby
12/04/2019 à 21:56

@Saiyuk
Il parle plutôt du 3 ou intervenait Mike tyson

saiyuk
12/04/2019 à 16:37

Don King
Il ne l'affronte qu'une fois dans le film ? parce qu'en principe le 1er combat est perdu par le heros ou une de ses connaissances et au 2éme le heros met une peignée...
en tout cas c'est ce dont je me souviens du film IP MAN avec Sammo Hung....

Don King
12/04/2019 à 16:04

Sauf qu'il lui met rien du tout à Mike et qu'il est bien heureux que le combat se finisse. Ou alors vous avez pas vu le film et ça vous est venu comme ça ?

votre commentaire