Ready Player One et Under the Silver Lake : deux Pulp Frictions qui interrogent la pop culture

La Rédaction | 26 août 2018 - MAJ : 26/08/2018 15:40
La Rédaction | 26 août 2018 - MAJ : 26/08/2018 15:40

commentaires

Jo
27/08/2018 à 12:07

Merci Ecran Large, définitivement le meilleur site francophone sur le cinéma. Qu'on soit d'accord ou pas, vous exprimez des opinions et des analyses au lieu de bêtement relayer le matériel des attachés de presse, sans rien remettre en perspective. Ni trop court, ni trop long, ni trop underground, ni trop mainstream, ce genre de site est presque inexistant alors que ça devrait être la base du journalisme. Big up.

Adam
27/08/2018 à 11:20

Cette article m'a fixé un nouveau RDV ciné pour cette année avec "Under the Silver Lake".

Article intéressant. J'avais pas envisagé que le cinéma Tarentino soit à l'origine d'un mouvement nostalgique mais c'est pas faux quand on constate qu'il réintègre certains cinéma tombé un petit peu en désuétude.

Par contre à la fin de l'article "On aura parfois vite représenté Ready Player One comme une création réac, en raison de la décision de son héros de fermer ponctuellement la virtuelle OASIS." , j'ai pas du tout perçu ce message comme réac. J'avais plutôt l'impression qu'il essayait de ménager la chèvre et le chou. Mes parents moralistes auraient crié qu'ils fallait fermé définitivement ce jeu vu que les protagonistes n'ont pas l'air de réaliser qu'ils vivent dans une decharge.

Ben Linus
27/08/2018 à 00:31

Article intéressant, mais je ne mettrais pas sur un même pied RPO et UTSL. L'un est un blockbuster sympathique mais qui, sous un message intéressant (bien que convenu), ne fait que régurgiter 40 ans de pop-culture pour servir un scénario plus que classique (parfois même bancal), allant jusqu'à contredire ce qu'il dénonce ; l'autre est en revanche un petit bijoux de mise en scène dont le fond et la forme sont parfaitement en accord.

Sigi
26/08/2018 à 21:37

La scène du "Compositeur" de Under the Silver Lake est aussi phénoménale qu'elle est juste et terrifiante. Une des plus fortes vu dans un film cette année. Chapeau.

corleone
26/08/2018 à 20:51

… et je le dis en tant que fan du Maestro Spielberg.

corleone
26/08/2018 à 20:51

Ready player one au mieux film très moyen au pire gros gloubiboulga filmique surestimé.

Hank Hulé
26/08/2018 à 20:36

On peut aussi trouver silver lake ultra chiant, ce qui est mon cas. Pourtant kiffé son précédent.

dams50
26/08/2018 à 17:51

Article intéressant.
Qui me donne plus envie de regarder Real Player One du coup (plus que ce que la BA avait montré en tout cas).

Royaliste et national Socialiste
26/08/2018 à 17:40

je viens de voir le bluray du film de Spielberg, c'est un bon divertissment ,çà se suit c'est gentil, sans plus, visuellement au niveau CGi on alterne le super tres bon :meilleur passage dans l'hôtel overlook du film Shining de kubrick+ exterieur entierment recrees par odinateur: c'est super photorealsite comme rendu,!
et les autres rendus moyens ( scenes de baston finales+ scene discotheque dans l'univers du jeu),
par contre ma mere quia 65 ans n'a rien pigé lol!
car elle ne possede pas les references du films, les clins d'oeil qu'il fait, moi j'ai grandi dans les années 80, j'ai apprecié le clins d'oeil du film

votre commentaire