Solo : A Star Wars Story aura donc bel et bien été un four spatial pour Disney

Geoffrey Crété | 20 décembre 2020 - MAJ : 21/12/2020 12:16
Geoffrey Crété | 20 décembre 2020 - MAJ : 21/12/2020 12:16

Retour sur la carrière au box-office de Solo : A Star Wars Story.

Qui a dit que Disney était intouchable ? Si Un raccourci dans le temps dans le temps a encore prouvé cette année que le studio surpuissant n'était pas immunisé contre les flopsSolo : A Star Wars Story a démontré les limites de l'usine à succès de Mickey.

Des effets d'annonce controversées à sa présentation à Cannes en passant par une production chaotique, le deuxième spin-off après Rogue One : A Star Wars Story a essuyé un sale échec en salle. Les chiffres ont beau être importants, ils marquent de tristes records pour la saga culte, et témoignent d'un problème de fond pour Disney.

Retour sur le box-office de Solo : A Star Wars Story, le blockbuster de l'espace avec Alden Ehrenreich, Woody HarrelsonEmilia Clarke et Thandie Newton, réalisé par Ron Howard - et un peu Chris Miller et Phil Lord.

 

 

LE BUDGET

Entre 250 et 275 millions. Solo : A Star Wars Story ayant été tourné en Angleterre, où les productions doivent déclarer publiquement les budgets (contrairement aux Etats-Unis), le chiffre révélé par London Evening Standard est solide.

C'est nettement plus que les 200 millions de Rogue One : A Star Wars Story (qui a probablement coûté plus avec ses reshoots, néanmoins). C'est éventuellement plus que Le Réveil de la Force, qui a coûté entre 260 millions et 306 millions (selon un rapport de Film L.A.). Mais c'est moins que Les Derniers Jedi, qui selon la même source a coûté un peu plus encore (317 millions).

C'est plus que la prélogie, qui a coûté entre 150 et 175 millions par film. Et c'est évidemment plus que les premiers épisodes, dont le budget en tenant compte de l'inflation est allé de 45 à 85 millions pour Le Retour du Jedi.

 

Photo Alden Ehrenreich Mission : Impossible - les origines

 

Impossible de ne pas mentionner la production chaotique du film pour parler du budget. Suite au renvoi des réalisateurs Phil Lord et Chris Miller en juin 2017, à trois semaines de la fin du tournage, Ron Howard a été engagé et une (grosse) partie du blockbuster a été retournée. Au moins cinq semaines de reshoots ont donc eu lieu, avec des éléments plus ou moins clairement modifiés (Michael Kenneth Williams a été remplacé par Paul Bettany et le rôle de Dryden Vos a visiblement été grandement modifié). 70% du film vu dans les salles auraient été tournés par Ron Howard. Le budget a donc logiquement gonflé.

A cela s'ajoute comme toujours le budget marketing. Pour un blockbuster, le coût s'élève vite et facilement à une centaine de millions.

 

photo, Alden EhrenreichDans une autre dimension, Alden Ehrenreich a un début de carrière du tonnerre

 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

392,8 millions. C'est le pire score de la saga dans le monde, sans même compter l'inflation. Solo : A Star Wars Story est à des années-lumière des 2 milliards du Réveil de la Force, du 1,3 milliard des Derniers Jedi et du 1,05 milliard de Rogue One. Pour l'ère Star Wars-Disney, c'est donc une douche froide, claire et nette.

Mais il est également loin de la prélogie de George Lucas, qui a encaissé entre 640 et 983 millions. Et il est loin aussi de la trilogie originale, qui avait engrangé entre 418 et 621 millions.

Avec l'inflation, c'est un désastre. Le Retour du Jedi, censé être l'un des plus petits succès de la saga en 1983, taperait le milliard. Le premier Star Wars, lui, serait à plus de 2,5 milliards. Peu importe comment on le prend, Solo : A Star Wars Story est un échec, et une triste date dans l'histoire de la saga des étoiles.

 

photo "Help"

 

LE BOX-OFFICE DOMESTIQUE 

213,7 millions. C'est le pire score de la saga au box-office USA et Canada. Très loin des 936 millions du Réveil de la Force, des 620 des Derniers Jedi, des 530 de Rogue One. Le seul qui a fait pire est L'Empire contre-attaque, sauf que non : si l'épisode culte sorti en 1980 a engrangé 209,3 millions à sa sortie, c'était sur maximum 1300 écrans à peine, contre plus de 4380 pour Solo dès son démarrage.

Et avec l'inflation, l'échec du spin-off sur Han Solo est encore spectaculaire. Star Wars premier du nom aurait encaissé plus d'1,3 milliard, devant Le Réveil de la Force avec un milliard. Et L'Empire contre-attaque, lui, aurait engrangé plus de 730 millions. Les seules sorties de la saga à avoir fait moins bien que Solo : A Star Wars Story sont les rééditions des films, en édition spéciale ou en 3D, et Star Wars : The Clone Wars sorti en 2008.

 

photo, Harrison Ford, Star Wars Épisode V : L'Empire contre-attaque"Tu vois, le futur, pas là-bas, je le sens pas"

 

LE BOX-OFFICE ÉTRANGER 

179 millions. Encore une fois, c'est le pire score de la saga, même sans prendre en compte l'inflation. Seul Le Retour du Jedi a été dans cette zone, en 1983, avec environ 165,8 millions récoltés au box-office étranger, mais avec des moyens moindres à l'époque en terme d'exploitation. Au pire de sa forme (L'Attaque des clones donc), la prélogie était dans les 338 millions. Le Réveil de la Force reste leader avec plus de 1,1 milliard rien qu'à l'étranger, quand Les Derniers Jedi n'a pas été plus haut que 712 millions.

A titre de comparaison, le premier spin-off de Star Wars, Rogue One, avait récolté 523,8 millions au box-office étranger. Quasiment trois fois plus que Solo, donc.

 

Photo Felicity JonesRogue One vs Solo : le compte est rapide

 

Solo : A Star Wars Story a principalement marché au Royaume-Uni (25 millions) et au Japon (18 millions). La Chine, capable de sauver les comptes de pas mal de blockbusters, a néanmoins été un obstacle de taille. Si Le Réveil de la Force y avait récolté plus de 124 millions, la saga encore méconnue là-bas a vite perdu : 69 millions pour Rogue One, et à peine 43 pour Les Derniers Jedi. Ce dernier a d'ailleurs enfoncé le clou, avec une chute de fréquentation si lourde en deuxième semaine qu'il a vite été retiré de tous les écrans.

Solo : A Star Wars Story partait donc mal et le studio en avait conscience, puisque le titre a effacé la mention Star Wars pour devenir Ranger Solo. Peu importe : il a engrangé 16 millions. Quand on sait qu'Avengers : Infinity War a encaissé 359 millions en Chine et Fast & Furious 8, 392 millions, le problème est réel. Et Solo a perdu là une occasion de doubler son box-office étranger.

 

photo, Thandie Newton, Alden Ehrenreich, Woody HarrelsonA l'affût des spectateurs. Quelque part.

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS 

Là encore : pire score de la saga. 1,3 million d'entrées.

Le record reste les 10,5 millions de Star Wars : Le Réveil de la Force. Le public français répond d'ordinaire plutôt bien à l'appel de la Force : 4,8 millions pour La Menace fantôme, 7,2 pour La Revanche des Sith, 7,1 pour Les Derniers Jedi, 6,4 pour Un nouvel espoir, 5,6 pour L'Attaque des clones. Les plus petits scores étaient les 4 millions de L'Empire contre-attaque et les 4,2 millions du Retour du Jedi.

Rogue One, le premier spin-off estampillé A Star Wars Story, avait attiré 5 millions de spectateurs.

 

photo, Phoebe Waller-Bridge

 

LES RAISONS

Première raison : la marque Star Wars elle-même, et la fatigue. Depuis le rachat de Lucasfilm par Disney en 2012, la saga imaginée par George Lucas a connu quatre films. Un par an depuis Le Réveil de la Force, loin des événements précieux dans le coeur des fans (16 ans entre les deux premières trilogies, dix avant l'actuelle). L'annonce de la marque A Star Wars Story, dédiée à des spin-off, n'a rien arrangé, et permis de caler à peu près un film par an.

En sortant seulement cinq mois après Les Derniers JediSolo : A Star Wars Story en est l'illustration la plus évidente. Si le mois de mai est inédit pour la renaissance de la saga, il est normal d'un point de vue historique, tous les épisodes avant l'ère Disney étant sortis sur ce créneau. Mais alors que Star Wars Episode IX sortira en décembre 2019, la décision semble absurde : cinq mois d'attente, puis dix-neuf avant le film d'après.

Par ailleurs, des sorties si rapprochées ont obligé le studio à ne pas lancer la promo de Solo trop vite, afin de ne pas empiéter sur Les Derniers Jedi. Si le marketing est un coupable trop parfait, jugé responsable du moindre flop, il faudra noter ce petit point de comparaison intéressant avec Rogue One : le premier teaser du premier spin-off était arrivé 247 jours avant sa sortie, quand il a débarqué 108 jours avant pour Solo. Dans tous les cas, Disney et Lucasfilm ont de toute évidence payé leur stratégie.

 

Photo Daisy Ridley, Mark Hamill "Je sens... que la haine va glisser vers le prochain film de papa Mickey"

 

Deuxième raison, liée à la première : le rapport de plus en plus tendu entre une partie des fans, et la saga. La prélogie avait déjà abîmé l'aura de la franchise, mais le temps et le repos ont quelque peu redoré son blason et pansé les plaies des fragiles. Le Réveil de la Force, avec ses airs de remake du tout premier épisode, a réveillé la colère. Et Les Derniers Jedi a définitivement replanté la hache de guerre. Nul doute que l'omniprésence de Disney (avec Marvel Studios notamment) a nourri cette énergie, et ce positionnement de plus en plus violent.

 

Photo Hayden Christensen, Ewan McGregor, Natalie Portman "T'inquiète Natalie, bientôt la haine va glisser vers la prochaine trilogie"

 

Troisième explication : au-delà de la sortie trop rapprochée des Derniers JediSolo : A Star Wars Story s'est retrouvé étouffé avec Avengers : Infinity War sorti fin avril (une autre production Disney), Deadpool 2 sorti une semaine avant et Les Indestructibles 2, qui débarquait mi-juin (là encore, Disney). Etant donné que tout le monde visait un public plus ou moins proche, quelqu'un allait y perdre. Et c'était forcément Solo, qui n'était pas particulièrement attendu, n'a pas été vraiment porté par la critique, et était en plus miné par les infos sur les coulisses chaotiques.

Quatrième : la Chine, qui se contrefiche de plus en plus de Star Wars, alors que le territoire est de plus en plus prisé par les studios. Des 124 millions encaissés par Le Réveil de la Force aux 42 des Derniers Jedi, le phénomène a été clair. Solo : A Star Wars Story a donc continué dans cette voie, avec 16 petits millions. Un score catastrophique, qui va obligatoirement changer des choses pour l'avenir de la franchise.

 

Photo Emilia Clarke Emilia Clarke, doux poison après Terminator et Star Wars

 

LE BILAN

Très, très mauvais. Environ 250 millions de budget et une centaine (à la louche) au marketing, avec 213 millions au box-office domestique (où le studio récupère le plus sur les entrées), et 179 dans le reste du monde (où il récupère moins) : Lucasfilm a forcément perdu gros sur Solo : A Star Wars Story. The Wall Street Journal parlait il y a quelques mois d'au moins 50 millions de perte pour Disney, et The Hollywood Reporter, de 80 millions. Mais imaginer le double n'est pas insensé.

Bien sûr, Solo n'est pas un film isolé. Il est un rouage d'une très grande machine, qui a généré de gros profits dans le passé et le fera encore dans le futur. Sans parler des retombées merchandising si immenses que l'usine Star Wars roule sans problème. Solo : A Star Wars Story a beau être une très mauvaise opération pour Disney et Lucasfilm, son échec sera vite ravalé par l'industrie derrière.

  

Photo Alden Ehrenreich Dans la salle d'attente du studio

 

LES CONSÉQUENCES

Dans l'absolu, pas grand chose. Star Wars est une machine bien trop grande et puissante pour vaciller avec un seul échec au box-office. Nul doute que Star Wars Episode IX sera un succès, notamment parce qu'il ramènera le public vers la trilogie principale et qu'il se sera écoulé plus d'un an. Et si la saga a pu survivre au bad buzz de La Menace fantôme et L'Attaque des clones, elle fera de même après Les Derniers Jedi.

Toutefois, impossible de sous-estimer l'impact du bide de Solo : A Star Wars Story. Lucasfilm, dirigé par Kathleen Kennedy, va au minimum devoir revoir sa stratégie côté spin-off. L'un d'eux a déjà été repoussé voire annulé. Celui sur Boba Fett a beau avoir été annoncé avec James Mangold à la réalisation, difficile d'y voir clair actuellement dans le planning.

Sans compter que Disney pourrait bien réserver quelques morceaux de la saga à sa plate-forme de SVOD, Disney Play. Et quoi de mieux qu'une grosse série par Jon Favreau à 100 millions, et d'éventuels films Star Wars, pour concurrencer Netflix et donner une valeur à leur service de streaming ?

Mais étant donné que le contrat de Kathleen Kennedy vient d'être officiellement renouvelé, l'impact semble jusque là limité.

 

Photo Thandie Newton Thandie Newton

 

Au minimum, Solo : A Star Wars Story servira donc de leçon : une confiance aveugle en la marque Star Wars est une erreur, le public l'a clairement exprimé. Comparé aux films Marvel, qui cartonnent en Chine et ont créé une vraie base de fan solide et fidèle, Star Wars semble plus fragile ; peut-être plus encore pour les jeunes générations, réservoir à fric ultime des studios.

La Guerre des étoiles a beau être une religion pour de nombreux fans, et une saga incontournable pour à peu près tout le monde, les spectateurs ne sont pas prêts à ingurgiter tout ce que Disney et Lucasfilm donneraient à manger. C'est peut-être ça, au fond, la meilleure raison d'apprécier ce "pauvre" Solo.

Solo : A Star War Story, disponible en DVD et Blu-ray le le 28 septembre.

 

Affiche

Tout savoir sur Solo : A Star Wars Story

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Seigneur et Maître
24/12/2020 à 04:45

À j'avais oublié, sachez que le mot critique n'est pas un mot pour critiquer des choses ou même ses semblables humains comme vous, qui j'en suis sûr que vous être aussi un état de critique.

Ce mot n'est pas à sa place !

Le mot critique désigne une forme de danger qui va arriver vite, on appelle ça l'état critique (je vais me trouver dans une situation de danger !)

Critique = danger éminant !

Ce mot n'a aucune signification pour critiquer les autres, et donc non évolutif pour sa vie !

Regardez d'abord votre état naturel avant de comprendre les états des autres, au lieu des les critiqués, moi je préfère le mot plus réaliste, c'est à dire le (fait) avec moi on ne parle que des faits, c'est tout ce qui m'intéresse !

Edudier la philosophie de la vie et la nature, ça vous évitera de dire des bêtises en permanence !

Et vous sentirez mieux la force de votre nature et celle des autres après si vous y arrivez ???

Cordialement a tous.

Seigneur et Maître
24/12/2020 à 04:21

Bonjour à tous.

En trois mots.

Pour un philosophe de de vie et de la nature, c'est que 1. La scène avec dark maul n'aurait pas du lieu, (on ne revient pas après être coupé en deux), c'est illogique.

2. La fin n'a pas une fin normal sachant qu'il y n'y aura plus de suite de ce film.

Et 3. Le personnage de han solo n'est pas assez ressenblant avec le vrai personnage original.

D'ailleurs le vrai personnage qui aurait vraiment été très ressanblant étant jeune avec Harrison Ford quand lui était jeune, et bien il ne l'on pas choisis, la plus grosse erreur fatal de Disney qui a achevé ces trois critères, si il y avait pas eu ces trois détails le film aurait bien marché !
Moi j'ai vu le sosie jeune du solo qui devait jouer dans le film, et croyez moi j'avais l'impression de voir Harrison quand il était jeune, je l'ai vu sur un commentaire vidéo sur YouTube.

Voilà pourquoi le film s'est écroulé, moi il ne m'intéresse pas, et je ne l'ai ni acheté en dvd ni blu ray !
C'est comme si il n'avait jamais exister.

Ça s'est la réalité de la vie.

Cordialement a tous.

Kyle Reese
22/12/2020 à 15:15

Revu, le plus gros défaut pour moi est que la première partie du film a une photo trop sombre et atone, pas mal de contre jour avec le visage des acteurs vraiment peu éclairé.
La musique manque de personnalité un mixe de thème déjà entendue mais elle fait le job. L’action est plaisante, bien filmé, les persos sont bien incarnés et rafraîchissant. Quelques nouveautés dans l’univers et les tous premiers rebels. Pas de Jedi. Franchement un bon film spin off qui s’intègre très bien entre épisode 3, le jeu Fallen Order et Rogue One. R3 robot pour l’indépendance des siens, Solo gentil gredin amoureux transit toujours partant pour une bonne cause, Chewbacca libérateur des siens, Lando charmeur tricheur victime de la mode, sont top ainsi que tous les autres persos attachant. La rencontre Solo chewy est réussie, on n’a jamais autant bien visité le faucon millenium qui montre sa vrai valeur de légende lors de la séquence de folie dans un vortex infernal. Le côté western est top. L’univers de Star Wars en dehors des Jedi montré dans ce film, Rogue one et Mandalorian est pour le coup rafraîchissant.
En mettant les Jedi et la force de côté on retrouve un côté humain plus intéressant.
Vraiment dommage que le film ai été un tel échec injustifié. Il y avait vraiment de quoi faire quelques aventures bien sympathique. Si Disney pouvait entendre les fans convaincu de la réussite du film et en faire qq chose avec les meme acteurs ... pour une fois je suis demandeur.

RedLeader
21/12/2020 à 21:18

Pour moi et de nombreuses personnes qui m'entourent, Solo a payé le prix du désastre engendré par l'épisode 8, après lequel la magie de StarWars a été cassée.
Katheleen Kenedy est la seule responsable de ce terrible postlogie et donc de l'échec de Solo.
Le film en lui meme n'est pas mauvais et certainement meilleur que tous les épisodes de la postlogie. J'aimerai bien voir ce que les réalisateurs d'origine avaient tourné.
Le seul espoir pour cette licence est ce qui a été fait avec Rogue One et le Mandalorien.

Nyl
21/12/2020 à 17:19

@ le grand Seigneur Hamon

Dis moi, tu as vu Clone Wars et Rebelle ?
Car notre cher Zabrak est bien présent.
Et on peut aussi rappeler que Anakin survit a une brûlure sur 3e degré pendant une période assez longue, quand même. Et subit une opération sans anesthésie.

Donc le réalisme , ce n'est pas dans SW où il faut aller. Bien qu´il y a des limites à ne pas franchir, néanmoins.

N'est pas, épisode 9 ? Oui, c'est toi que je regarde avec ton force Skype 3.0 et ton Palpatine sorti de nulle part.

Aries Sign
21/12/2020 à 08:36

et ils osent presenter çà à Cannes, LOl,?
et Cannes ose diffuser cette daube?
j'ignorais que Cannes avait le "privilege "de le decouvrir, ahahah

Solo du matin
21/12/2020 à 08:07

On peut aussi dire que le film indépendamment de son contexte du bad buzz etc n’est pas si mauvais en soi
Rien à sa vision ne justifie les outrances dont il fait l’objet et ce qui est a questionner c’est pourquoi la réaction au film plutôt que le film lui même
Qu’est ce que cette réaction dit des critiques des fans ....

Thierry B
21/12/2020 à 06:28

L'histoire aurait pu être un bon sujet de série de la même manière que "le mandalorian". Le côté western est parfait pour un personnage comme Han Solo.

Kinké
21/12/2020 à 00:33

La 5eme raison c’est que le solo qu’ils ont choisi à zéro charisme et souffre forcément de là comparaison avec le solo de Harrison Ford...

le Waw
21/12/2020 à 00:06

Une merveille complètement sous estimée.

Plus
votre commentaire