Aquaman, Shazam, Wonder Woman, Batman : pourquoi l'avenir (compliqué) de DC est en train de se jouer

Geoffrey Crété | 20 juillet 2018 - MAJ : 20/07/2018 18:24
Geoffrey Crété | 20 juillet 2018 - MAJ : 20/07/2018 18:24

D'Aquaman à Wonder Woman, DC sera en force au Comic-Con.

En huit ans et cinq films, l'univers DC aura vendu beaucoup de belles choses et déçu beaucoup de monde. Après un Man of Steel très réussi mais un peu décrié, 2016 a été une année charnière, où le succès de Batman v Superman : L'Aube de la justice et Suicide Squad au box-office a été grandement abîmé par l'accueil très compliqué.

Succès critique et public, porté par un enthousiasme spectaculaire, Wonder Woman a été une bénédiction bien nécessaire avant un Justice League aussi chaotique que ne le laissait présager sa production.

 

Photo Ben Affleck, Henry CavillLe combat des titans

 

Alors qu'Aquaman se profile à l'horizon de décembre, que l'Amazone reviendra triomphante dans Wonder Woman 1984, que Shazam sera le nouveau super-héros des écuries en 2019, et qu'un nombre affolant de films sont annoncés, développés ou oubliés, le Comic-Con de San Diego est un événement stratégique pour le studio.

L'enjeu : annoncer un cap, occuper l'espace, vendre du rêve, et enterrer une partie des craintes et doutes. Avec la nécessité de reprendre en main une communication qui a au mieux été confuse, au pire désastreuse. On fait un point sur les rendez-vous pris - ou espérés.

 

photo, Ben Affleck, Gal Gadot, Justice League Les héros vs la machine du studio

 

AQUAMAN : LE GÉANT AUX PIEDS D'ARGILE

Ce sera le film à mettre sous les projecteurs : Aquaman de James Wan. Apparu dans Batman v Superman : L'Aube de la justice, au premier plan dans Justice League, le héros des eaux est épargné par pas mal de critiques pour plusieurs raisons. D'abord parce que Jason Momoa a beaucoup, beaucoup de fans, et que son casting a emballé bien du monde. Comparé à un Ben Affleck par exemple, c'est une évidence.

Ensuite, parce que James Wan est très apprécié. Depuis Saw, il est monté en flèche, s'est imposé comme l'un des metteurs en scène les plus malins au rayon horreur avec Insidious et Conjuring : les dossiers Warren, tandis que Fast & Furious 7 a prouvé son aptitude à parfaitement épouser les formes du blockbuster sans être écrasé par l'entreprise.

Entre ses nombreux crédits de producteur autour de ses franchises (La Nonne, spin-off de Conjuring 2 : Le cas Enfield, arrive en septembre) et ses collaborations récentes avec la Warner, il y a aussi l'assurance d'un homme qui connait sa place dans l'industrie, et mène des combats qu'il sait pouvoir gagner.

 

photo, James WanJames Wan sur le tournage d'Aquaman

 

Deux grosses inquiétudes néanmoins sur Aquaman, au-delà de sa nature qui prête encore à rire. La première : le film tarde à se dévoiler. Tourné entre mai et octobre 2017, le blockbuster n'a quasiment rien montré avant de premières images officielles en juin 2018. Quelques semaines avant, le film était reparti en tournage, pour les désormais incontournables reshoots. Depuis, quelques nouveaux visuels, une première affiche... la promo se lance, doucement.

Pour expliquer l'impatience du public, rappelons que le studio avait dévoilé un premier logo en mai 2017 (qui a depuis été modifié), ou encore un teaser (inédit sur internet) au Comic-Con 2017. James Wan a fini par répondre plusieurs fois aux inquiétudes des fans, affirmant que la post-production se déroulait sans encombre, et que les reshoots n'étaient en rien synonyme de problèmes.

 

photo, Jason Momoa, Patrick Wilson Aquaman et son ennemi

 

L'autre inquiétude est relative à Justice League. Après avoir charcuté le film de Zack Snyder, embauché Joss Whedon pour rafistoler tout ça, livré une chose qu'absolument personne n'assume, et essuyé un sale échec au box-office (c'est le plus petit score de DC en salles), les producteurs ont-ils laissé James Wan conduire son film comme prévu ? N'y a t-il pas eu de conséquences au désastre en coulisses sur Justice League ?

Les premiers éléments de langage sont apparus : le film sera entre Star WarsIndiana Jones et À la poursuite du diamant vert, et ne sera pas une comédie romantique mais un peu quand mêmeAquaman sera résolument fun mais avec des scènes sombres et effrayantes. Et ne sera pas écrasé par ce foutu univers étendu. Beaucoup de promesses, sans surprise, mais déjà quelques curiosités et paradoxes.

 

photo, Amber HeardAmber Heard en Mera

 

Si la grande réunion des héros DC a de toute évidence payé la note après la sortie compliquée de Batman v Superman, qui a forcé Zack Snyder à revoir ses plans, il n'y a rien de fou à imaginer que le studio tente de maîtriser Aquaman. Le film n'a peut-être absolument rien de problématique, et les producteurs ont peut-être compris qu'il était vital de laisser un réalisateur concrétiser sa vision, mais le doute est normal à ce stade.

Vu la gestion pour le moins étrange et chaotique du catalogue DC, nul doute que le public avisé s'interroge. Et attend donc de pied ferme la première bande-annonce, pour savoir si le studio va miser sur l'humour, va donner l'impression de courir après le succès de Marvel, et a l'intention de mieux peaufiner qu'un Justice League dont la post-production a été précipitée. Vu les ambitions d'Aquaman, qui se déroule en grande partie sous l'eau et avec une direction artistique très comics, ce dernier point sera essentiel.

 

CouvertureL'un des premiers visuels

 

SHAZAM : LE COUP DE POKER

De tous les super-héros du catalogue DC, le studio a choisi Shazam comme nouvelle figure de l'univers au cinéma. Créé par C.C. Beck et Bill Parker en 1940, Shazam cache un enfant du nom de Billy Watson, qui gagne le pouvoir de se transformer en super-héros lorsqu'il prononce "Shazam". Super-fort, super-intelligent, super-indestructible, super-rapide, le super-héros très typé Superman est un choix peu attendu mais pas inintéressant.

Et le studio a jusque là aligné des choix étonnants à tous les niveaux, de Zachary Levi (ChuckHeroes Reborn) pour incarner le surhomme à David F. Sandberg (Dans le noirAnnabelle : La Création du Mal : un autre amateur d'horreur après James Wan) pour le filmer. L'acteur a d'ailleurs vivement réagi aux attaques sur son physique qui ne serait pas à la hauteur, annonçant une promo qui pourrait être amusante à suivre.

 photo, Zachary Levi Première image des héros de Shazam

 

A peine sorti du tournage, qui s'est terminé en mai 2018, Shazam a vite posé les premières pierres de sa promo. Avec un mot d'ordre : le fun. Du premier visuel où le héros posait en costume avec une boisson comme sur une pub de fast food à la première image officielle où les personnages sont encore en train de boire, jusqu'aux récentes photos qui misent encore sur la relation entre l'enfance et le super-héroïque, le film se présente comme nettement plus coloré et léger que tous les précédents films DC.

L'acteur a même déclaré que "l'idée, c'est que ce soit comme Big, mais avec des super-pouvoirs". Une référence au film où un enfant se réveille dans le corps de Tom Hanks, et découvre le monde des adultes. Shazam serait donc un film de super-héros léger, où un enfant se retrouve subitement doté de capacités extraordinaires, et les utilise comme un gosse. Tout ça dans le cadre classique du genre, puisque Mark Strong sera le docteur Sivana, un inventeur rongé par l'amertume et qui se retrouve lui aussi doté de pouvoirs.

 

photo ShazamDeuxième image officielle

 

C'est très loin des ambitions de Zack Snyder, qui a ouvert le DCEU avec des films plus graves et noirs, qui interrogeaient la figure du super-héros de manière solennelle. A quel moment Shazam a t-il été validé et lancé ? L'a t-il été en réaction aux critiques contre Snyder, et pour répondre au public qui plébiscite la légèreté relative des Avengers et compagnie ? Peu importe au final : Shazam se place clairement comme le film léger de DC, celui qui joue sur le statut régressif du genre. D'où la place un peu trop lourde du chewing gum, de la boisson type fast food et du téléphone portable. Shazam, il est normal, et c'est donc normal que tu l'aimes.

Et avec une sortie prévue le 5 avril aux Etats-Unis, un mois après Captain Marvel et quelques semaines avant Avengers 4Shazam va bien avoir besoin de ses super-pouvoirs pour s'imposer.

 

photo ShazamShazam, un super-héros qu'il est cool

 

WONDER WOMAN : LA VALEUR SÛRE À PROTÉGER

La suite de Wonder Woman est en tournage depuis peu, et pour encore quelques mois. Mais la production a déjà livré plusieurs photos, annonçant officiellement le retour de Chris Pine et donnant un aperçu de Kristen Wiig qui sera l'antagoniste du film à nouveau réalisé par Patty Jenkins.

Wonder Woman 1984 aura t-elle sa place au Comic-Con ? A priori oui. Suite au succès phénoménal du premier film (plus de 821 millions dans le monde, et plus gros succès du DCEU au box-office domestique), la suite est considérée comme le pari le plus sûr du studio. Il serait parfaitement logique de donner quelques miettes au public, avec par exemple un court teaser articulé autour d'une image ou deux de Gal Gadot dans sa tenue de super-héroïne.

 

photo, Gal GadotPremière image officielle de WW1984

 

LE RETOUR DU JOKER 

Personne ne sera surpris si le studio profite de l'événement pour annoncer, confirmer ou préciser l'un des (trop) nombreux projets en cours de développementGreen Lantern Corps pourrait par exemple être de la partie, comme tant d'autres.

Mais parmi les plus attendus et probables  : le film sur le Joker discuté depuis des mois, avec Joaquin Phoenix. Personne n'y croyait vu la filmographie de l'acteur (qui a refusé Doctor Strange pour rappel) et les annonces du retour de Jared Leto, Joker de Suicide Squad. Mais la Warner a officiellement confirmé la chose il y a peu de temps. Puis annoncé un titre officiel, Joker, avec une date de sortie (octobre 2019).

Coïncidence ? Non. Le film de Todd Phillips est vite devenu l'un des projets les plus intrigants et médiatisés de l'univers, posant beaucoup de questions certes (les producteurs pourraient officiellement lancer cette marque DC parallèle, qui serait hors de l'univers étendu, avec des films plus décalés et moins chers), mais laissant espérer beaucoup aussi. Que Robert De Niro soit courtisé, et que Frances McDormand ait refusé un rôle, en dit long sur les ambitions.

Avoir un acteur de la trempe de Joaquin Phoenix sur scène, et livrer un tout premier visuel de son look de Joker même, serait un gros coup promo pour DC.

 

Photo Jared Leto Une prière pour ce Joker

 

LE RETOUR DE BATMAN

Qui dit Joker, dit Batman. Et Bruce Wayne se fait attendre. Annoncé depuis octobre 2014, le film solo devait être tourné en 2017, avant que Ben Affleck n'abandonne les postes de réalisateur et scénariste pour uniquement être acteur. Matt Reeves (CloverfieldLa Planète des singes : Suprématie) est alors embauché, ce qui rassure beaucoup de monde.

Et si le retour ou le départ de Ben Affleck demeure encore un mystère, alimenté par les rumeurs mais aussi les déclarations opaques de l'acteur, il se murmure désormais très sérieusement que le réalisateur écrit un scénario centré sur un Batman plus jeune. 

Bref, encore rien de bien clair et certain. Mais après deux ans et demi d'attente, et de multiples retards, DC aurait bien besoin de calmer le jeu et programmer plus simplement l'avenir d'un des personnages les plus iconiques du catalogue.

 

Photo Ben Affleck "I'm calling youuuuuuu"

 

LE RETOUR DE SUPERMAN

Autre éventualité : le retour de Henry Cavill en Superman. L'acteur attendu dans Mission Impossible : Fallout est parmi les plus populaires et appréciés de l'univers, et il évoque une suite à Man of Steel depuis des années. 

Figure de proue de l'univers lors de son redémarrage en 2013, qui a plus convaincu que Superman Returns de Bryan Singer, Superman a été embarqué dans le tumulte de l'univers étendu avec Batman v Superman : L'Aube de la justice et surtout Justice League, où il a clairement été maltraité. Depuis, Zack Snyder a plusieurs fois évoqué les plans d'origine et ce que Superman devait vivre, confirmant bien des théories.

Henry Cavill a plusieurs fois parlé de son envie de mener un nouveau film solo, et les rumeurs se sont multipliées au fil des années. De George Miller fin 2015 à Matthew Vaughn début 2017, en passant par Amy Adams qui parlait d'un scénario en cours d'écriture en 2016, Man of Steel 2 n'a jamais cessé de flotter dans l'air.

Annoncer un nouveau film Superman serait logique pour bien des raisons, à la fois pour recentrer DC sur l'un de ses personnages les plus populaires, se reposer sur l'un de ses acteurs les plus charismatiques, et reprendre le contrôle narratif d'un super-héros qui s'est un peu perdu et a particulièrement souffert des problèmes de directions en coulisses.

 

Photo Henry Cavill Passez par la case prison et recommencez

 

LE RETOUR DE HARLEY QUINN

Autre figure sur laquelle DC devrait et pourrait miser : Margot Robbie. Elle était l'un des éléments les moins mauvais de Suicide Squad. Elle a aussi gagné en popularité depuis, sa nomination aux Oscars pour Moi, Tonya qui a confirmé ses talents indiscutables.

Alors que l'idée d'un spin-off sur le Deadshot de la star Will Smith a été évoqué et aurait été logique, c'est Margot Robbie qui empile les projets et annonces chez DC. Gotham City Sirens avec Harley Quinn et d'autres bad girls, Birds of Prey avec Harley Quinn et d'autres héroïnes, un film sur le Joker et Harley Quinn, sans oublier un Suicide Squad 2 où elle occupera en toute logique une place de premier choix : l'actrice sera immanquablement centrale dans le futur de DC.

Elle pourrait donc apparaître au Comic-Con pour accompagner un lancement plus clair de Birds of Prey, qui avance bien puisque la réalisatrice Cathy Yan a été engagée et que l'intrigue se précise. D'autant que le film, centré sur un groupe de personnages féminins, est en phase avec son époque. Productrice, Margot Robbie a de toute évidence incité le studio à engager une réalisatrice et une scénariste. Et vu le succès de Wonder Woman, la production a vite dû y voir du bon.

 

photo, Will Smith, Margot Robbie"My turn"

 

LE RETOUR DE... JUSTICE LEAGUE

C'est le rêve de beaucoup, beaucoup de spectateurs : la version de Justice League non-charcutée, non-abîmée, non-dénaturée du film de Zack Snyder.

Pour ceux qui auraient évité Ecran Large et tout site internet dédié au cinéma depuis environ un an, la production du film a été particulièrement compliquée. L'accueil de Batman v Superman : L'Aube de la justice a de toute évidence incité le studio à rectifier le tir, le Justice League en deux parties (évoqué lors de l'apparition de Flash dans le titre pré-cité) a été abandonné au profit d'un seul film, et nul doute que la vision prévue à l'origine a été altérée.

Lorsque la production a engagé Joss Whedon pour superviser les reshoots, suite au départ de Snyder pour des raisons personnelles, le blockbuster a définitivement échappé aux réalisateurs pour être remodelé par les producteurs.

Résultat : le plus petit score de l'univers étendu DC, et un désastre plus ou moins évident selon les points de vue.

 

Photo Gal GadotLa bataille finale vers le chaos

 

Grâce aux nombreux éléments donnés lors de la promo avec une somme fascinante d'images absentes de la version sortie en salles, sans parler des déclarations de personnes autour de la production, les plus curieux ont pu reconstituer une partie du puzzle. De son côté, Zack Snyder s'est chargé d'alimenter l'intérêt des fans en livrant quelques petits indices

Que le Blu-ray ne contienne qu'une seule et pauvre scène inédite, sur Superman, n'a fait que nourrir la frustration de savoir qu'une version plus longue, plus fidèle à la vision originale, existeLa possibilité, la rumeur, le fantasme d'une director's cut n'a cessé d'être là. Mais le cinéaste n'a rien affirmé, et The Wall Street Journal déclare encore cette semaine que la Warner n'a aucune intention de sortir une quelconque nouvelle version du film.

 

Photo Ezra MillerEn un Flash, le rôle de Flash quasi éclipsé pour la suite

 

Peu importe, le fantasme vit encore. Mais avec des problèmes majeurs : la nature des scènes coupées et abandonnées, et l'impact d'une version alternative.

Si des scènes ont été tournées mais écartées au montage, elles n'ont pas été finalisées en post-production, ce qui nécessite un budget pour les terminer (tout indique qu'une version non peaufinée et finalisée de Snyder existait bien fin 2016, avant les reshoots). Et si la Warner sort une version director's cut de Zack Snyder, ce serait un quasi-aveu de mauvaise gestion. Surtout si la version est meilleure, et met encore plus en évidence le ratage.

Un retour de Justice League semble donc plus qu'improbable. Mais l'espoir fait vivre - du moins les fans. Et vu comme son statut actuel dans l'univers DC est fragile (il sera crédité producteur sur Wonder Woman 1984 et Aquaman par exemple, ce qui peut tout à fait être un titre contractuel), inviter Zack Snyder sur la scène du Comic-Con serait un gros coup pour DC.

 

Photo Gal Gadot, Zack Snyder, Ben Affleck Zack Snyder sur le tournage de Justice League

 

DC/Warner ont donc beaucoup à jouer lors du Comic-Con 2018. Alors qu'Avengers : Infinity War a largement franchi le cap des 2 milliards au box-office, et reste un adversaire de taille dans les salles, le studio doit impérativement annoncer un cap.

Après Justice LeagueWalter Hamada a été engagé pour présider DC Films, et succéder à Geoff Johns et Jon Berg. L'enjeu est clair : éclaircir la situation, et reprendre le contrôle d'une communication qui a échoué ces derniers mois. Annonces multiples, rumeurs rarement adressées, projets en suspens depuis des années... DC a brouillé les signaux.

Qu'un nouvel acteur ait été engagé pour incarner le Joker, l'illustre un peu trop bien. La rumeur du lancement d'une marque type DC Dark, en parallèle de l'univers étendu, prend de plus en plus de sens. Porter des projets plus décalés, plus extrêmes et surtout moins chers (le budget du Joker version Todd Phillips est moitié moins élevé que les autres blockbusters DC) : c'est peut-être la meilleure et seule issue possible. Encore faut-il l'annoncer, l'assumer, et la vendre.

Il est donc désormais vital de rebattre les cartes, annoncer un programme clair, évacuer une partie des doutes et craintes, et croire un peu plus en ces super-héros que le monde pourrait tant apprécier.

 

Affiche française

Affiche

commentaires

Faliéry
21/07/2018 à 20:29

Ça m 'étonne un peu cette peur à l'avance de votre part sur toujours un film DC qui sortira son trailer 6 mois,
INFINITY WAR n 'a eu son trailer que 5 mois avant sa sortie ,un peu pareil ,mais personne n en faisait un plat.

Archie62
21/07/2018 à 17:55

Cendrillon toujours un réel plaisir de vous lire ! ????

Geoffrey Crété - Rédaction
20/07/2018 à 18:24

@dumbsuperman

On parle bien évidemment de l'univers étendu DC, seul sujet de cet article de la première à la dernière ligne.

Et vu comme on a été très, très mitigés sur Wonder Woman, on n'est pas là pour le défendre. Mais pour dire qu'il a eu une carrière très solide, surtout aux USA, où il a fini par dépasser BvS après avoir démarré moins fort que lui.

dumbsuperman
20/07/2018 à 18:08

Wonder Woman raremant vu un film de super héros aussi surcoté, débordant de niaiserie faussement féministe, et non ce film n'est pas le plus gros succés sur sol US de DC cette place revient à The Dark Knight, comme quoi y'a une justice, parce ce qu'entre les deux y'a une galaxie d'écart.

Pseudo
20/07/2018 à 16:30

Mais le dceu n'est pas mort parés bvs? puis après ss? puis après justice league?

Je pense surtout que le dceu est increvable, car ça fait au moins 3 ans que le lis des rip dceu et il est toujours là.

Snake
20/07/2018 à 13:58

Merci pour ce dossier complet ! j'ai personnellement l'impression que pour le moment tout vas bien sur Shazam et Aquaman car aucun trailer n'a fuité, c'est généralement après les premières réactions trailers que Warner se met a faire n'importe quoi en mode panique :/ curieux de voir ce qui va se passer après le comic con !

votre commentaire