Skyscraper : le marché chinois, El Dorado ou saut dans le vide pour Hollywood ?

Mise à jour : 12/07/2018 14:34 - Créé : 12 juillet 2018 - La Rédaction
photo
87 réactions

Alors qu’explose le marché chinois, ses mentions dans les analyses commerciales et chiffres du box-office se multiplient. Mais qu’en est-il réellement de ce marché en pleine expansion ?

 

 

QUAND LE DRAGON S’ÉVEILLE

En Chine, 25 salles de cinéma ouvrent, tous les jours, indiquait en 2016 Charles Rivkin, qui venait alors de prendre la tête de l’office de censure et de classification américain, la MPAA. Une tendance lourde, qui ne s’est pas démentie et permet aujourd’hui au pays d’aligner un plus grand nombre d’établissements que les Etats-Unis.

En janvier 2018, on y dénombrait précisément 41 056 écrans. Chiffre colossal, alors que les Etats-Unis n’en alignent « que » 40 928. Et ce n’est rien, puisque L’Empire du Milieu devrait avoir doublé ce chiffre d’ici à 2021, d’après les analystes de PricewaterhouseCoopers. On comprend aisément qu’à Hollywood, ces statistiques puissent donner le tournis.

Face à un marché domestique incapable de rentabiliser des blockbusters aux coûts de fabrications en constante inflation, Hollywood s’est tourné vers les marchés étrangers depuis de nombreuses années. Mais aucun ne semble n’avoir aujourd’hui le potentiel du marché chinois. D’ailleurs il a récemment permis de maximiser le succès de certaines productions, voire d’inverser une mécanique négative au box-office.

 

photo, Dwayne Johnson, Chin Han"Bon alors vous faites votre film hein, mais vous êtes gentil, vous me cassez pas tout là-dedans."

 

Par exemple, Pacific Rim : Uprising ne doit son existence qu’au public chinois. Quant à xXx : Reactivated, il peut remercier également ce territoire, qui aura été considérablement plus indulgent avec lui que le public américain. De même, Warcraft - Le commencement n’a évité l’humiliation totale que par la grâce du public chinois, tout comme le reboot de Tomb Raider, tandis que Ready Player One a vu son box-office sacrément dopé par le public chinois. Mais il ne faut pas non plus y voir un marché de rattrapage, puisqu’un succès international comme Fast & Furious 8 y a amassé 392 millions de dollars supplémentaires.

L’excitation des studios est d’autant plus importante face à cette manne qu’à l’heure actuelle, l’Etat impose des quotas extrêmement stricts en termes de distribution de films étrangers dans le pays, tant niveau quantité que niveau durée. Actuellement, seulement 34 films non-chinois peuvent légalement être exploités annuellement, sous réserve que le comité de censure les valide, ou ne décide pas d’interrompre leur exploitation.

Et justement, exploiter un film en Chine n’est pas toujours une sinécure.

 

Photo Rory McCann, Ruby Rose, Vin DieselMerci la Chine

 

TRIBULATIONS D’UN BLOCKBUSTER EN CHINE

Non seulement peu de films peuvent atteindre le marché chinois, mais le gouvernement est susceptible de bannir ces productions pour quantité de motifs et du jour au lendemainLara Croft : Tomb Raider - Le Berceau de la vie fut interdit de séjour en raison de son portrait soi-disant nocif de la nation et ce malgré ses gros clins d'oeils touristiques aux environs de la Grande Muraille.

Le Secret de Brokeback Mountain, parce qu’il narrait une romance homosexuelle, n’a pu mettre une santiag en terre chinoise. Noé fut refoulé pour cause de lien étroits avec le christianisme (quand bien même pas mal de catholiques furent outrés par sa dépiction d'un des mythes essentiels du récit biblique). Avatar, lui, a été retiré de l’affiche après seulement deux semaines, les autorités estimant que son succès menaçait la réussite des produits chinois. L'impertinence n'est pas non plus la bienvenue, comme le prouve le refus de visa de Deadpool 2.

 

photo, Ryan ReynoldsUn Deadpool beaucoup trop débridé

 

Pour pouvoir passer les fourches caudines de la censure et espérer se maintenir sur les écrans, les films doivent donc, dès leur conception, envisager le marché chinois et s’adresser directement à lui. Ce n’est pas sans conséquence esthétique ou scénaristique. L’exemple le plus récent n’est autre que Skyscraper, dont l’action se déroule tout simplement à Hong-Kong.

Ces derniers mois, plusieurs blockbusters ont au minimum délocalisé leur action pour toucher de plus près le public chinois. C’est le cas de Transformers 4 : L'âge de l'extinction, de xXx : Reactivated et bien d’autres encore. Et on ne se contente pas de tourner en Asie, puisqu’il faut également repenser les castings afin que les spectateurs asiatiques en général puissent s’y identifier.

 

photo X-Men : Days of Future Past et Iron Man 3 ont dragué la Chine avec le même personnage secondaire artificiel...

 

Iron Man 3 aura ainsi proposé un montage différent en Chine avec une scène supplémentaire où apparaît un personnage inédit, interprété par Fan Bingbing. Avant lui, World War Z a préféré trahir le roman qu’il adapte et changer le pays d’origine du patient zéro de son épidémie, afin de ne pas courir le risque d’énerver les officiels du Parti. Enfin, on se doute un peu que le personnage de milliardaire chinois de Skyscraper, décrit comme un innovateur philantrope et rassurant, doit beaucoup son existence au désir du film de draguer L’Empire du Milieu.

 

UNE SACRÉMENT GRANDE MURAILLE

Mais adapter un film à ce marché spécifique pose également des problèmes d’ordre esthétique et politique. En effet, et on s’en rend particulièrement compte dans le cas des métrages délocalisant l’action en terre chinoise, on voit ainsi de plus en plus de scénarios tressant les louanges du principal adversaire commercial des Etats-Unis. La démarche peut bien sûr amuser par son hypocrisie et son ironie intrinsèque, mais elle pose deux problèmes à part entière.

 

photo, Hannah QuinlivanSkyscraper aussi distribue des seconds rôles en carton...

 

Vanter la puissance de l’armée de Xi Jinping, ou l’efficience de sites, applications pensés pour surveiller les citoyens est par essence problématique. Plus inquiétant et paradoxal, ce système a pour effet secondaire d’amener des super-productions américaines à faire la publicité du régime chinois et à se plier à ses desideratas politiques, policiers et idéologiques. Ce qui revient à en faire la promotion, plus ou moins directe.

Loin d’être anodin ou seulement d’ordre philosophique, cette situation pose des problèmes d’ordre scénaristique. Revenons à notre Skyscraper, obligé de greffer des ajouts hors sujets à son intrigue de film d’action bourrin en Chine, parfois en totale contradiction avec l'ADN du genre auquel il appartient, comme des hommages appuyés aux fonctionnaires, flics et soldats chinois. Ce choix entraîne une suite de problèmes que doit adresser le scénario et qui finissent par le paralyser.

La famille de Dwayne Johnson est prise en otage dans la tour dont il a assuré l’audit de sécurité. Puisque les méchants ne peuvent être des ressortissants chinois, il faut parachuter dans le récit un commando d’Europe de l’Est, bref, du méchant « blanc » sur lequel on peut taper sans inquiétude. Parallèlement, le script doit s’assurer de ménager quelques rôles secondaires positifs aux autorités chinoises. Autant d’écueils qui détournent le film, comme le spectateur, d’un programme simple sur le papier.

 

Photo Matt DamonLa grande muraille du kamoulox

 

RISQUES OU OPPORTUNITÉS ?

Le blockbuster américain calibré pour L’Empire du Milieu est à ce point en passe de devenir une recette bien ordonnée que quand la Chine inverse les rôles et produit elle-même un blockbuster pour le marché international, il est bien difficile de déterminer si l’on regarde un blockbuster yankee recyclant une autre culture, ou l’inverse. En témoigne le prototype La Grande Muraillequi contrairement aux apparences n’est pas une initiative américaine, et où Zhang Yi-Mou montre que le 7e Art chinois est déjà parfaitement capable d’ingérer et reproduire les tropismes américains, à commencer par caster Matt Damon dans n’importe quoi.

Plus sérieusement, si le public Chinois fait preuve d’un certain appétit envers le cinéma grand public, les films américains sont bien loin de supplanter les productions autochtones, qui battent presque hebdomadairement des records. Le cinéma américain lui, est en passe de devenir dépendant de ce qui est désormais le premier marché du monde. En témoigne l'incapacité de Star Wars à percer sur place, malgré les efforts répétés de Disney pour sensibiliser un tout nouveau public.

Sauf que rien n’indique qu’un blockbuster américain mutant pensé pour toucher le public chinois intéresse encore massivement les Américains, les Canadiens, les Australiens, les Européens ou qui que ce soit.

 

Photo Avatar 2Pas sûr qu'Avatar 2 ait droit aux salles chinoises...

 

Plus problématique pour Hollywood, si ses blockbusters devaient voir leur budget continuer d’enfler : l’el Dorado chinois pourrait se refermer très rapidement. Et pour cause, quelques heures après que le président Donald Trump ait annoncé mener une guerre commerciale en taxant pour 200 milliards de biens chinois importé, pas sûr que Xi Jinping accueille à bras ouverts les emblèmes du soft power américain.

De l'autre, si le dirigeant ne revenait pas sur la quantité de films autorisés dans son pays, il pourrait pousser plus avant les sociétés de production américaines à collaborer avec des distributeurs validés par ses soins. Les blockbusters américains, quand la communication est idéale (ce qui est loin d’être toujours le cas, comme le rappelle l’American Film Market Institute) peuvent espérer toucher 36% des recettes. Pourcentage qui pourrait baisser si la confrontation commerciale entre les deux superpuissances montait dans les tours.    

Les raisons pour lesquelles Hollywood rêve de Chine sont donc évidentes. Comme sont évidents les obstacles qui se dressent encore devant l’industrie, avant qu’elle ne puisse déferler sur ce nouveau et vaste marché. Mais pour riche de potentiels et juteux qu’il puisse être, rien n’indique que l’arrivée en masse des blockbusters américains soit artistiquement souhaitable, ni culturellement viable.

 

photoUn Transformers qui passe pas mal de temps dans L'Empire du Milieu...

commentaires

Arriflex 15/07/2018 à 02:19

Hélas ça veut aussi dire que Hollywood calibre tout en Pg-13 en espérant que tel ou tel film soit accepté par la Chine... Prenez l'exemple du futur film de requin "The Meg" si on regarde bien la bande annonce on voit bien que ça ce passe en Chine, ce qui explique pourquoi un tel film qui devrait être R va se retrouver Pg-13 et calibré pour le marché chintok, du moins celui de la Chine continentale, et le pire cela ne garanti même pas que le film sorte la bas à moins qu'il y ait des co-producteurs Chinois derrière simplement pour qu'ils puissent le sortir.

warrior 12/07/2018 à 18:58

Tu peut pas comparé l'aura planétaire de twilight a celui de Furious (qui une fois sorti est oublié, t'as deja vu une convention Furious, des debats sur ce qu'il va arriver dans le next film ? Moi non

Et puis Jurassic a fait 1,6 milliards a cause de la nostalgie, twilight le film a marché parce que lhistoire a plut.

warrior 12/07/2018 à 18:20

Le mcu a rapporté 17,1 md$, a rapporté 2,040 md$ avec infinity war !!!!!!!! Possède un nombre incalculable de fans dans le monde, je doute que jurassic ou furious rivalise avec ces chiffres !!!
Quand un Marvel sort c'est un événement pas Transformers !

Et twilight a tout a fait sa place, je suis
étonné que tu ne l'ai pas mis !

Des fans pleurait, crier, au premiere des films twilight ! Cetait la folie, t'as deja vu ce genre de scene pour Jurassic park ou transformers ? Moi non

warrior 12/07/2018 à 18:15

Nan mais tu es sérieux ??

Furious plus que star wars ?

Transformers et pas le mcu ? Tu viens de pluton ?

Et twilight ?
Tu me fais une blague ?

J'aimerais une réponse plus élaboré si cela ne t'ennuie pas, merci d'avance.

Quand je demande quel sont les 5 plus grosse je parle en terme d'ampleur marketing, de fandom pas d'avis personnel sur les films ou de
qualité.

quelquesexemples 12/07/2018 à 18:06

@warrior

fast and furious
transformers
jurrasic park
harry potter
saga tokien

warrior 12/07/2018 à 17:41

Quel sont les 5 ou 10 plus grosses saga de l'histoire ?

Furious a t'il sa place ?
Peut on considèrer bond comme une saga ?
Twilight ?
Et pour Batman ? Quel saga de Batman ??

warrior 12/07/2018 à 17:38

Si Furious 7 ne sort pas en chine, cette merde ne serait pas dans les 7 plus grosse recette de tout les temps, alors que le Avengers 1 si !

Avengers 1 n'a fait que 80 m$ en chine, si a 1,518 md$ on enlève 80 cela donne: 1,438

Alors que si on enlève 390 m$ a 1,516 (score de F7) cela fait 1,126 md$

La Chine a tronqué le box office

warrior 12/07/2018 à 17:34

Hayden christensen et son outcast ridicule, il est pas sorti en Chine ?

warrior 12/07/2018 à 17:32

Quelqu'un pourrait me dire quel sont les 5 plus grosses franchise au monde ?

Lord Sinclair 12/07/2018 à 16:51

Le marché de la Chine Pop a déjà flingué le cinéma de Hong Kong, il va déglinguer Hollywood, qui était déjà en train d'y arriver très bien tout seul...

votre commentaire