Avant Avengers : Endgame - le classement de tous les Marvel, du pire au meilleur (2ème partie)

La Rédaction | 14 avril 2019 - MAJ : 14/04/2019 11:37
La Rédaction | 14 avril 2019 - MAJ : 14/04/2019 11:37
Affiche chinoise
154

Tous les films Marvel classés du pire au meilleur, by Ecran Large.

Avengers : Infinity War des frères Russo arrive le 25 avril et avec lui, l'apogée présumée de dix-huit films et quantité de super-héros et univers, réunis dans un grand combat contre Thanos.

L'occasion de revenir sur toutes les productions du MCU (Marvel Cinematic Universe), d'Iron Man à Thor : Ragnarok en passant par Les Gardiens de la Galaxie et Captain America : Civil War, avec un classement de l'ensemble des films, en commençant par les pires jusqu'aux meilleurs.

Un classement évidemment propre à la rédaction, établi grâce aux votes de chacun, et qui en aucun cas ne devrait être pris autrement que comme notre avis collectif, bien à nous, qui ne pourra donc certainement pas s'accorder à chaque spectateur. Prière de ne pas partir en vrille, sortir les insultes et les fusils.

Retrouvez la première partie par ici.

 

 

14 - CAPTAIN MARVEL

Ce qui se passe : Dans tous les recoins de la galaxie, la dénommée Vers porte le fer contre les méchants Skrulls, traqués par l'Empire Kree qu'elle sert. Isolée sur Terre à la suite d'une embuscade, elle découvre que ses frères d'armes l'ont manipulée, qu'elle répond au doux nom de Carole Danvers, que ses pouvoirs (hérités du Tesseract, donc d'une Pierre d'infinité) sont bien supérieurs à ce qui lui a été annoncé, que Samuel L. Jackson est vraiment très cool, et que les chats cachent bien leur jeu. Elle donne un bipper à Nick Fury, et s'envole loin de la Terre pour régler d'autres affaires et justifier son absence du MCU jusqu'à Avengers : Endgame.

 

photo, Samuel L. Jackson, Brie LarsonNick "Two Eyes" Fury

 

Ce qui va : Le film a de furieux airs de buddy movie. En effet, Samuel L. Jackson bénéficie pour la première fois d’un véritable rôle dans un film du MCU, et on a bien du mal à comprendre pourquoi personne n’y a songé plus tôt. Sa présence électrique et cool fait beaucoup pour l’ensemble, sauvant même par endroit le personnage de Captain Marvel, écrite de manière trop monolithique pour intéresser le spectateur, en dépit de la bonne performance de Brie Larson.

On appréciera également le rythme du métrage, qui évite un peu les tunnels de dialogues habituels pour multiplier les lieux et décors, quand bien même il se cantonne beaucoup trop longtemps sur Terre.

Ce qui va pas : Rarement les scènes d’action d’un épisode du MCU auront été aussi indigentes et en manque d’inspiration. Le constat est d’autant plus frappant que de Top Gun à Independence DayCaptain Marvel veut rendre hommage à tout un pan de la pop culture, qui ne peut jamais que souligner ses faiblesses artistiques. Enfin, le choix de faire de Denvers une héroïne totalement invulnérable amoindrit terriblement les enjeux du récit. On en reparlait en détail ici.

 

photo, Brie LarsonElle est enfin là, la première super-héroïne qui a son film solo MCU

 

13 - CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L'HIVER

De quoi ça parle : Après la destruction d'Avengers, Captain America essaye de s’adapter au monde moderne, mais c’est pas facile, surtout quand il apprend que son super pote Bucky n’était pas vraiment mort mais se fait manipuler par des nazis franchement balèzes en informatique qui n’étaient pas vraiment morts non plus.

Nick Fury est tué (sauf que non), et Captain America et Black Widow s'allient pour faire tomber le SHIELD, dirigé par des méchants. Il vit à fond sa bromance avec Bucky. Le SHIELD tombe, et les héros partiront désormais à la recherche des agents de l'HYDRA, qui ont récupéré Scarlett Witch et Quicksilver dans un labo secret.

Ce qui va : Si l’on oublie que la finalité de l’histoire est une fantasque histoire de taupes nazies au 21e siècle, curieusement le volet thriller/enquête est peut-être l’aspect du film qui fonctionne le mieux. Il s’en dégage une drôle de saveur politique assez bien vue par rapport à l’air du temps sur la paranoïa sécuritaire, ce qui rend la présence de Robert Redford au casting extrêmement pertinente. Le film peut également compter sur un bon duo entre Black Widow et Cap, que Chris Evans campe avec brio.

 

Photo Sebastian StanLe fameux soldat-ami-bro

 

Ce qui va pas : Comme d’hab avec les frères Russo, les mouvements des combats ont beau être assez classes et fluides, la réalisation et le montage hyper rigides jurent complètement avec les chorégraphies. Le nombre de plans devient parfois complètement délirant pour filmer une simple action, et on se souviendra notamment longtemps de ce combat en ascenseur, pourtant court et anecdotique mais ô combien paresseux. La photographie est également désespérément plate, en témoigne ce combat gris sur l’autoroute grise d’une ville grise, ou le combat final dans la station filmé à grand coups de plans moyens/larges (on est bien chez les frères Russo). Et pour finir, on ne pouvait pas ne pas évoquer le "filain nazi tans l’ortinateur ach ach ach", un genre de docteur Folamour mais désespérément sérieux. Et sérieusement, absolument PERSONNE n’a reconnu Bucky depuis le début, vraiment ? Arrêtez, c’est grillé.

 

Photo Chris Evans, Scarlett JohanssonViens, on fait un film un peu sérieux Nat'

 

12 - SPIDER-MAN : HOMECOMING

Ce qui se passe : Alors qu'il a fait une entrée remarquée dans l'univers des Avengers avec Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu ses pouvoirs. Dans son quartier, il se présente comme un super-héros serviable et lutte parfois contre la criminalité. Mais avec son mentor Iron Man et l'arrivée du méchant Vautour, le jeune Spide-Man va prendre une autre dimension.

Ce qui va : Ce nouvel opus des aventures de Spider-Man avec son nouvel interprète Tom Holland a plein d'atouts. Tout d'abord, le jeune comédien correspond parfaitement à l'image du Peter Parker adolescent, plus proche des comics, et se fond dans le costume de l'araignée de bien belle manière. Le choix de ne pas nous livrer une troisième origin story du super-héros sur grand écran permet au long-métrage de se lancer rapidement. En jouant sur les codes du teenage movie, Spider-Man : Homecoming offre également une légéreté attendrissante. Enfin, le film réussit à vraiment surprendre en milieu de film avec un retournement de situation très inattendu qui lui permet de redonner de l'enjeu au récit efficacement.

Ce qui ne va pas : Malgré un retournement de situation bienvenu en plein coeur du film, le scénario est très convenu et se concentre sur une structure globale trop classique. Les scènes d'actions peu nombreuses manquent soit d'originalité, le ferry rappelle bien trop le métro du Spider-Man 2 de Sam Raimi ; soit d'envergure, la séquence sur la plage est très fade visuellement et manque cruellement d'ampleur. Un manque d'impact visuel du, sans aucun doute, au style trop lisse du réalisateur Jon Watts.

 

Photo Tom Holland Spider-Man version ado 2017

 

11 - IRON MAN 2 

De quoi ça cause : Tony Stark est désormais publiquement Iron Man. Il pourrait couler des jours heureux en achetant de petites entreprises pour en licencier les ouvriers, tout en lutinant des kilomètres de collaboratrices lubriques, mais il doit faire face simultanément à un corps dont l’énergie décline et à un homme décidé à se venger du mal que lui a fait son père et fondateur de Stark Industries.

Pourquoi ça ne marche pas : C’était l’occasion pour Jon Favreau de nous montrer que lors du premier Iron Man, il ne s’était pas contenté de laisser Robert Downey Jr. improviser pour sauver un film précipité en enfer par la grève des scénaristes. Sauf que finalement, Jon Favreau a préféré prouver qu’il mettait en scène avec un style digne d’un chatbot bridé par un community manager évangéliste un lendemain de Pentecôte. Iron Man 2 n’est jamais honteux, toujours solide techniquement, et plutôt fluide, doté de thèmes pas inintéressants, mais c’est sa mollesse et son absence criante de dramaturgie qui en font un interminable machin tout mou. On peine à distinguer une scène, une image, un personnage ou un dialogue mémorable. Pas une catastrophe donc, mais un produit désincarné dénué d’intérêt.

Pourquoi ça marche : Le concept de MCU est alors aussi nouveau que passablement abstrait, et ce nouveau chapitre contribue à lui donner plus évidemment corps. Une promesse qui suffisait alors largement à faire du film un divertissement digne de curiosité.

 

Photo , Robert Downey Jr.Robert Downey Jr., l'homme derrière le chèque/la combinaison

 

10 - DOCTOR STRANGE

Ce qui se passe : Le Docteur Stephen Strange (Benedict Cumberbatch) est un talentueux neurochirurgien jusqu'au jour où il est victime d'un tragique accident de voiture. Obligé de mettre son égo de côté après son accident, il apprend l'existence d'un monde caché dans une dimension alternative et en apprend les secrets. Depuis New-York, le Doctor Strange joue alors les intermédiaires entre le monde réel et ces dimensions parallèles grâce ses pouvoirs et des artefacts.

Ce qui va : Techniquement et visuellement parlant, Doctor Strange est sans aucun doute un des films du MCU les plus impressionnants. Entre ses jeux de miroirs, sa manipulation de l'espace, ses effets d'optiques... le long-métrage s'amuse à distordre les lieux, les mouvements et le cinéma dans des séquences parfois ahurissantes comme cette course-poursuite entre Strange et Kaecilius sur les buildings et bâtiment d'un New-York mouvant. De plus, l'histoire de Doctor Strange révèle qu'il est en possession d'une Pierre d'infinité, si convoitée par Thanos. Son importance cruciale dans Avengers : Infinity War est donc installée judicieusement.

Ce qui ne va pas : Si le film de super-héros impressionne visuellement, son récit s'avère en revanche d'un classicisme gênant et ennuyeux. Le déroulé de cette origin-story est des plus banals et n'arrive jamais à sortir du carcan habituel des origin story du MCU. L'écriture des personnages principaux est extrêmement poussive et l'ensemble du scénario paraît aussi artificiel que cette Tilda Swinton gymnocéphale. 

 

Photo Benedict Cumberbatch Benedict Cumberbatch alias Iron Cape

 

9 - IRON MAN 3 

Ce qui se passe : Tony Stark a un gros souci et il s’appelle le Mandarin, un terroriste qui détruit à peu près tout son univers. Livré à lui-même, il va devoir comprendre qu’un héros n’a pas besoin d’une armure pour briller.

Ce qui va : La plus grande qualité du film, c’est bel et bien son réalisateur Shane Black. N’en ayant clairement rien à faire du MCU et du grand plan de domination de Marvel, il instaure, bien avant James Gunn avec Les Gardiens de la Galaxie, le second degré virulent à l’égard même de la démarche globale. Iron Man 3 est un film qui se moque des super-héros et de ce que le MCU est en train de devenir. Tout comme il se moque de son personnage et de la figure du méchant, traité avec un je-m’en-foutisme particulièrement jouissif. Résultat : une déconstruction anthologique de la figure héroïque et un vrai buddy-movie à l’ancienne, avec des dialogues en or. Osé et très, très grand.

Ce qui va pas : Forcément, le film ne plait pas à grand monde et est régulièrement conspué. Trop bizarre, cette approche punk en forme de doigt d’honneur énerve autant qu’elle déçoit le fan du MCU, surtout face au potentiel énorme de l’histoire et les conséquences sur son héros. Trop en avance sur son temps ou résolument trop décalé par rapport à la norme, Iron Man 3 n’aura pas su convaincre les spectateurs qui avaient vu dans Avengers, la première grosse réunion du MCU, la concrétisation d’un rêve d’enfant. A revoir obligatoirement aujourd’hui avec un peu plus de recul. 

 

Image 644994 L'épisode de la discorde, qui divise beaucoup le public

 

8 - THOR : RAGNAROK 

Ce qui se passe : Parce qu'il est devenu le héros le plus chiant du MCU, Thor se voit offrir Ragnarök, la destruction de son royaume et son image. Il passe dans la lessiveuse eighties de la planète Sakaar, où il reprend du poil de la bête, passe chez le coiffeur, rencontre un personnage féminin enfin digne de ce nom, et gagne des pouvoirs autres que son foutu marteau. Il revient chez lui pour enterrer son royaume et Cate Blanchett en roue libre. Il perd un œil pour parfaire son look, et part avec les siens en direction de la Terre. Sauf qu'il croise le vaisseau de Thanos. Dommage.

 

Photo Chris Hemsworth, Mark RuffaloReady... fight !

 

Ce qui va : Le grand gamin Taika Waititi arrive dans l'arène Marvel et s'amuse avec un plaisir manifeste à composer cette symphonie pop-rétro parfaitement calibrée pour 2018. Après deux premiers films aussi mous que mouais, Thor 3 agit comme un antidépresseur assumé, délirant et décomplexé, qui jette un pavé arc-en-ciel dans la marre tièdasse du super-héros électricien. Un humour souvent efficace, une direction artistique souvent très séduisante, une énergie souvent fort entraînante, pour un film souvent très sympathique, régressif, et doté d'une bonne énergie.

Ce qui ne va pas : Le grand numéro ne peut cacher la vacuité d'un machin qui ne raconte à peu près rien, et sort tout l'attirail hollywoodien (une musique cool, un décor cool, une réplique cool, un ralenti cool, une actrice cool en méchante cool) pour endormir les neurones. On pourra s'en amuser et apprécier que Marvel assume son statut avec cette parenthèse légère, mais on pourra aussi trouver qu'on nous sert un bel opium un peu trop calibré pour l'ambiance nostalgique de 2018.

 

Retrouvez la première partie du dossier par ici.

 

 Dossiers publiés une première fois en avril 2018, et mis à jour

Photo Affiche

Image 640293

Affiche Benedict Cumberbatch

Image 473544

Affiche

Image 683282

Affiche française

 

 

commentaires

Ashe30
16/04/2019 à 11:13

Je suis ok avec le classement de Koïto...Captain America 2 est une vrai réussite, les moin ferru de Marvel ne s'attendait pas forcément à Bucky, la scène d'action dans l'ascenseur est parfaitement réalisé, on apprécie bien plus l'action que la majorité des films d'aujourd'hui ou la caméra tremble mal cadré pour apprécier le mouvement et les changements de plan trop rapide pour donner du rythme (type Bourne ou Taken...)qui au final n'apporte rien de neuf.

Mamie cocotte
16/04/2019 à 08:58

On s en fout de vos commentaires moi j adore tous ces films

Koito44
15/04/2019 à 18:46

Bon alors pour le plaisir et paske je suis totalement pas d'accord avec vous voici mon top 10 (Et bien sûr vous avez le droit de pas être d'accord...incroyable!)
1- Cap 2 winter soldier paske ses scènes d'action vraiment réussies et un des meilleurs scenar' du MCU ( je sais c pas difficile)
2- Gardiens de la galaxie 1er du.nom évidemment, pour la surprise, le fun et le côté space-op plutôt reussi
3-Infinity War paske Thanos
4-Avengers paske une réunion comme celle-ci a l'écran pour la 1ere fois ct qd même un kif
5-Iron Man 3 paske Shane Black et...non en fait paske SB ça suffit en fait
6-Cap 1 paske l'ambiance retro-futuriste, paske Hugo Weaving et paske Chris Evans est devenu Cap instantanément
7-Thor 3 paske plaisir coupable
8-Iron Man paske 1ere pierre bien posée et un RDJ ressuscité né pour jouer le role
9-Doc Strange paske Cumberbatch et qqs plans dingos
10- Homecoming ou Civil War j'arrive pas a me decider...
Voilà c tout pour moi en attendant la suite de votre classement !
Peace out

morbac
15/04/2019 à 15:37

Captain America même pas dans le top 10 alors qu'ils font clairement parties des meilleurs films

topaloff
15/04/2019 à 12:30

@Nolan le best

Du pire au moins pire tu veux dire ?

Baja370
15/04/2019 à 01:26

Personnellement les iron man sont mes préférés

Elvis
14/04/2019 à 20:47

Cap 2 .la scène de l ascenseur ?? Elle est top .le film est pour moi dans les 3 premiers ,normalement .ce que j aimes, c est du héros et du vilain pas trop fort ou extraterrestre .mais du vulnérables, plausibles....
Iron man 1 ,bof ,chiant et mou .la surprise pour moi ,n est pas un effet à noter .
Tu veux du fun, ragnarok .
Les gardiens de la galaxie ,ca y est ça ma saoule. D'ailleurs les qyoers héros saoulent. Marvel saoule .écran large, devient chiant aussi.

Coucou
14/04/2019 à 16:00

C'est bien, vous avez repris le classement que vous avez fait l'an dernier en ajoutant juste Captain Marvel et Avengers 3. Du racollage aussi subjectif qu'original, comme on en voit partout à chaque Marvel.
Maintenant vous êtes là à chambrer toutes les personnes qui vous mettent le nez dans le purin, pendant que vos éternels grenouilles de bénitier suivent aveuglément votre point de vue, mais je suppose que c'est ça les "vraies" critiques.

bubblegumcrisis
14/04/2019 à 15:08

D'abord, Ironman3 parce que Shane Black et parce que c'est le seul film de ce machin à univers partagé qui ait de la personnalité. Ça n'a pas plut à une partie du public. Ça démontre que le film sort de l'ornière dans laquelle tous les autres ronronnent opus après opus. Il y a dans ce film plusieurs niveaux de lectures ce qui change du 1er et seul degré de tout le reste de cet univers.

Ensuite, Thor Ragnarok parce que ce film assume complètement son personnage j'm'enfoutiste, beauf et invulnérable - Chris Hemsworth a un gros potentiel comique - et que Hulk a enfin un autre rôle que celui de smasher et parce que Ruffalo a enfin plus de deux lignes de dialogue. Le duo fonctionne très bien et les seconds rôles sont bien écrits.

Tout le reste c'est de la mauvaise série B gonflée aux effets spéciaux numérique qui se prend atrocement au sérieux malgré des enjeux dramatique faibles voire inexistants.

La palme de l'ennui revenant à la série des Captain America et surtout le Docteur Strange. Le soldat de l'hiver aurait pu être intéressant si la critique sur la guerre préventive et le Patriot Act avait servi de trame au film. Malheureusement c'est vite expédié - il ne faudrait pas trop critiquer la politique belliqueuse des USA dans une production Disney - et à la place on a droit à une traque au Nazi improbable et mal foutue et un psychodrame à base de bromance pas assumée.

Geoffrey Crété - Rédaction
14/04/2019 à 14:53

@Nolan

Comme il y a encore peu de films du DCEU, on a préféré parler du meilleur et pire par rédacteur :

https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1074009-justice-league-batman-v-superman-suicide-squad-quels-sont-les-meilleurs-et-pires-films-du-dceu

Plus

votre commentaire