Avant Black Widow, le classement de tous les Marvel, du pire au meilleur (1ère partie)

La Rédaction | 1 janvier 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 1 janvier 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Tous les films du MCU classés du pire au meilleur, by Ecran Large. Première des trois parties du dossier.

Alors que la Saga Infinite est terminée depuis l'avènement de Avengers : Endgame puis de Spider-Man : Far from home, le MCU est obligé de faire une grosse pause en cette période de coronavirus. La franchise a dû repousser les sorties de ses prochains longs-métrages, le premier de la longue liste, Black Widowpassant ainsi de mai à novembre 2020 sur l'agenda bien rodé de Marvel et Disney.

En attendant que les choses reviennent peu à peu à la normale, c'est l'occasion de revenir sur toutes les productions du MCU (Marvel Cinematic Universe), d'Iron Man à Thor : Ragnarok en passant par Les Gardiens de la Galaxie et Captain America : Civil War, avec un classement de l'ensemble des films, en commençant par les pires jusqu'aux meilleurs.

Un classement évidemment propre à la rédaction, établi grâce aux votes de chacun, et qui en aucun cas ne devrait être pris autrement que comme notre avis collectif, bien à nous, qui ne pourra donc certainement pas s'accorder à chaque spectateur. Prière de ne pas partir en vrille, sortir les insultes et les fusils.

 

 

23 - THOR

De quoi ça cause : Un surfeur culturiste sous acide est persuadé d’être un dieu asgardien. C’est un peu ridicule, mais pas plus que de se prendre pour un metteur en scène sous prétexte qu’on a torché à peu près n’importe comment quelques adaptations de Shakespeare dans les années 90. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’en faut pas beaucoup plus pour nous offrir un des blockbusters les plus embarrassants de ces 20 dernières années.

Pourquoi ça ne marche pas : C’est bien simple, absolument rien ne va dans ce naufrage aux effets spéciaux dégueulasses, à la mise en scène indigne d’un fan film concourant aux handisport de l’imagination (« hey c’est du fantastique, vite décadrons l’action ! »), et au scénario qui alterne entre la tragédie pour les nuls et la comédie romantique pour ornithorynques châtrés.

Pourquoi ça marche : Reste une unique raison de supporter ce machin produit avec un cynisme répugnant (les personnages secondaires allant jusqu’à se moquer de l’intrigue et des héros, comme pour signifier combien Marvel méprise son sujet) : le charisme de Chris Hemsworth, qui réveillerait un mort.

 

Photo Chris Hemsworth, Tom HiddlestonThor et Loki

 

22 - ANT-MAN ET LA GUÊPE 

Ce qui se passe : Alors que Scott Lang alias Ant-Man est assigné à résidence, Hank Pym et Hope van Dyne, alias la Guêpe, le recrutent pour tenter de retrouver Janet van Dyne bloquée depuis des années dans la dimension subatomique. Poursuivis par des méchants humains, la super-vilaine Fantôme et le FBI, ils réussissent quand même à sortir Janet de la dimension subatomique. Scott et Hope se mettent ensemble mais pendant que Scott fait un test dans le tunnel quantique, il reste bloqué car Janet, Hope et Hank ont été snapés par Thanos.

Ce qui va : A l'exception de quelques jeux de perspectives et d'échelles amusants et des scènes d'action corporate très corrects, le film n'a pas grand chose à apporter. Seul gros point positif : la Guêpe ( vangeline Lilly), une super-héroïne émouvante, attachante et bien caractérisée, l'une des seules du MCU. Le personnage de Ghost n'est pas si mal non plus. Au-delà, on peut aussi espérer qu'Ant-Man et la Guêpe cache quelques indices sur le déroulé de Endgame avec la dimension quantique.

Ce qui va pas : Globalement l'intrigue de ce deuxième volet des aventures de l'homme-fourmi n'a rien de très original ni de très entraînant. Si Ghost est bien présentée et a un joli background, elle n'est jamais une vraie menace pour les héros, tout comme les personnages incarnés par Laurence Fishburne et Walton Goggins.

A côté de cela, l'humour du film ne fonctionne jamais avec ses blagues terriblement datées et profondément lourdingues. De plus, avec les innombrables possibilités mises à sa dispotion, le film n'use jamais assez des jeux d'échelles qu'il pourrait créer, préférant se complaire dans une mise en scène très basique. Quel dommage.

 

Photo , Paul Rudd, Evangeline LillyPlus on est de fous, moins on rit

 

21 - THOR : LE MONDE DES TÉNÈBRES 

Ce qui se passe : De méchants elfes veulent répandre les ténèbres sur tout le monde. La pauvre Jane est possédée par un machin maléfique nommé Ether. Thor perd sa mère (pour de vrai) et son frère (pour de faux). Thor traverse plein de portails pour taper le méchant Elfe. Thor refuse le trône d'Asgard. L'Ether, alias Pierre de la réalité, est remise au Collectionneur.

Ce qui va : Le climax avec les portails offre quelques images amusantes. La masse musculaire de Chris Hemsworth est un peu moins terrifiante. La direction artistique est globalement plus aboutie et ambitieuse que dans le premier film, avec l'envie d'en faire quelque chose qui ressemble moins aux Power Rangers.

Ce qui va pas : Thor : Le monde des ténèbres a la particularité d'être à peu près totalement oubliable. Entre le cocktail étrange d'un Kenneth Branagh qui mixe du Shakespeare de bas étage et de l'humour bas du front dans Thor et l'impulsion eighties-kitsch de Thor : Ragnarok par Taika Waititi, la suite réalisée par Alan Taylor fait figure d'escale bien pale, existant plus par obligation contractuelle que par une quelconque nécessité. Pas si détestable que ça, mais tristement vide.

 

photo, Chris HemsworthChris Hemsworth, pose #1 avec légère variation 

 

20 - BLACK PANTHER 

Ce qui se passe : T’Challa hérite du trône du Wakanda, ce qui fait de lui Black Panther, super-héros super fort super protectionniste et isolationniste. Manque de pot, son lointain cousin aimerait bien tâter de la couronne, et faire un peu de politique extérieure. Bien conscient que les semi-étrangers sont à peine des humains et que le socialisme est la mort des peuples, T’Challa transforme le dit cousin en sushi à la viande, non sans avoir pris conscience de combien son père lui avait caché que parfois, la vie c’est moche.

Ce qui va : C’est comme le dentiste, c’est bien quand ça s’arrête. Sinon, l'adversaire Killmonger est l'un des moins tartes du MCU, avec un positionnement intéressant face au héros. Le scénario l'éjecte trop vite dans le climax, mais son rôle est globalement plus noble que la majorité des films de super-héros. Danai Gurira est aussi un atout de premier ordre, avec un charme et un humour détonants.

Ce qui ne va pas : Ce scénario navrant (pour qui n’a pas l’habitude de Marvel) pourrait ne pas totalement discréditer le film, si ce dernier daignait être un minimum spectaculaire. Malheureusement, Ryan Coogler semble ne pas vraiment avoir eu les mains libres, comme en témoignent les scènes d’action parmi les plus risibles depuis le grotesque Elektra, à mille lieues de la maestria technique toute en souplesse d’un Creed. Désespérément programmatique et opportuniste dans sa manière d’agencer ses valeurs, Black Panther est tout ce que 13, Get OutTangerine ou Moonlight n’étaient pas : une œuvre composée n’importe comment, avec un mépris souverain pour son sujet et son public, portée par une campagne promotionnelle idéalement calibrée pour se parer des vertus de ses prédécesseurs. Sinon, il y a toujours Blade.

 

Photo Chadwick BosemanBlack Panther, black mood

 

19 - AVENGERS : L'ÈRE D'ULTRON 

Ce qui se passe : Les Avengers traquent HYDRA et trouvent le sceptre de Loki, avec la Pierre d'Infinité. Stark l'utilise pour créer Ultron, une Intelligence Artficielle qui va bien sûr devenir tarée. Ultron enrôle les jumeaux Maximoff, mais finalement ils sont pas si méchants. Les héros passent un moment champêtre dans une petite maison dans la prairie Barton. Vision est créé. Les Avengers affrontent Ultron et ses sbires en Sokovie. Quicksilver est tué. Hulk s'exile. Les Avengers accueillent de nouveaux membres.

Ce qui va : Certains auront apprécié le combat entre Hulk et Iron Man qui détruisent un centre-ville d'Afrique. D'autres, l'intro dans la forêt enneigée. La scène alcoolisée et la tête de Chris Hemsworth quand son marteau bouge aussi. L'idée d'avoir des super-héros avec de vrais super-pouvoirs, comme Scarlett Witch et Quicksilver, apporte une bonne dynamique visuelle.

Ce qui ne va pas : Le numéro d'équilibriste du premier Avengers, qui organisait action, humour et héros, s'écroule dans cette suite baveuse. Plus de personnages certes, mais pas plus de frissons, d'énergie et d'excitation dans cette histoire poussive de méchant robot suprémaciste, qui peine à offrir de bons morceaux d'anthologie ou retrouver la dynamique d'équipe de Vengeurs. Un peu tiraillé dans tous les sens, le film a clairement souffert de son pari très risqué, quasi-impossible à remporter, de marcher dans les pas de la bonne surprise du premier opus. D'où un film pas bien satisfaisant et bien plus faiblard que la moyenne du MCU.

 

PhotoRéunion de super-héros pas jojo

 

18 - L'INCROYABLE HULK 

Ce qui se passe : Le scientifique Bruce Banner cherche à trouver un antidote aux radiations gamma qui l'ont contaminé et le font devenir Hulk. Pendant sa recherche du remède, alors qu'il est poursuivi par les forces américaines qui veulent l'utiliser comme arme, Bruce va recroiser le chemin de Betty Ross, son éternel amour.

Ce qui va : Pas grand chose. On peut souligner la volonté de nous épargner l'origin story de Hulk et de rentrer directement dans le vif du sujet. Edward Norton fait plutôt le job dans la peau du mutant.

Ce qui ne va pas : Techniquement, L'Incroyable Hulk est très irritant et manque considérablement de séquences emblématiques ou de moments lisibles. Au lieu de tenter une chorégraphie avec sa caméra, Louis Leterrier préfère se servir du montage pour guider ses scènes d'actions. En résultent des enchainements infâmes et brouillons pour un ensemble vraiment foireux. Il faut dire qu'il est difficile de filmer un scénario aussi vide et prévisible. Le récit reste trop en surface pour interpeller, les personnages sont très caricaturaux (le méchant interprété par Tim Roth en tête de ligne) et la romance centrale est niaise. Puis malheureusement, les effets spéciaux subissent méchamment les âfres du temps...

 

photo, Edward NortonEdward Norton concoctant l'ADN du bon film

 

17 - CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR 

De quoi ça parle : La politique c’est compliqué, et ça empêche les Avengers de bien bosser, surtout que l’ONU en a marre que ça soit une organisation privée et veut les faire passer sous son contrôle après la mort de plusieurs civils, causée par leurs actions. Iron Man est d’accord, Captain America non, du coup ça divise. En plus, le méchant Zemo manipule (ENCORE) le Soldat de l’Hiver, qui décidément ne peut jamais se contrôler, et fait un massacre. Iron Man en a (encore) marre de lui, mais Captain America le soutient (encore), parce que merde, c’est Bucky quoi, du coup ça divise encore la division.

Sauf que cette fois y’en a marre, alors Iron Man et ses potes ils décident de se battre contre Captain America, donc Zemo a gagné en fait, mais heureusement, en fait Black Panther a un servo, du coup il y a juste la moitié de l’équipe en taule, donc c’est plus qu’une victoire aux trois quarts pour Zemo. Bien joué !

 

Photo Captain AmericaLe décor le moins excitant du monde

 

Ce qui va : Daniel Brühl a beau avoir été privé de design convaincant (et même de design tout court), son interprétation de Zemo est très convaincante, tandis que Robert Downey Jr. fait également un très bon job en changeant subtilement la tonalité de son personnage, qu’on sent pourtant infiniment lassé et distant. Civil War peut d’ailleurs vraiment remercier ses deux acteurs, c’est à peu près le seul truc qui fait qu’on croit vraiment au déchirement tragique de l’équipe, alors que le scénario n’aide pas. Ah, et Black Panther est monstrueusement classe bordel.

Ce qui ne va pas : À peu près tous les « à côtés » du film. L’humour est horrible, l’histoire complètement invraisemblable et grotesque (surtout dans sa partie « politique »), les bastons torchées par la réalisation et le montage (et c’est dommage parce que y’a plein d'idées classes). Et alors, le pire pour la fin : la direction artistique du MCU a toujours été son talon d’achille, mais alors là on est vraiment dans les abysses de la laideur photographique, dont le comble sera atteint pendant la fameuse bataille grise sur le tarmac gris de l’aéroport gris (il est mort l’étalonneur ou quoi ?), filmée sans aucune sensibilité ou sens de la dramatisation à grands coups de plans moyens/large déprimants. Et alors la cohérence spatiale ou les rapports d’échelles, c’est même pas la peine de chercher.

 

Photo Tom Holland, Spider-ManLa première apparition du nouveau Spider-Man

 

16 - CAPTAIN MARVEL

Ce qui se passe : Dans tous les recoins de la galaxie, la dénommée Vers porte le fer contre les méchants Skrulls, traqués par l'Empire Kree qu'elle sert. Isolée sur Terre à la suite d'une embuscade, elle découvre que ses frères d'armes l'ont manipulée, qu'elle répond au doux nom de Carole Danvers, que ses pouvoirs (hérités du Tesseract, donc d'une Pierre d'infinité) sont bien supérieurs à ce qui lui a été annoncé, que Samuel L. Jackson est vraiment très cool, et que les chats cachent bien leur jeu. Elle donne un bipper à Nick Fury, et s'envole loin de la Terre pour régler d'autres affaires et justifier son absence du MCU jusqu'à Avengers : Endgame.

 photo, Brie LarsonElle est enfin là, la première super-héroïne qui a son film solo MCU

 

Ce qui va : Le film a de furieux airs de buddy movie. En effet, Samuel L. Jackson bénéficie pour la première fois d’un véritable rôle dans un film du MCU, et on a bien du mal à comprendre pourquoi personne n’y a songé plus tôt. Sa présence électrique et cool fait beaucoup pour l’ensemble, sauvant même par endroit le personnage de Captain Marvel, écrite de manière trop monolithique pour intéresser le spectateur, en dépit de la bonne performance de Brie Larson.

On appréciera également le rythme du métrage, qui évite un peu les tunnels de dialogues habituels pour multiplier les lieux et décors, quand bien même il se cantonne beaucoup trop longtemps sur Terre.

Ce qui va pas : Rarement les scènes d’action d’un épisode du MCU auront été aussi indigentes et en manque d’inspiration. Le constat est d’autant plus frappant que de Top Gun à Independence DayCaptain Marvel veut rendre hommage à tout un pan de la pop culture, qui ne peut jamais que souligner ses faiblesses artistiques. Enfin, le choix de faire de Denvers une héroïne totalement invulnérable amoindrit terriblement les enjeux du récit. On en reparlait en détail ici.

Et la suite du classement c'est ici.

 

 Dossiers publiés une première fois en avril 2018, et mis à jour en avril 2020

affiche finale

Affiche

Affiche

Affiche

Affiche

affiche

Affiche françaiseAffiche officielle

Tout savoir sur Black Widow

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ankytos
02/01/2021 à 11:30

@La Rédaction
"se prendre pour un metteur en scène sous prétexte qu’on a torché à peu près n’importe comment quelques adaptations de Shakespeare dans les années 90."
Je ne connais pas le véritable auteur de cette phrase mais, dès le début de l'article, cela lui fait perdre instantanément toute crédibilité. Les films de Kenneth Branagh ont certes beaucoup perdu en qualité depuis un certain temps déjà mais en profiter pour cracher sur les excellents films qu'il a fait avant, les adaptations de Shakespeare notamment, et ce gratuitement, c'est juste idiot et indigne d'un site de cinéma sérieux.
Du coup, c'est agaçant et je ne peux pas imaginer que le reste aura une quelconque pertinence. Je m'en épargne la lecture.

Marc
01/01/2021 à 16:48

Pour ma part (précisant que j'ai 42 ans), je trouve que Avengers Infinity War, Avengers I, Gardiens de la Galaxie, Captain America Winter Soldier, Iron Man et peut être Thor Ragnarock (sous réserve de prendre ce dernier film sous le bon angle), sont très au dessus des 23 films et sont d'authentiques excellents films. N'en déplaise à Scorcèse, je trouve assez injuste de taper aveuglement sur le MCU, comme si les 23 films se valaient. Il y'en a quant même quelques uns qui méritent une vraie reconnaissance de cinéphile.

Reste, ensuite, quelques bons films, qui cumulent à la fois de bons côtés et des défauts, en particulier Captain America I (2 premiers actes géniaux, le dernier assez raté), Avengers ENdgame (émotion, deuil, mais aussi incohérence scénaristique), Doctor Strange (beau, bien incarné, malin sur la fin, mais trop proche du pitch d'Iron Man.

En revanche, le reste est assez "moyen" (entre le "moyen +" et le "moyen -") et quelques films comme Hulk, Thor 2, Iron man 2, Captain Marvel, sont réellement ratés.


A noter que dans ce panel, Black Panther est un cas un peu particulier: le film en lui même repose sur un scénario assez obvious et manifestement, les effets spéciaux n'ont pas été finis. EN revanche, le film est bien écrit dans ses dialogues et ses personnages (et puis 'les oscars pour la musique/costume, ne me semblent pas volés) . Quoi qu'il en soit, en tant que film il est "correct". Néanmoins, par les thèmes qu'il porte et ses diverses symboliques, il a été, en pratique, extrèmement impactant pour les minorités. On l'a vu au moment du décè_s de l'acteur, ou même des personnalités qui n'ont rien à voir avec le cinéma, se sont référés à ce film. Il y a donc, sur ce film, un énorme décalage, entre ce qu'il est, en tant que film, et l'impact qu'il a eu.

Incognito
01/01/2021 à 16:24

Pour ma part ceux que j'ai le moins aimé sont les 2 derniers spiderman. Donc derniers de la liste pour moi.

movie - observer
01/11/2020 à 23:29

Il faut savoir qu'il y a bien 2 types de cinema : celui des artistes et celui des techniciens et vu qu'apparemment on donne aveuglement le bon Dieu sans confession au artistes cela
semble vouloir dire que se
sont eux qui ont invente la
camera Voila pourquoi le
cinema des techniciens est
toujours considere comme
nul chaque fois qu'il veulent
tout faire Peter et que leur
methodes prend le dessus sur
le jeu des artistes. comme me
l'a confirme l'avis d'une
critique de cinema sur une
grand chaine du PAF
concernant la motion capture.Je parirais bien qu'elle aurait dit la meme chose de la camera pour ensuite pretendre aime le cinema.
aujourd'hui. peut etre que si les artistes se contentaient du theatre, ils ne se ferons pas emmerder par les " inutiles " inovations techniques du cinema et les techniciens chacun defendant son role dans le cinema. Rappelons aux artistes qui veulent absolument s'approprier le cinema que la camera est avant tout un outil technique et qu'a l'epoque de sa creation on lui faisait les memes reproches qu'a la motion capture aujourd'hui.

movie - observer
01/11/2020 à 23:05

Merci pour la censure de mon precedent texte.

movie - observer
01/11/2020 à 22:50

Il n'existe ni bons ni mauvais films. Juste des films qu'on prend dans un bon ou un mauvais angle ou conjonction.

Daddy Rich
25/04/2020 à 15:44

ça débat énormément ici....
Mais je viens d'avoir un "flash" (DC)....
Dans ce type de commentaire et d'avis, pourrions nous lors de nos classement ou avis, donner JUSTE notre âge?
Histoire, de se faire une idée...
Car un jeunot de 18 ans, n'aura pas le même point de vue qu'un "vieux" de 40!
Ici, ça frite, ça bataille et ça déchire, alors que parfois, simplement un historique ou une culture différente propose un autre point de vue!
Si on prend l'exemple de STAR WARS, un gamin de 20 ans, n'aura pas la même vision qu'un homme de 45 ans, qui a découvert L'EMPIRE CONTRE ATTAQUE en salle à sa sortie...

Et dans le cas, de ce MCU, je constate que les avis sont parfois tranchés et violents, alors qu'un simple décalage d'époque creuse la vision des choses...

C'était une idée, comme ça...

Daddy Rich
25/04/2020 à 15:38

Alors cette honteuse avant dernière place de Ant-Man et la Guêpe je ne suis absolument pas d'accord!!!!!!!
Plus faible que le premier opus, mais largement plus plaisant que certains films sur-estimé de ce MCU...
Ensuite, j'ai aussi un problème avec HULK et CAPTAIN MARVEL! deux films bien trop décrié, alors que je trouve plus de plaisir que dans le Endgame "calibré" ou dans le Black Panther carrément sur-estimé!!!!!!

Hitchlittlecock
25/04/2020 à 00:02

Vos critiques sont infames et sans arguments qui tiennent la route. La redaction de votre feuille de choux on line doit avoir 16 ans d age moyen pour utiliser vocabulaire si pauvre tout en ne prennant pas en compte l époque... Bref vive le masque et la plume.

oss-sans-disquette
24/04/2020 à 21:26

Au passage de Civil War : "Black Panther a un servo", c'est fait exprès ou ^^ ?

Plus
votre commentaire