Il faut sauver le soldat Ryan : la fresque sombre et pessimiste de l'humaniste Spielberg

Lino Cassinat | 3 juin 2021 - MAJ : 03/06/2021 18:34
Lino Cassinat | 3 juin 2021 - MAJ : 03/06/2021 18:34

Il faut sauver le soldat Ryan, ce soir à 21h05 sur France 3.

Retour sur quelques grands films plus ou moins aimés de Steven Spielberg, comme la fresque humaniste Il faut sauver le soldat Ryan.

Entre Pentagon Papers et Ready Player One, il y a un monde : celui de Steven Spielberg, cinéaste incontournable qui règne sur Hollywood depuis des décennies, au-delà des modes et des genres.

Ecran Large revient sur une poignée de films mémorables, plus ou moins aimés, du réalisateur, depuis ses débuts jusqu'à ses succès les plus récents.

 

Photo Tom HanksTom Hanks

 

LE TOIT DU MONDE... ET APRÈS ?

La Liste de Schindler a été la consécration suprême pour Steven Spielberg, qui a reçu sept Oscars pour ce grand drame historique en noir et blanc. Le cinéaste règne alors en maître sur Hollywood, quel que soit son versant : il est à la fois un auteur acclamé et oscarisé en plus d’être un grand maître du divertissement populaire grâce à Jurassic Park. Le début des années 90 l’ayant porté sur le toit du monde, on pouvait craindre de Spielberg qu’il tombe dans un genre de pantouflage confortable et se repose sur ses lauriers, comme l’ont fait tant d’artistes une fois leur postérité assurée.

Puis, en 1998, voici que sort Il faut sauver le soldat Ryan, et Hollywood vacille à nouveau.

 

Photo Steven SpielbergSteven Spielberg et ses comédiens sur le tournage

 

Il faut sauver le soldat Ryan parvient à faire son trou dans le genre dit du film de guerre, pourtant saturé de pépites jugées indépassables comme Apocalypse NowPlatoon ou Full Metal Jacket, grâce à une prise de risque artistique de la part de son réalisateur. Dehors l’esthétisme psyché de Coppola, rangez la dramatisation d’Oliver Stone : pour filmer la guerre dans toute son horrible réalité, le style se rapprochera le plus possible de celui du "documentaire", avec caméra portée et longs plans sans coupure.

Le réalisme sera également travaillé dans la manière de filmer la mort, et le résultat donnera un film qui, par son refus de l'épique, changera à jamais la manière de filmer la guerre.

 

PhotoL'ouverture d'Il faut sauver le soldat Ryan, un des plus beaux morceaux de toute la carrière de Spielberg

 

À LA GUERRE COMME À LA GUERRE

Le débarquement en Normandie ne voit émerger aucun héros, seulement des hommes courant aveuglément à leur perte, fauchés par les balles et s’abattant mollement sans surdramatisation. La mort rôde, et fauche au hasard, injustement et sans obéir à aucune logique dramatique. Spielberg film ici l’humanité dans toute sa tragédie : chaque individu aura beau croire en son destin, la guerre s’en moque et met à égalité les officiers et les troufions, les braves et les lâches, les miséricordieux et les sans pitié, les croyants et les athées. Dans le grand chaos de la guerre, le karma scénaristique n’existe pas ou presque, ne récompense ou ne punit pas les bonnes ou les mauvaises actions.

  

PhotoUne équipe de choc

 

Prenant l’absurdité du conflit à bras le corps, Steven Spielberg dynamite les codes du genre en embrassant pleinement la brutalité atroce de la guerre, et filme les infirmités, les corps déchiquetés et les morts absurdes non pas comme de glorieux prix à payer pour un idéal héroïque, mais comme autant de sacrifices insensés. Le seul idéal qui vaille, c'est celui de la mission de Tom Hanks : sauver une jeunesse sacrifiée bêtement.

Il faut sauver le soldat Ryan est pour son époque un sommet de violence réaliste, et n’a encore aujourd’hui pas pris une ride. Fresque sombre, pessimiste, mais humaniste et refusant le cynisme, le film gagnera cinq Oscars et aura une influence considérable (pas toujours pour le meilleur). Une preuve supplémentaire, s’il en fallait une autre, que Spielberg est un immense cinéaste.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Matrix R
06/06/2021 à 18:00

Un grand film c'est clair. Pas dans mon top 5 Côté film de Spielberg. La scène d'ouverture est un modèle du genre. Le scénario est un peu gnongnon, l'intrigue est un peu simplet comparé yun apocakypse now, Platoon ou la chute du faucon noir, memtla ligne verte.
La fin trop simple.
Mais le jeu de Caméra est impeccable

Phil_Sfo
04/06/2021 à 23:37

La ligne rouge.. un autre très grand film sur les ravages de la guerre..
J aime aussi Lettre d Iwo jima

Phil_Sfo
04/06/2021 à 23:23

Au cinéma,assis dans ton fauteuil, la scène d ouverture, dans la péniche de débarquement, tu peux ressentir la peur de ces hommes.
Quant au fait qu elle ait été tournée en Irlande... la France aurait du tout faire pour que Spielberg accepte de tourner en Normandie...on est trop nul..

Pat Rick
04/06/2021 à 20:16

Un film qui m'a fait beaucoup moins d'effet en le revoyant, à part ses scènes de combats ce film a beaucoup de faiblesse.

Tuk
04/06/2021 à 16:41

L'un des plus grand film de guerre avec "La chute du faucon noir" de Ridley Scott.

greg67
04/06/2021 à 14:27

Un film qui vieillit très bien. Des scènes d'action parfaites, une vraie histoire, des acteurs formidables...
Je conseille fortement la version 4K UHD en dolby atmos et HDR, elle est énorme!

Deuxieme partie de film pourrie
04/06/2021 à 13:49

ba le debarquement n'a pas été tourné en France Normandie, ....
Discredit direct, tourné en Irelande pour des raisons fiscales et economiques,pourtant j'ai adoré le film en son temps, jusqu'a ce que j'apprenne la "Faute Impardonnable"
j'aurai su qu'il avait pas été tourné sous nous plages Françaises, je l'aurai black listé direct
...Nolan il fait son Dunkirk a DunKirk
"le jour le plus long" fut filme sur les lieux même, avec un certains nombres des vrais protagonistes de l'époque;
Spielberg n'a donc aucun Respect pour L'Histoire", ce n'est qu'un amuseur ( de talent certes),

Marvelleux
04/06/2021 à 01:21

Excellent film. Tom Hanks toujours aussi bon. J'en ai même versé ma larme à la fin. Je recommande.

Eddie
03/06/2021 à 23:44

Chef d’oeuvre
L’un de mes plus grand souvenir en salle, de loin. Le siège s’en souvient encore! Il était
« foupud’av »!

Marvelleux
03/06/2021 à 20:48

Ne me jeter pas la pierre mais je ne l'ai pas encore encore vu. Je compte le voir ce soir.

Plus
votre commentaire