Annihilation : quelles sont les différences entre le livre original et le film d'Alex Garland ?

Créé : 14 mars 2018 - Alexandre Janowiak
Alexandre Janowiak | 14 mars 2018
Affiche
56

Depuis quelques jours, Annihilation, le thriller SF horrifique d’Alex Garland avec Natalie Portman est disponible sur la plateforme de streaming de Netflix.

Le long-métrage Annihilation est basé sur le roman éponyme à succès de Jeff VanderMeer et premier tome de la trilogie du Rempart Sud. Cependant les lecteurs du livre auront remarqué lors du visionnage qu’Alex Garland propose une adaptation très libre du bouquin et de son histoire dans son long-métrage.

On fait le point sur les grandes différences entre le roman et le film.

ATTENTION MEGA SPOILERS !

 

 

LA ZONE X

Dans le livre de Jeff VanderMeer, la Zone X est la zone mystérieuse que vont explorer les scientifiques. Cependant dans le film d'Alex Garland, la Zone X représente les abords de cette étendue mystérieuse et notamment la base d'observation construite autour pour l'étudier. La zone mystérieuse est appelée The Shimmer dans le film ("le miroitement" si on le traduit en français).

De plus, il est assez intéressant de constater que dans le film, l'existence de cette Zone X/Shimmer est un secret pour le reste du monde. A l'inverse du roman Annihilation, où l'on nous explique assez rapidement que l'apparition de cette zone est connue du public même si elle reste plus un mystère aux multiples légendes pour le monde entier qu'une chose concrète bien identifiée par la population, un peu à l'image de la Zone 51.

Enfin dans le livre aucune explication n'est donnée sur les origines de cette zone. En revanche dans le film, on comprend dès les premiers instants (ou presque) que l'origine est extraterrestre via la météorite s'écrasant sur le phare.

 

Photo Natalie PortmanLa Zone X devient The Shimmer/Miroitement dans le film

 

LES PERSONNAGES ET LEURS IDENTITÉS

Dans son livre, Jeff Vandermeer s’applique à ne jamais dévoiler le nom de ses protagonistes féminins ou masculins. Ainsi, la biologiste est la biologiste, la psychologue est la psychologue... et aucun nom n'est connu, tous étant nommés par leurs titres. Dans le film Annihilation, chacune a un prénom : Lena pour Natalie Portman, Dr. Ventress pour Jennifer Jason Leigh, Anya Thorensen pour Gina Rodriguez, Josie Radek pour Tessa Thompson, Cass Shepard pour Tuva Novotny ou encore Kane pour le personnage du mari de la biologiste joué par Oscar Isaac.

On notera d'ailleurs que dans le livre, il n'y a que quatre scientifiques qui se lancent dans la mission (la linguiste abandonne au dernier moment). Dans le film, elles sont bien cinq à se lancer dans l'expédition. Mais dans le long-métrage, les fonctions de ces mêmes scientifiques sont d'ailleurs bien différentes de celles du livre.

Seule la biologiste et la psychologue gardent leur métier d'origine - et plus ou moins les mêmes destins que dans le livre on y reviendra. Ainsi, en plus d'elles deux et au lieu d'une géomètre, d'une anthropologue et d'une linguiste comme dans le livre, le film envoie en expédition une agent paramédical, une magnétologue et une physicienne.

 

Photo Natalie Portman, Jennifer Jason Leigh, Tuva Novotny, Gina Rodriguez, Tessa ThompsonUne équipe de cinq dans le film au lieu de quatre dans le livre

 

LE DESTIN DES SCIENTIFIQUES

Entre le livre et le film, les différences sont légion, notamment sur le destin des scientifiques de la mission. Dans le livre, la plupart d'entre elles est tuée très rapidement laissant comme seul personnage principal la biologiste pour le dernier tiers du récit (ou quasiment). Ainsi, l'anthropologue est tuée par le Rampeur (un être insondable absent du film), la géomètre est tuée par la biologiste après un affrontement au milieu de hautes herbes et la psychologue disparaît plus ou moins dans des flammes après avoir sauté du haut du phare, s'être blessée et avoir été infectée.

Dans le film, premièrement, chacune des femmes intègre la mission pour une raison précise. Que ce soit, la toxicomanie de l'une, la dépression d'une autre, le deuil d'un enfant pour une troisième, la phase terminale d'un cancer pour la psychologue (un élément commun avec le livre mais seulement dévoilé dans le tome 2 de la trilogie) ou son mari pour Lena. Mais surtout leurs destins sont bien différents : Sheppard et Thorensen sont tuées par un ours mutant (bête inventée pour l'oeuvre filmique), Radek s'abandonne à la Shimmer après avoir été contaminée et la psychologue explose dans une boule d'énergie.

 

Photo Natalie PortmanUne attaque de crocodile inattendue dans le film car absente du livre

 

LA BIOLOGISTE, SON MARI ET LEUR RELATION

Dans le film d'Alex Garland, la biologiste Lena apprend l'existence de la Zone X/Shimmer seulement après que son mari soit revenu de sa mission dans cette zone mystérieuse. Le changement psychique et le début de cancer de son mari sont les raisons (entre autres) qui la poussent à se rendre volontaire pour la nouvelle expédition et lui donnent, en quelque sorte, un but : comprendre le pourquoi du comment sur l'état de son mari Kane.

Dans le livre Annihilation, la biologiste sait que son mari est parti en mission dans la Zone X mais lorsqu'elle se rend en mission, il est d'ores-et-déjà mort d'un cancer. Si elle se rend dans la Zone X, c'est surtout parce qu'elle est fascinée par les eco-systèmes depuis son plus jeune âge (le magnifique passage de la piscine dans le roman passé aux oubliettes dans le film) et qu'elle se sent qualifiée pour aller dans la mission. Puis, au fur et à mesure, elle comprendra que son mari est peut-être encore en vie dans la Zone X et décide d'y rester jusqu'à ce qu'elle le trouve (en tout cas on peut le supposer à la fin du bouquin).

 

Photo Oscar Isaac, Natalie PortmanNatalie Portman et Oscar Isaac 

 

Autre point très différent entre le film et le livre : la relation entre la biologiste et son mari. Dans le livre de Jeff VanderMeer, il y a une vraie distance entre les deux notamment du côté de la biologiste. Son mari n'arrive pas à la percer à jour, leur mariage est en ruine, elle est très distante, très mystérieuse, peu sociable, très isolée, il la surnomme l'Oiseau fantôme.

Dans le film, leur relation est beaucoup plus enjouée et aimante. Elle n'est pas distante comme dans le livre. En revanche, Lena trompe son mari pendant qu'il est en mission, avec un collègue de travail (une histoire d'adultère qui n'existe pas dans le livre).

 

Photo Oscar IsaacOscar Isaac

 

LA TOUR-TUNNEL

Dans le roman Annihilation, une immense majorité du récit se déroule dans une structure difficilement descriptible. Les scientifiques de la mission la nomment "tunnel" alors que la biologiste l'appelle étrangement "la tour." Cette structure est en fait un trou dans le sol composé de multiples marches et dont les parois semblent respirer selon ce que décrit la biologiste dans le roman. De plus, des écritures énigmatiques se trouvent sur les murs. Des mots et phrases écrites avec une sorte de plante (en guise d'encre) dont la signification exacte reste un mystère dans le livre mais dont on apprend qu'ils sont l'oeuvre du Rampeur.

Dans le film d'Alex Garland, toute cette intrigue, pourtant majeure dans le livre, est totalement abandonnée. Tout juste pourra-t-on voir un clin d'oeil à cette tour-tunnel à la fin du métrage. En effet, à l'intérieur du phare, un trou dans le sol rappelle fortement cet élément central du roman.

 

Photo Natalie PortmanNatalie Portman dans les derniers instants du film

 

JOURNAL VS VIDÉO

Dans le roman Annihilation, les membres de la 12e expédition ont eu des échos des différentes missions et de leurs conclusions mais n'en savent pas bien plus. Finalement, seule la biologiste (et plus ou moins la psychologue) apprennent via le journal intime des anciens explorateurs ce qui leur est arrivé, ce qu'ils ont rencontré...

A l'inverse, dans le film, sans doute pour facilité la compréhension et rendre l'ensemble plus interactif, les "journaux intimes" sont des vidéos. Ainsi, le groupe féminin découvre les phénomènes étranges de la précédente expédition via des vidéos filmés par la 11e expédition. Contrairement aux livres, elles découvrent toutes ces vidéos (en tout cas la première).

 

Photo Natalie Portman, Tessa Thompson, Jennifer Jason Leigh, Gina RodriguezL'équipe de la 12e expédition regardant une vidéo de la 11e expédition

 

L'HYPNOSE ET LE SENS DU TITRE "ANNIHILATION"

Dans le livre de Jeff VanderMeerla psychologue hypnotise les autres membres de l'expédition pour les aider à rester calme lors de la traversée de la frontière de la Zone X. A ce moment-là, la biologiste, la géomètre et l'anthropologue sont conscientes que la psychologue a recours à l'hypnose sur elles. Cependant, après avoir été contaminé par des spores se trouvant dans la tour-tunnel, la biologiste comprend que la psychologue utilise l'hypnose tout au long de la mission pour les forcer à faire certaines actions. De plus, le mot "Annihilation" est en fait une commande suggestive destinée à forcer l'équipe à se suicider si quelque chose tournait mal.

Dans le film Annihilation, l'hypnose n'est jamais utilisée même si on peut supposer que la psychologue y a recours pour l'entrée dans la Zone X/Shimmer, ce qui expliquerait notamment l'amnésie des trois-quatre premiers jours des scientifiques. Sans hypnose, le mot "Annihilation" et sa signification change par conséquent du tout au tout. Dans le film, le mot "Annihilation" correspond donc au processus provoqué par la Zone X sur ses visiteurs et leur abandon à elle : cette sensation d'anéantissement de soi provoqué par le Shimmer.

 

Photo Jennifer Jason LeighLa psychologue alias Jennifer Jason Leigh 

 

LA FIN

Si l'ensemble de l'adaptation cinématographique d'Alex Garland se sépare très largement du récit original, la fin de son film ne fait pas exception et est totalemente différente de celle du roman de Jeff VanderMeer.

Dans le livre Annihilation, à la fin tout le monde est mort et la biologiste décide de rester dans la Zone X. En effet, elle a trouvé le journal de son mari dans le phare où il lui écrit qu'il a pris un bateau pour une île voisine et qu'elle peut l'y retrouver. Elle semble donc sur le point de partir pour le rejoindre là-bas sans savoir s'il est toujours vivant. Un final ambigu qui laisse une porte ouverte pour la suite de la trilogie du Rempart Sud. D'autant plus que la Zone X existe toujours.

 

Photo bande-annonceLe mystérieux phare

 

Dans le film Annihilation, on sait dès le début que Lena revient de son expédition avec l'utilisation des flashforwards de l'interrogatoire. Mais pour revenir sur le final, Lena découvre l'enregistrement du suicide de son mari et l'existence de son double (celui qui est revenu de la mission). Dans le trou du phare, elle retrouve la psychologue qui se transforme en source d'énergie ou fusionne avec une source d'énergie. Après avoir longuement regardé le prisme d'énergie, Lena remonte dans le phare et rencontre son double. Alors qu'il essaye de reproduire ses gestes (comme celui de son mari), elle réussit à le tromper et à le détruire (on le suppose dans un premier temps). Cela a pour effet de provoquer la disparition de la Zone X/Shimmer ou plutôt son auto-destruction (thématique principale du film).

De retour à la base d'observation, Lena explique son voyage aux médecins. Puis elle retrouve son mari Kane - qui avoue qu'il n'est pas vraiment Kane. Il lui pose la même question mais elle ne répond pas. Ils se prennent finalement dans les bras, les yeux de Kane brillent bizarrement mais ceux de Lena également. La biologiste a-t-elle changée à cause du Shimmer ou est-ce finalement le double de Lena qui est revenu de la mission ? Le mystère reste entier...

 

Photo Natalie Portman

alex garland

commentaires

CesarX
16/03/2019 à 00:05

Entre ceux qui accusent de plagiat, ceux qui insultent l'auteur, ou le réalisateur, ceux qui notent le nombre de fautes pour exposer leur science... M'est avis que le temps perdu de nos jours est plus à lire des commentaires dénués d'intérêt. Personnellement je n'ai pas lu le livre mais j'ai passé un très bon moment devant le film (même si la fin m'a laissé sur ma faim). Il n'est pas extraordinaire visuellement je trouve (en tout cas concernant les effets spéciaux) mais les couleurs et contrastes donnent une touche d'originalité. Les formes des choses et les rapports entre formes et vie sont vraiment surprenants par contre. Il réussi au moins à faire s'interroger le publique. Si vous aimez Sunshine ou Ex machina il ne faut pas hésiter.

Xavier197627
14/10/2018 à 01:39

Certains commentaires sont dures avec le film et le roman, pour ma part j’ai vraiment adoré ce film. Je trouve que le scénario énigmatique est plus que bien ficelé. Des navets de sci-fi ils en existent tellement et ce film d’Alex Garland n’en est vraiment pas un! Ce film est excellent, surtout pour la qualité visuelle et les jeux des acteurs.

Astrose
16/03/2018 à 12:44

Article intéressant mais relisez-vous, c'est bourré de fautes, dommage :(
Pour ce qui est du livre, je ne l'ai pas lu, et il y a peu de chance que je le fasse, ça a l'air complètement crétin (désolée pour l'auteur, et pourtant j'aime beaucoup la SF, et c'est justement parce que j'aime pas que je vais éviter cette lecture). Du côté du film, je l'ai trouvé vraiment mauvais (à part le jeu de quelques actrices, Gina Rodriguez et Jennifer Jason Leigh étant plutôt mauvaises, mais bon je ne suis pas objective car de base je n'aime pas le jeu de la seconde), que ce soit au niveau du sujet, de la réalisation, de la fin, rien à garder, c'est juste ennuyant et un gros foutraque pour en apprendre très peu au final. Si le réalisateur a voulu « améliorer » certaines parties du livre, c'est raté, 2 heures de perdu.

Nick
15/03/2018 à 12:37

Film qui n apporté rien de nouveaux les effets spéciaux sont pourri ainsi que l histoire qui es du déjà vu et la fin alors c est une catastrophe

Prometheus56
15/03/2018 à 04:41

Je n'ai pas lu les livres mais personnellement j'ai été tout de suite captivé par le film. La prestation d Oscar Isaac est démente et la réalisation installe instantanément un climat étrange entre les 2 personnages. On sent les non dits, le malaise entre eux. Et pour une fois l'héroïne est assez complexe à cerner. La partie survival est bonne également avec des effets visuels légèrement oniriques qui changent du spectaculaire qu'on nous balance à outrance. La fin est top, le film assume jusqu'au bout et nous montre tout. J'avais très peur qu'une ellipse zappe ce qu'il se passe dans le phare mais non bien heureusement. Certes la dernière scène peut manquer de subtilité mais elle a le mérite de laisser planer un doute sur le destin des personnages : on devine qu'ils sont devenus leur propre miroitement... mais quid des effets secondaires sur eux et sur le monde en général maintenant que la zone a disparu. L'ombre d'une menace semble planer malgré et laisse augurer un sort assez tragique pour tous. Bref une excellente surprise.

Bof
15/03/2018 à 00:49

Film qui nous prend un peu pour des con on apprend rien on nous explique rien et la fin est nulle enfin sa reste mon avî je comprend pas l intérêt de se film

Marc
14/03/2018 à 20:33

J'ai vu les premières critiques sur YouTube et c'est très positive ! Pourquoi ce choix de ne passer le film en salle c'est incompréhensible !!! Il a une video ou une entité mime les geste de Lena puis au contact prend son apparence ...c'est incroyable et la végétation qui prend forme en humain etc... Ce film est une claque visuel et la toute fin du film laisse tout son mystère.

Rorov94
14/03/2018 à 18:45

N'importe quoi ce bouquin(torchon?)
D'une connerie hallucinante voir hallucinée.
Bourré de «lovecrafteries» incompréhensibles avec ses indicibles formes,terreurs amorphes et autres non sens littéraire.
Une grosse branlette littéraire,heureusement courte,comme toutes bonnes branlette!
Bien joué Garland!tu t'es approprié le truc en le méprisant.tu t'es torché avec pour en faire un beau tableau.
Un classique s-f instantané.
Merci NETFLIX!

Alexandre Janowiak - Rédaction
14/03/2018 à 17:32

Salut @Loupiot,

Notre seule source c'est le livre de Jeff Vandermeer et sa lecture... Il nous arrive régulièrement de revenir sur des oeuvres littéraires sur le site (rubrique livre-bd) donc on a voulu revenir sur Annihilation également.

De plus, on cite toujours nos sources dans nos articles, celui là n'aurait donc pas fait exception si ça avait été le cas.

Bonne journée !

Loupiot
14/03/2018 à 14:15

Sinon ça vous arrive de citer vos sources ?
J'ai lu pratiquement le même article hier.
http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Annihilation-les-enormes-differences-entre-le-livre-et-le-film

Plus

votre commentaire