Utu : le western sauvage venu de Nouvelle-Zélande sort enfin en Blu-Ray

Simon Riaux | 9 mars 2018
Simon Riaux | 9 mars 2018

Merveille rarissime, pour ne pas dire perdue, Hutu était de ces films devenus quasiment invisibles dont les cinéphiles discutent le soir venu, autour du feu (pour ceux qui vivent dans la forêt). L'impressionnante création de Geoff Murphy est à nouveau disponible, dans un coffret exceptionnel.

 

Si la Nouvelle-Zélande est aujourd'hui perçue comme une terre de cinéma, c'est bien sûr grâce à Peter Jackson, qui en aura fait un berceau mythologique grâce à ses adaptations de Tolkien, grâce à Jane Campion, qui aura tracé un sillon cinéphile et féministe important, ou encore grâce aux drames sanguins de Lee Tamahori.

Mais aucun d'entre eux n'aurait pu faire carrière et atteindre la reconnaissance sans le travail effectué préalablement par Murphy.

 

PhotoUne édition de La Rabbia qu'elle est belle

 

 

En 1983, le Festival de Cannes accueille hors-compétition pour la première fois une œuvre Néo-Zélandaise. Il s'agit de Hutu, et le film va ébourriffer la Croisette. Nous y suivons Te Wheke, soldat Maori travaillant pour l'Empire Britannique en qualité d'éclaireur. Quand il découvre que sa tribu a été massacrée par l'armée qu'il sert, il se retourne contre ses supérieurs, puis la société blanche en général, pour venger les siens. Une vendetta sanguinolente qui va se dédoubler alors qu'un fermier dont il tué la famille prend lui aussi les armes.

 

PhotoAnzac Wallace

 

SYMPATHY FOR MR VENGEANCE

 

Hutu est à la croisée du film d'aventure, du western, du film d'horreur et du thriller vengeur. Ces genres y cohabitent avec une aisance impressionnante, au fur et à mesure que Murphy laisse son récit basculée dans une rage irriguée du sang brûlant des légendes, d'une sauvagerie parfois sidérante. Impeccablement mis en scène, le métrage interroge le terreau de la société néo-zélandaise, ses tabous et ses racines, avec la même terrible acuité que l'on retrouvera bientôt dans Hostiles de Scott Cooper.

 

Mais après la présentation Cannoise, le réalisateur adoucira le montage, pour en faciliter l'exploitation et ne pas se couper du public occidental, qui va avec son film, littéralement découvrir le cinéma néo-zélandais. La version originelle de Hutu n'en deviendra que plus désirée, invisible et mystérieuse, jusqu'à aujourd'hui.

 

Photo

 

 

GOOD TO BE BACK

C'est donc à la Rabbia que nous devons cette formidable édition, dite « Redux », dans laquelle la version première de l'oeuvre est enfin visible. Magnifié par une restauration impeccable, l'objet qui nous est proposé aujourd'hui est non seulement exceptionnel, mais dévoile en creux l'influence évidente qu'aura eu le film sur quantité d'oeuvres qui lui ont succédé, et sur le cinéma local bien évidemment. L'Âme des Guerriers de Tamahori, Campbell et son Casino Royale puiseront aussi bien dans la représentation de la violence, dans les séquences d'exposition d'un espace à la fois brut, fantasmatique et luxuriant, mais aussi dans la représentation des personnages et la gestion de la physicalité.

Pour aller plus loin et au-delà de l'impact, que les années n'ont pas amoindri, le film est accompagné d'un livret dense et soigné, qui permettra à cette copie nickel de dévoiler encore d'autres secrets, le métrage ayant poussé sa dimension politique jusqu'à donner le rôle de son rebelle vengeur à Anzac Wallace, activiste Maori dont les actions eurent des conséquences très concrètes sur le plan politique national.

 

 

 

 

Ce n'est pas pour rien que Quentin Tarantino a qualifié Utu de meilleur film Néo-Zélandais de tous les temps. Geoff Murphy a réalisé un tour de force à la puissance remarquable, dont il nous est enfin donné de découvrir la force magnétique dans un écrin à la hauteur de sa légende.

commentaires

Redmond Barry
11/03/2018 à 13:04

@ Berserk Le bluray de Requiem pour un massacre je dis OUI !!!

Bozoleclown
10/03/2018 à 17:45

Et également sortir en vidéo "Le dernier survivant", également de Goeff Murphy, hélas toujours inédit.

Berserk
10/03/2018 à 17:22

Oui UTU film extraordinaire,du vrai cinéma !.Il faudrait aussi ressortir en Blu-Ray le magnifique film du réalisateur russe Elem Klimov requiem pour un massacre (le vrai titre en russe "va et regarde ").

votre commentaire