Les Hommes du feu : critique brûlante

Mise à jour : 16/07/2018 15:47 - Créé : 10 juillet 2017 - Laurent Pécha

Dans le cinéma français, Pierre Jolivet a un statut un peu à part. Comme il le dit lui-même « je suis nulle part, c’est l’histoire de ma vie ». Jamais assez régulièrement populaire (deux gros succès à son actif) ni considéré comme un auteur prestigieux (pas de prix, pas de sélection dans des grands festivals), le réalisateur de Ma petite entreprise, navigue dans ce cinéma du milieu qu’il « aime profondément » et qui a tendance à disparaître. Avec Les hommes du feu, il revient avec ce cinéma social qui le caractérise, un « cinéma qui tient compte de ce qui se passe dehors ». En l’occurrence ici, une caserner de pompiers qui lui offre l’opportunité de signer l’un de ses plus beaux films.

Photo Roschy Zem et Émilie Dequenne
50 réactions

INCENDIES

Il ne faut que quelques instants pour se rendre compte que Pierre Jolivet a voulu faire des Les Hommes du feu « un film de cinéma qui cherche à avoir la véracité du documentaire ».  A l’instar de L.627, son glorieux aîné et source d’inspiration première aux dires du cinéaste, le film décortique avec une minutie de tous les instants la vie d’une caserne de pompiers dans le sud de la France. Chronique du quotidien mettant en avant sans jamais les glorifier ces héros des temps modernes (on n’est pas dans Backdraft), Les Hommes du feu fait constamment œuvre de cinéma en nous offrant à découvrir différents archétypes de personnages qui auront au fil du récit des problématiques à résoudre.

 

Photo Roschdy Zem, Émilie DequenneRoschdy Zem et Emilie Dequenne 

 

MA PETITE CASERNE NE CONNAIT PAS LA CRISE

En créant ces fils conducteurs, le film échappe avec habilité à la simple description d’un univers ô combien fascinant et permet de créer une incroyable empathie pour ces hommes et femme qui font le plus souvent passer leur vie privée au second plan. Une vie privée souvent difficile à gérer que Jolivet met en scène avec une rare justesse rappelant à quel point l’homme « a toujours été passionné par les gens et leurs histoires » et qu’il n’a jamais pu imaginer « un cinéma qui serait tourné vers lui sans être tourné vers les autres ».

 

Photo Émilie DequenneC'est chaud

 

Dégraissé de tout superflu comme le montre une durée anachronique de nos jours (89 minutes sans le générique), cadré comme toujours chez le cinéaste à la perfection, interprété par une bande de comédiens tous épatants (le moindre petit rôle dans la caserne est attachant) avec en figure de proue le fidèle Roschdy Zem (c’est le 6ème film de l’acteur sous la direction de Jolivet) et la nouvelle venue Émilie Dequenne, parfaitement dans son élément, Les Hommes du feu est une réussite de tous les instants.

 

Photo Émilie DequenneGrosse ambiance à la caserne

 

On pourrait peut-être lui reprocher l’absence d’une grande séquence de feu que le final pouvait laisser espérer. Faute de moyens plus conséquents (« c’est vrai, si j’ai un million de plus, je finis par la scène de feu dans la nuit »), Jolivet a dû se rabattre sur une fin plus intimiste. Mais quelle fin ! De celles que l’on emporte avec soi longtemps après la fin de la projection et qui résume magnifiquement l’essence même du projet.

 

Affiche

 

 

Résumé

Du cinéma social populaire comme on en voit presque jamais en France. Une des œuvres majeures d’un cinéaste précieux à la filmographie de plus en plus magistrale.

commentaires

Geoffrey Crété - Rédaction 11/07/2018 à 00:41

@Sharko

Non.

Sharko 10/07/2018 à 23:39

Rien à voir avec le film mais Laurent Pécha est de retour à EL?

Finnigan 11/07/2017 à 14:49

@Tom

On va déjà se dire que tu as vu ce film pour dire que c'est une bouse, histoire de.

Ensuite : en quoi le fait qu'un film soit un échec est un problème ? Si je suis ta logique, ne devraient alors exister et être soutenus que les films avec Dany Boon puisqu'ils marchent ? C'est ça que tu veux ? Succès en salles = c'est pas une bouse ? Echec en salles = une bouse et nouvelle preuve d'u système mauvais ? Un succès est un film qui vaut le coup, et un échec n'est jamais un futur grand classique réhabilité par tout le monde ?
Et ta haine gratuite du cinéma français, c'est vraiment sur Pierre Jolivet que tu la craches ? Vraiment ?

"Comme d'habitude" : du coup, Intouchables, Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu, Médecin de campagne, Les Tuches, ça te rend heureux ? Parce que perso, je préfère voir des échecs au box-office comme La Loi de la jungle, Avril et le monde truqué, Ni le ciel ni la terre.

Tom35 11/07/2017 à 14:29

85000 entrées en première semaine , un bide monumental . Encore une bouse financé par qui , par quoi , la formidable famille du cinéma français et ses echecs répétés . Comme d'habitude

votre commentaire