Good Time : Critique d'une belle claque criminelle

Créé : 13 septembre 2017 - Simon Riaux

Ben et Josh Safdie, révélés en 2008 par la Quinzaine de Réalisateurs, accèdent à la compétition officielle du Festival de Cannes à la faveur de Good Time. Si le film appartient encore à l'économie resserrée, voire artisanale, dont relevaient leurs précédents efforts, il signe leurs premiers pas dans le domaine de la pure fiction, mais aussi avec deux comédiens de poids. Une mue synonyme de grosse surprise au palmarès ?

Robert Pattinson
51 réactions

FAITES SAUTER LA BANQUE

Connie est une petite frappe qui navigue entre les combines minables qui assurent sa survie, la femme qui l'entretient plus ou moins, et un frère handicapé avec lequel il rêve de fuir en Virginie. Quand ce dernier est arrêté à l'issue d'un braquage mal organisé, Connie décide de tout faire pour lui permettre d'échapper à la prison.

Si on retrouve dans ce synopsis l'amour des Safdie pour des protagonistes oscillant entre loose gracile et douce pathologie, ce Good Time s'aventure beaucoup plus clairement sur le territoire du pur film de genre. Braquage, évasion, rédemption, les identités remarquables charriées par le scénario sont aisément identifiables et offrent aux metteurs en scène un cadre plus balisé qu'à l'accoutumée, où leur ton peut se déployer avec une aisance naturelle saisissante.

 

Robert Pattinson

 

Dès l'ouverture, les frangins font montre de leur maîtrise, ainsi que de leur volonté de toujours assujettir leurs effets aux impératifs du récit et de leurs personnages. Nous découvrons donc Nick, colosse simplet et mutique, interrogé par un psychiatre un brin condescendant, le dispositif est limpide (champ-contrechamp), se contentant d'altérer très légèrement la valeur des plans au fur et à mesure de la séquence, jusqu'à ce que la naturaliste de la séquence s'efface derrière une montée en pression étouffante. Intervient alor Connie (Robert Pattinson), à la faveur d'un zoom - aussi inattendu qu'osé - qui vient bouleverser l'équilibre des cadres, la structure de la scène et permets aux réalisateurs de nous propulser à la suite de Connie alors que le récit et les passions s'emballent.

 

Photo Robert Pattinson

 

LA GLANDE EVASION

Ce principe, à savoir un apparent dénument subverti par des effets de style, auxquels la dynamique du récit préside, permet à la mise en scène de tenir un grand écart improbable, entre une crudité proche du naturalisme et une dimension surréaliste, véritable plongée dans un terrier de lapin (pas si) blanc. A l'occasion d'un braquage qui dérape, nos anti-héros se retrouvent nimbés d'un cumulus vermillon, rebondissement qui signe l'arrivée dans ce New York crapoteux d'une veine romanesque. Il faudra dès lors à Robert Pattinson sauver son frère et se confronter progressivement à sa propre nature contrariée.

 

Photo Robert Pattinson

 

Connie est persuadé de vouloir venir en aide à Nick, mais ne désire rien tant que la fuite, et ne tardera pas à saborder chacune de ses tentatives d'exfiltration. Par cupidité, auto-sabottage et aveuglement, il amène la narration à progressivement dévisser, nous baladant du Scorsese de Mean Streets à Ferrara, au gré d'une errance qui, comme toujours chez les Safdie, doit beaucoup à Cassavetes. De contre-allées crapoteuses en galeries commerciales anthracites, Good Time se déporte inexorablement vers un ailleurs proche du cauchemar kafkaïen, freudien par endroit, qui ne sacrifie jamais à la logique du genre la vraisemblance psychologique.

 

Photo Robert Pattinson

 

DEPOTOIR DOGS

C'est ce tourbillon d'influences qui afleurent en pointillés qui perrmet à cette histoire compacte de toucher au tragique, alors que son intrigue se contracte ironiquement autour de son accessoire le plus trivial : une bouteille de LSD. Au fur et à mesure que l'objet se vide et que son contenu hallucinogène se perd, ce sont les issues de Connie qui se bouchent, nous emmenant vers une impossible échappée, un climax sourd et métallique qui précipite chacun contre le mur qu'il a consciemment ignoré.

Cet écrin délicat, qui dissimule derrière un semblant de dépouillement une élégance remarquable (à laquelle la photographie de Sean Price Williams doit beaucoup), est un terrain de jeu formidable pour Robert Pattinson et Jennifer Jason Leigh, libres de s'épanouir totalement. La capacité des frères Safdie à ménager leur univers très marqué cinématographiquement, en offrant à leurs acteurs un terrain de jeu malléable achève de faire de Good Time uune oeuvre aussi riche que délicate.

 

Affiche

 

Résumé

Derrière ses airs de minuscule polar fauché, Good Time déploie un univers proche de la fantasmagorie où Robert Pattinson impressionne.

commentaires

MystereK 15/09/2017 à 21:24

Pourquoi - mais si tu aimes - ? On peut aimer les deux.

BatJP 14/09/2017 à 22:39

Hum tu aimes les films arty, l'image façon VHS-C, les scénar incohérent, les clichés sur pattes, sans oublier les zooms ? alors ce film est fait pour toi !!! mais si polar rime pour toi avec heat, true romance ou Live and die in L.A alors tu vas souffrir comme moi ! j'ai trouvé ce film méprisant pour son public, idiot et tellement mais tellement mal écrit, bref j'ai passé une soirée de merde ...

MystereK 14/09/2017 à 08:18

@Ashy

Le film est produit par Elara Pictures et Rhea Films, A24 n'est que le distributeur aux USA.

MystereK 14/09/2017 à 08:10

@anticannes De très bons films de genres ou grand public sont passés par Cannes dans les différentes sélections, alors ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas. Pour ne citer que quelques un "Massacre à la tronçonneuse" Quinzaine des réalisateurs 1975 (et 2014), cette année The Merciless, excellent film d'action coréen, un floppée de Takashi Miike, de Kyishi Kurosawa, Girlfight, Shadow of the Vampire, Polytechnique, Green Room, Blue Ruin, Ugly, We are what we are, Le conte de la princesses Princess Kaguya, Whiplash, etc.........

miaoumiaou 13/09/2017 à 21:47

Pour l'avoir vu la semaine dernière, on dirait du Refn, à ses débuts, (trilogie pusher et drive). Un polar qui se suit sur une journée. Une image grailleuse ce qui rend la ballade encore plus sale. Pattinson impressionne.....Il aurait pu s'enfermer dans des rôles de bellâtre avec sa saga Twilight mais que nenni avec Kristen Stewart c'est le seul duo qui est arrivé à ce sortir d'une saga de teen movies. Ils sont devenus des icônes du cinéma indépendant.
Bref pour en revenir.......je suis tout à fait d'accord avec Riaux et ça me fait mal aux fesses....C'est un petit bijou brut.

Mais pour l'instant la claque qui arrive au cinéma s'appelle Au revoir là-haut, ke film de Dupontel qui est juste un film à césariser surtout le rôle de Laffitte.

Le clown c'est pour vendredi......c'est bizzare car il y a de la mauvaise presse en France pour ce film....j'étais excité maintenant je suis assez hésitant.....vivement vendredi;

Ashy Slashy 13/09/2017 à 14:28

T'as un film produit par A24 et t'as encore un abruti pour dire que c'est de la merde. Et ça dit aimer le cinéma.

Good Time est une nouvelle pépite indé. Comme tout ce qui sort de ce studio magique. Cannes ou non, on s'en branle. C'est A24 putain.

corleone 26/05/2017 à 12:54

@anticannes Retounes prendre tes cachets. Sinon la weed brute perfore lentement la cervelle et bonjour Alzheimer à court ou long terme.

Très impatient de voir ça. Pattinson m'impressionne de plus en plus depuis quelques années et est bien parti pour devenir l'un des meilleurs de sa génération s'il continue dans cette lancée.

JENNA HAZE 26/05/2017 à 08:28

Y a des taulards dans le film cool j'adoooooore :)

GonzoNawak 26/05/2017 à 06:36

@anti cannes dot com
Si a la limite tu avais vu le film avant de balancer ta merde

Lorne Malvo 25/05/2017 à 20:27

@anti cannes dot com
Tu peux pas lui foutre la paix ? Il n'a pas les mêmes goûts que toi et alors ? Pour pas changer on est toujours dans l'optique de la pensée unique...
De plus, non content de faire ton grand cinéphile des familles (ridicule au plus haut point au passage) il faut que tu sois hautain avec lui. Tu sais être un connard ne fais pas de toi un meilleur spectateur...

Plus

votre commentaire