Brisby et le secret de Nimh : La critique nostalgique

Christophe Foltzer | 28 janvier 2017
Christophe Foltzer | 28 janvier 2017

Si l'animation se porte plutôt très bien en ce moment, avec des fortunes diverses il faut bien le dire, nous aurions tort de ne pas regarder derrière nous quelques fois pour nous rappeler qu'avant même cette période faste, de gros chefs-d'oeuvre existaient déjà et bousculaient les codes en vigueur. Et parmi eux, il y a évidemment Brisby et le secret de NIMH, tout en haut.

brisby et le secret de NIHM
52

Adapté du premier roman de la trilogie des Rats de NIMH de Robert C. O'Brien, Brisby et le secret de NIMH fut un traumatisme pour beaucoup d'enfants à l'époque tant il allait à contrecourant du monde merveilleux que nous offrait généralement Walt Disney. Là, il n'y était pas question de prince charmant, de tantine magicienne ou de courageux pantin de bois voulant devenir un vrai petit garçon. Non, chez Brisby, ça parlait de la mort, du deuil, de catastrophe, bref, c'était super dark. Et c'est pour ça que c'était aussi bon.

Il faut dire aussi que le scénario ne prête pas vraiment à la franche rigolade. Madame Brisby est une souris, mère de 4 enfants et dont le mari vient de mourir. Ils habitent dans le champ de la fermedes Fitzgibbons mais, lorsque Timothée, son plus jeune enfant, tombe gravement malade, Brisby doit trouver un remède dans les plus brefs délais. Comme cela ne suffisait pas, c'est bientôt l'heure de la grande moisson et sa maison risque d'être détruite. Ne pouvant pas transporter l'enfant malade, Brisby n'a pas d'autre choix que de demander de l'aide aux rats du grand rosier, une communauté crainte de tous, mystérieuse et qui aurait d'étranges pouvoirs. Et, ce faisant, elle découvrira une facette de son défunt mari qu'elle ne soupçonnait pas. Avec, pour seul espoir, le déplacement de sa maison dans "l'angle mort de la pierre."

 

Photo Brisby

 

Pour l'amour d'un enfant...

Don Bluth a beau ne pas être le réalisateur de dessin animé le plus connu des fans actuels, il a quand même à son actif plusieurs chefs-d'oeuvre dont Brisby en est le parfait exemple. Coupant dès le départ avec l'ambiance enfantine de rigueur dans ce type de productions, il nous rappelle que les plus beaux contes sont probablement les plus cruels. Et, question cruauté, le film ne nous cache rien. Entre visions cauchemardesques mais terriblement fascinantes d'un grand hibou centenaire dont tous les os semblent craquer au moindre mouvement, grand méchant complotiste impitoyable qui ne recule devant rien et ambiance de fin du monde, Brisby pose la question de savoir si un film d'animation est forcément à destination des enfants.

On serait tenté de dire que oui, mais avec un avertissement cependant. Si on le déconseille fortement aux plus jeunes des spectateurs, qui risquent de ne pas s'en remettre, les enfants de 8-9 semblent par contre être le public idéal. En fonction de leur sensibilité bien entendu. Cela dit, le film s'adresse à tout le monde tant il multiplie les niveaux de lecture, marque des grandes oeuvre.

Et il confirme son statut de chef-d'oeuvre intemporel à l'occasion de cette ressortie en salles.

 

Photo Brisby

 

...Arrêter le temps.

On s'émerveille encore de constater que la direction artistique du film n'a pas pris une ride en 35 ans. Bien sûr les techniques utilisées à l'époque paraitront bien archaïques aujourd'hui mais le trait si particulier de Don Bluth, son style inimitable, la très grande sensualité qui se dégage de son animation nous permettent de conjurer les années. Don Bluth a toujours été un artiste du mouvement, et Brisby en est probablement l'exemple le plus éclatant tant il arrive à conférer une grande humanité au moindre de ses personnages.

Alors oui, certains aspects ne tiennent plus la rout aujourd'hui, comme le personnage du corbeau par exemple, sidekick qui a son importance narrative mais volontairement rendu comique de façon outrancière afin d'alléger le ton particulièrement sombre de l'ensemble. Mais, encore une fois, on n'y prêtera pas plus attention que cela tant le reste est encore exceptionnel aujourd'hui.

 

Photo Brisby

 

L'histoire peut sembler un brin faiblarde mais dans ce qu'elle raconte, les personnages qu'elle introduit et le mystère qu'elle met en place, elle fonctionne encore aujourd'hui. Peut-être même davantage qu'à l'époque d'ailleurs puisqu'elle soulève l'air de rien des questions très importantes dans nos sociétés actuelles, telles que l'utilisation de la science, la notion de communauté et de fraternité, le rapport à l'autre et le côté sombre en chacun de nous. Bref, Brisby est loin d'en avoir terminé avec nous.

Résumé

35 ans plus tard, Brisby et le secret de NIMH n'a pas pris une ride et prouve à quel point Don Bluth est un artiste talentueux qui n'a pas eu la carrière qu'il méritait. Revoir Brisby aujourd'hui, c'est se replonger dans son enfance pour la comprendre différemment. Revoir Brisby avec quelqu'un, c'est transmettre une certaine idée de la vie et partager un moment unique. Bref, il faut revoir Brisby, surtout sur grand écran. Par contre, on vous souhaite bonne chance pour trouver une salle.

commentaires

Copeau
28/01/2017 à 22:19

Don Bluth a marqué toute mon enfance...Brisby mais aussi Charlie, Fievel...sans oublier les jeux vidéos Dragon's lair et Space Ace sur Atari ST....quelle époque bénie ! (hô le vieux con nostalgique hein?)

Satan LaTeube
28/01/2017 à 21:44

Vu en sale à sa sortie à l'époque, ça m'avait traumatisé pour quelques jours ensuite.
En espérant que ça annonce un dvd ou un bluray de qualité car le seul existant est bien naze.

zanzibar_007
28/01/2017 à 14:20

Ah! La nostalgie de Brisby et le secret de Nimh, je n'étais pas fan de Disney, je ne le suis toujours pas d'ailleurs, Miyazaki et Don Bluth ont une place particulière à cause de ça.
L'un pour Brisby, l'autre pour Nausicaa et la vallée du vent, ou quand j'étais enfant je comprenais pas tout mais c'était génial.

The Shell
28/01/2017 à 13:56

Incroyable film qui m'a marqué gamin comme aucun autres !
Merci EL de faire un focus dessus car il mérite amplement d'être connu et reconnu !

Y Boy
28/01/2017 à 11:12

Revu il y a quelques temps, j'en avais gardé le souvenir flou d'un chef-d'oeuvre de mon enfance. J'ai redécouvert un dessin animé poétique et sans concessions, qui n'a aucun équivalent aujourd'hui. La preuve qu'on peut émerveiller les enfants sans les abrutir.

Mskin
28/01/2017 à 11:09

Ce dessin animé m'avait beaucoup marqué enfant et en jetant un coup d'œil sur la filmo du réalisateur j'ai vu qu'il avait aussi réalisé Fievel et le nouveau monde et Charlie , deux autres chef d'œuvre de l'animation à mes yeux, ces films dégage tellement quelque chose , une mélancolie que j'ai jamais retrouvé ailleurs

votre commentaire