A Bigger Splash : critique humide

Geoffrey Crété | 29 juin 2022
Geoffrey Crété | 29 juin 2022

A Bigger Splash est ce soir à 20h55 sur Arte.

Dans ce remake du film culte La PiscineMatthias Schoenaerts reprend le rôle d'Alain Delon, Tilda Swinton, celui de Romy Schneider, aux côtés de Dakota Johnson et Ralph Fiennes. Présenté à la Mostra de Venise, le film de Luca Guadagnino (avant Call Me by Your Name et Suspiria) est-il à la hauteur de ce quatuor de luxe réuni autour d'une piscine qui réveille tous les désirs ?

plongeon artistique

Dès les premiers instants, l'extase : une pure énergie de cinéma émane du film de Luca Guadagnino, qui avait déjà renversé les esprits dans le tourbillon d'Amore, sa première collaboration avec Tilda Swinton. On entre ainsi dans A Bigger Splash comme dans un rêve, avec la sensation que quelque chose de grandiose et mystérieux se joue, entre la silhouette d'alien de cette rock star et le soleil italien sous lequel se prélasse le couple. 

La grande force de ce remake de La Piscine de Jacques Deray (avec Alain Delon, Romy Schneider et Jane Birkin) vient de ce souffle de cinéma absolument irrésistible, qui saisit sans perdre une minute. Guadagnino a un sens du cadrage fabuleux, qui illumine chaque scène, chaque décor, chaque costume et chaque visage. Des robes de Tilda Swinton aux lunettes de Dakota Johnson, de la maison luxueuse aux rues de la petite ville, A Bigger Splash est un objet de cinéma généreux et aguicheur, qui déborde de coquetteries. Et surtout, le film respire le cinéma, et manifeste un amour total de ses outils et possibilités.

 

Photo Tilda SwintonTilda Swinton et Ralph Fiennes

 

EAUX TROUBLÉES

C'est peut-être parce que la forme est surpuissante que le fond laisse à désirer - à moins que ce ne soit ce scénario pas très profond qui donne à la mise en scène tant de place pour s'étaler. Dans tous les cas, A Bigger Splash ne parvient jamais véritablement à explorer les territoires obscurs du désir et de la jalousie, pourtant au coeur de l'histoire. Installé dès les premières minutes, foudroyantes, le mystère se délite peu à peu au lieu du crescendo attendu. 

Parce que le film préfère filmer les parades souvent grotesques de ses personnages, sans leur donner suffisamment de chair et de nuances, la troupe est plus séduisante que touchante. Le charisme ravageur des acteurs prend ainsi le dessus : Tilda Swinton et Matthias Schoenaerts sont parfaits dans des rôles à leur image (la rock star fascinante, le mâle sauvage).

 

Photo Tilda Swinton, Ralph FiennesZéro tension

 

Mais le spectacle est surtout assuré par Ralph Fiennes et Dakota Johnson. Il excelle sans aucun mal dans un rôle qui lui déroule le tapis rouge pour une performance hors-normes, tandis que la jeune actrice (qui a remplacé Margot Robbie) se révèle particulièrement envoûtante, sensuelle et audacieuse. Un rôle qui, tout en étant à des années lumières de 50 nuances de Grey, renvoit obligatoirement à la mièvre Anastasia Steele.

Sans être aussi grandiose que ne le suggèrent ses prémices, A Bigger Splash est donc moins un bon thriller qu'un vibrant exercice de style, dans lequel Guadagnino et ses quatre acteurs s'en donnent à coeur joie, avec une énergie et une liberté enivrantes.

 

Affiche

Résumé

Un objet de cinéma au charme ravageur, à l'image de ses quatre acteurs séduisants en diable. Et si le scénario n'est pas à la hauteur de la mise en scène, A Bigger Splash confirme que Luca Guadagnino est un cinéaste à suivre de très, très près.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.3)

Votre note ?

commentaires
Flo
06/07/2022 à 22:50

L'argument de remake de "La Piscine" utilisé pour mieux mettre l'accent sur le sort bien connu de réfugiés se noyant au large de l'Italie, et l'espèce d'impunité des riches bourgeois anglo-saxons - entre un Ralph Fiennes à détruire sans remords tellement il en fait des caisses, et une Tilda Swinton volontairement mutique, un Matthias Schoenaerts autrement animal que Delon. Seule intruse, Dakota Johnson, spectatrice avec du recul.
Accessoirement, formellement bien fait et vigoureux, et joliment influencé par les artistes Rock des années 60 à 80.

ZakmacK
30/06/2022 à 17:28

Je suis intrigué quand même. L'original ne m'a pas trop plu, parce que j'ai eu du mal à comprendre comment Delon peut s'intéresser à Birkin alors que dans le film Romy Schneider est un véritable volcan d'érotisme et de charisme. Du coup le remake m'apparaît plus crédible :)

Leocat
30/06/2022 à 13:20

Du cinéma m'as-tu vu sans scenario où tout le monde cabotine. Insupportable au bout de 10'.

ting ya
30/06/2022 à 11:05

chiant ++++++++

Faurefrc
29/06/2022 à 22:31

Assez intriguant que le critique ne se livre (risque ?) à aucune comparaison avec le film de Deray

Sess
07/04/2016 à 09:39

Fuyez.
C'est plat et chiant à mourir.

votre commentaire