Spectre : critique impossible

Simon Riaux | 6 décembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 6 décembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

James Bond avait presque signé pour une Mission : Impossible. En effet, succéder à Skyfall, épisode anniversaire et plus gros succès de l’histoire de la saga était un challenge particulièrement corsé. Sam Mendes est-il parvenu à égaler sa précédente performance aux commandes de la franchise avec Spectre ?

BACK IN STYLE

Spectre est à la fois plus abouti et fragile que son prédécesseur. En tant qu’exercice de style Bondien, il est indiscutablement plus réussi, même s’il fait preuve de fragilités certaines en tant qu’objet de cinéma. Dès son ouverture, probablement la plus belle de la série, Sam Mendes entend supplanter Skyfall. Et il y parvient. Grâce à un plan séquence tour à tour félin et funèbre, où Daniel Craig louvoie pendant près de quatre minutes dans les ruelles de Mexico jusque sur les toits de la capitale, le réalisateur nous précipite dans une oeuvre qui jouera alternativement la carte du requiem et de la renaissance.

 

Photo Daniel CraigAh, la neige, ça faisait longtemps, manque plus qu'un Stradivarius et des skis

 

Dès lors, le film enchaîne les morceaux de bravoure et scènes à l’élégance morbide avec un rythme millimétré. De la découverte d’une conspiration littéralement tentaculaire, en passant par une série de punchlines, ou une séquence sensuelle en diable avec Monica Bellucci, tout concourt à faire monter la pression. La comédienne a droit à un rôle extrêmement bref, mais où Sam Mendes s’amuse à réemployer les codes de la censure américaine, tels que subvertis par Alfred Hitchcock dans Les Enchaînés, pour nous offrir une scène dont la décharge sexuelle est dévastatrice.

 

Photo Léa SeydouxLéa Seydoux

 

SEYDOUX IS THE COLDEST COLOR

Une impeccable poursuite en voiture plus tard, Spectre semble inarrêtable. Classieux, référentiel en diable, enfin réconcilié avec ses ingrédients historiques (notamment les gadgets), 007 est sur le point de nous faire succomber. Jusqu’à ce que Léa Seydoux entre en scène. Aussi engageante qu’une raie au beurre blanc servie tiède dans un faubourg de Vesoul un soir de novembre, elle n’incarne jamais son personnage (fort mal écrit il faut l’avouer).

 

Photo Christoph WaltzChristoph Waltz

 

Or, de l’alchimie entre l’actrice et Daniel Craig devait naître l’assise émotionnelle du film, qui s'avèrera finalement rachitique. Et ce n’est pas le délicieux cabotinage de Christoph Waltz, ni même une brillante scène de torture qui suffiront à rattraper cet impair. Soufflant une brise glaciale sur un récit dont elle devait être le cœur palpitant, Léa Seydoux en révèle indirectement les coutures, parfois trop épaisses. Impossible dès lors de ne pas souffrir des soubresauts de la narration, trop mécanique quand elle veut marier la mise en scène sépulcrale de Mendes et les impératifs de la saga.

Souffrant d’un casting imparfait et probablement d’un programme trop chargé pour lui permettre de maintenir la fantastique fluidité de sa première heure, Spectre n’en constitue pas moins un excellent Bond, du niveau d’un Casino Royale, mais qui ne peut tout à fait se mesurer au happening foisonnant qu’était Skyfall.

 

Affiche officielle

Résumé

Malgré une construction trop mécanique et une Léa Seydoux à côté de la plaque, Spectre est un épisode de James Bond de très haute volée.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.0)

Votre note ?

commentaires
Kastoraaubeurreblancde Vesoul
07/12/2020 à 19:05

Vivement ce post alors !!

Geoffrey Crété - Rédaction
07/12/2020 à 14:14

A titre informatif : ne pas être convaincu par l'interprétation de Léa Seydoux dans Spectre et l'exprimer avec l'habituel humour débile d'Ecran Large, ça n'est en aucun cas mépriser l'actrice. On a très régulièrement défendu ses films, son travail, donc aucun problème avec elle. On prépare même depuis quelques temps un dossier/vidéo sur le sujet, pour se demander pourquoi elle attire tant de violence et moquerie.

KastorLeaSeydouxestun lézard extra terrestre
07/12/2020 à 14:10

Waaa Léa Seydoux elle en prend pour son grade !! Entre la Raie de la rédaction, la fille a papa de Lucy et la Bonne de Glup !!! vous avez un truc contre elle ? Personne n'a vu La vie d'Adèle ?
OK vous n'aimez pas le bleu !
Heureusement que Vogue lui rend hommage en ce mois de décembre ... on sait au moins qu'elle danse bien

Glup
07/12/2020 à 10:52

Léa Seydoux en bonne dans Grand Budapest hôtel oui, mais en James Bond girl elle n'a pas le charisme pour ça, surtout face à un Daniel Craig.

zoom7
07/12/2020 à 10:44

Moi ce qui m'a choqué le plus c'est que james bond arrive à descendre un hélico avec un simple revolver. Il y a eu bcp de baclage en terme de cohérence et de scenario. C'est dommage pcq la réalisation est pas mal et il y avait de quoi faire beaucoup mieux. Mention spéciale à thomas newman qui ne s'est pas du tout gêné de recopier la même bande son de skyfall.

gorde66
07/12/2020 à 10:30

Faites un exercice d imagination. Mettez Waltz en patron du service 00 et Ralph Fine en méchant...je pense que vous upgradez les rôles.
Quant à Lea Seydoux elle semble hors sujet légèrement décalée sur son jeu

Pied de mouton
07/12/2020 à 10:18

Bonjour, Monsieur Riaux,
Cela faisait il longtemps que vous gardiez cette métaphore poissonnière de Vesoul dans un tiroir ?
C'est certain qu on tressaille moins que devant la fureur Eva Green...

Jo222113322122242
07/12/2020 à 10:00

Et bien là première fois spectre m asemblé être un enchaînement de défilé podium pour marque de vêtements, hier soir est ce l effet du confinement j ai trouvé craig bien plus convainquant que dans casino royal ou ces regards fixes caméra m avaient fait stopper direct le vision age et Léa seydoux, entrée en scène un peu à côté mais sinon très bien envoûtante north by north West ou tippy pas de printemps pour marny... Jetez moi des pierres mais Léa seydoux est remarquable...

Trucbidule
07/12/2020 à 09:39

est-ce que quelqu'un sait pourquoi on ne voit pas le photo de Mathieu Amalric sur les murs à la fin?

Iwamaru
07/12/2020 à 08:59

Ah merci, je l'ai regardé hier soir et je le truc qui m'a choqué c'est vraiment le jeu de Léa Seydoux. Nul on dirait quelle est dans la lune, Toujours la même expression sur le visage.
Bref, concernant le film en lui même, c'est pas mal, ça fait le boulot. Classique mais efficace.

Plus
votre commentaire