Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension - critique apeurée

Simon Riaux | 4 août 2017 - MAJ : 06/08/2018 13:15
Simon Riaux | 4 août 2017 - MAJ : 06/08/2018 13:15

Curieux produit que ce Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension, ultime chapitre d’une franchise qui aura fait de sa médiocrité un argument de vente. En effet, difficile de ne pas pouffer en découvrant les trailers et affiches qui nous promettent qu’enfin, nous aurons les réponses aux questions posées depuis le premier épisode. Mais ce dernier chapitre tient-il ses promesses ?

BLUMHOUSE ACTIVITY

Fer de lance de Blumhouse, société reine de la production cheap et super-rentable, la marque Paranormal Activity repose sur un concept simple, économe et ultra vicieux : laisser faire le spectateur faire le travail à la place du film. Un principe terriblement accrocheur pour le public qui adhère au concept et y injecte ses propres angoisses. Problème, comment ne rien raconter quand la saga arrive à sa fin et que même les fans commencent à se lasser ?

C’est à cet écueil que se heurteParanormal Activity 5 : Ghost Dimension. Raconter quelque chose est tellement étranger aux gènes de la franchise, que quand le film veut s’y mettre, il se transforme en festival de la saucisse sous kétamine. On passera sur l’idée ridicule de faire un film en found footage, tourné avec d’antiques caméscopes en 3D, tant l’idée est bécasse et ruine instantanément la cohérence du film, de son image supposée vintage.

PA-Marked-OnesSerrez les dents

OH, (ENCORE) UNE PETITE FILLE EN ROBE

Couillonnade que l’on retrouve dans tous les aspects du scénario. Quand ce dernier épisode essaie de rassembler toutes les intrigues soulevées précédemment, c’est pour tenter de faire cohabiter petites filles louches, poltergeists numériques terriblement prévisibles et au final un proto-exorcisme vu mille fois. Rien de neuf sous le soleil donc, mais un gloubi boulga qui vire à l’hilarité générale.

La série, d’ordinaire relativement sobre se voit ici envahie d’apparitions brumeuses, de connexions temporelles foireuses et le plus souvent injustifiées. Curieuse turbine à recyclage, le film donne l’impression de piocher dans toutes les productions Blumhouse, sans jamais s’inquiéter de la bonne tenue de l’ensemble. A défaut d’être un bon film, Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension s’avère donc un précis de l’état actuel d’un certain cinéma d’horreur, obsédé par des motifs qu’il n’essaie même plus de comprendre.

 

Affiche du film

Résumé

Grand festival de n'importe quoi conçu et pensé uniquement pour ameuter une dernière fois le public dans les salles, le film n'effraie jamais et se transforme en grand n'importe quoi.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

-A
24/10/2015 à 07:10

*j'aime bien pardon

-A
24/10/2015 à 07:10

J'ai bien les 4 volets moi à mon avis le 5 va être bien vue toutes les critiques que j'ai vue sur le film en disant qu'il était mauvais mais quand je les vues excuser moi mais ils étaient bien

Trashyboy
22/10/2015 à 19:42

"s’en jamais s’inquiéter de la bonne tenue de l’ensemble"... Et ici, c'est "sans" jamais s'inquiéter de l'orthographe...

west666
22/10/2015 à 14:27

encore un raté un de plus vu la note ,mais ce que j'arrive pas a comprendre c'est qu'ils ont réussis a faire 5 volets de daubes incroyable faut croire que ça attire quand meme du monde ces bouses

merci pour la critique cdt

RiffRaff
22/10/2015 à 13:54

Curieux phénomène qui consiste à chaque opus pour des vandales à saccager des salles pour cette série de film e particulier...

Johnny
22/10/2015 à 13:33

Va-t-il se passer quelque chose ? Pour la racaille, oui.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/perpignan-une-centaine-d-adolescents-vandalisent-un-cinema-22-10-2015-5209095.php

votre commentaire