Daddy Cool : Critique mitigée

Florian Descamps | 9 juillet 2015
Florian Descamps | 9 juillet 2015

Premier long-métrage de la scénariste et productrice Maya Forbes (à la tâche derrière les scénarios de Monstres contre Aliens, The Rocker et certains épisodes du Larry Sanders Show), Daddy Cool avait de quoi surprendre. Avec un sujet aussi grave que la bipolarité porté par les deux excellents comédiens que sont Zoe Saldana et Mark Ruffalo, le film avait en effet de forts atouts en main, capables d'assurer sa réussite. Hélàs, la réalité est un peu différente.

Symbole d'un cinéma américain indépendant frileux et perdu dans un carcan « Sundance Approved » censé faciliter la vie de ses productions en salle, le film avoue très tôt n’avoir pas grand chose à raconter et, pire, enchaine les maladresses tout au long de son heure et demi de métrage. Des récurrentes sautes d’humeurs de son personnage principal aux tiraillements moraux de ses secondes rôles, il n'est ainsi  pas aisé de comprendre les motivations de Forbes à l’écriture de son scénario et, au-delà, de s’attacher à cette famille dysfonctionnelle dont les enfants oscillent entre la maladie mentale du père et les obligations professionnelles de la mère.

 

 

Certes, le sujet n’a jamais été aisé à transposer au cinéma, il nécessite assez de maitrise pour ne pas sombrer dans l'approche tire-larme ou un manque de fidélité au vécu du malade. Mais dans sa trop grande frilosité, la réalisatrice ne traite en fait jamais de la maladie elle-même et transforme par contre-coup son film en quotidien monotone d'une famille en reconstruction. Si l’exercice n’est pas indigent, la déception s’avère réelle.

C’est en fait grâce à l’excellence de la prestation de son comédien principal que le film conserve notre attention. Déjà brillant dans le remarquable Foxcatcher de Bennett Miller sorti en début d’année, Mark Ruffalo campe ici un père bipolaire tout en nuances, hanté par ses désirs de rédemption, et transcende de justesse une intrigue qui méritait plus de prises de risques. De quoi justifier la présence du spectateur en salle, à défaut d'entériner pleinement la réussite de l'entreprise.

 

 

Résumé

Bien trop timide mais pas dénué d'intérêt, Daddy Cool s'avère donc un premier essai en demi-teinte pour sa réalisatrice. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
J.
14/07/2015 à 12:49

Ce film m'a touché!
La larme a coulée pas parce que c'est triste, mais parce que l'émotion est au rendez-vous grâce à des acteurs impeccables (Les gamines tordantes, le père attachant et flippant, la mère courageuse).
Le genre de petit film qui vous donne du baume au cœur!

zanta
09/07/2015 à 21:09

Qu'est ce que c'est que ce titre "français" débile..?
Ce genre de film indépendant a tonalité plus dramatique que comique a déjà du mal en salle... La, ça aide pas des masses.

Blabla
30/03/2015 à 10:23

blablabla blablablablablablablablabla blablablablablabla blablablablablabla

votre commentaire