Jupiter : le destin de l'univers - critique du retour du Space Opera

Mise à jour : 10/12/2018 16:29 - Créé : 6 décembre 2017 - Simon Riaux

Après l'échec immérité de Cloud Atlas, on pouvait craindre que le nouveau projet prométhéen de Lana et Lilly Wachowski, Jupiter : le destin de l'univers, ne soit qu'un blockbuster de science-fiction parmi tant d'autres, calibré pour retrouver les faveurs du public et de l'industrie. Inquiétude malvenue, puisqu'il nous offre un séisme d'une ampleur inespérée.

Photo
170 réactions

ELLE EST FORTE CETTE JUPILER

 

Il faut moins d'une demie-heure à Jupiter : le destin de l'univers pour enterrer corps et bien tout ce que Hollywood a produit depuis plusieurs années en matière de grand spectacle et de space opéra. Le temps d'une incroyable poursuite entre ciel, mer et terre survenant dès la première bobine, où Channing Tatum affronte une escadrille surarmée, le film nous laisse bouche bée. Et son pouvoir de sidération ne fera que croître durant les deux heures suivantes.

 

Photo Channing TatumChanning Tatum

 

Le temps d'une épopée radicalement dénuée de temps morts, les Wachos nous transportent par leur ambition démesurée. Leur fresque spatiale est un défi au temps de cerveau disponible, tant l'œuvre fourmille de détails ahurissants, révèle de décors aux arcanes délirantes, absorbe le moindre neurone du spectateur par sa vivifiante richesse.

 

  

Photo Mila KunisMila Kunis

 

JUPITER ET AU DELÀ

 

Profitant d'un scénario linéaire dont la construction s'échine à mener un récit extrêmement dense à un train absolument infernal, les réalisateurs amplifient encore l'impact du métrage en le saturant de concepts, qui justifieraient que des films entiers leur soient consacrés. Qu'il s'agisse d'une touchante scène où se glisse Terry Gilliam, de mano à mano puissants, de poursuites frénétiques qui feraient rougir même les petits gars de Pixar, ou de joutes spatiales aux dimensions jamais vues, on cherche en vain un faux pas, une faute de goût. Même l'improbable look de Channing Tatum convainc et finit par apporter une belle touche de vulnérabilité à ce guerrier impénétrable.

 

photo Eddie RedmayneEddie Redmayne, délicieux méchant

  

Les personnages ne sont pas en reste. Simplissimes sur le papier, leur écriture jouit d'une cohérence et d'une logique implacable, chacun étant mû par une force le dépassant et l'amenant à transcender sa condition, dans le bien comme le mal. Les Wacho parviennent à rendre instantanément palpable les enjeux, la romance centrale du récit et le climax herculéen qui conclut cette apothéose filmique.

 

La magnifique gestion de l'espace et de son univers confèrent au film une virtuosité qui nous venge d'innombrables blockbusters produits à la chaîne avec un mépris souverain du public envisagé comme un troupeau d'oie à gaver. Jupiter : le destin de l'univers porte le grand spectacle à un niveau stratosphérique, avec une ambition qu'on n'avait peut-être pas vue depuis... 1977.

 

Affiche

 

Résumé

Un spectacle ahurissant, qui s'efforce à chaque image de décoller la rétine du spectateur et l'embarque dans une épopée spatiale aux proportions mythologiques.

commentaires

Decker 09/12/2018 à 00:42

Nan, mais moi aussi j'ai des problème avec l'alcool, je compatis..

Celten 07/12/2018 à 23:18

Contrairement à mon VDD, pour une fois je suis complètement en phase avec vous. Ce film est une tuerie sous-évalué. En tout cas ça fait plaisir de voir une critique comme ça.

lemon 07/12/2018 à 10:39

c'est rare mais là, on est vraiment pas en phase. Oui sur la richesse du film mais 4 étoiles 1/2 !!!! c'est abusé

eric 07/12/2018 à 00:45

Honnêtement chacun so avis cest sur...
Mais rien que les fausses oreilles de Tatum... Mdr... Je peu pas prendre ce navet au sérieux...

Mouah 07/12/2018 à 00:11

Bien bmeilleur que le Pocahontas de James Cameron mais Moins bien que interstellar de Christopher Nolan

Eddie9Felson 06/12/2018 à 23:49

Je suis bon public mais LÀ c’est un p..... de NANAR INTERSIDERAL, un ratage total d’une évidence telle que cela en confine au sublime :)
Bien que je respecte cela, totalement halluciné de voir qu’il est pû plaire à ce point...

Babar77 06/12/2018 à 22:46

Ratage intégral et catastrophe industrielle pour les Wachowski qui à ce jour n'ont produit qu'un seul grand film à mes yeux "Matrix".

Pesto 06/12/2018 à 22:43

Je croyais qu'on s'était mis d'accord pour que Riaux arrête de se tirer la nouille sur cette bouse infâme ?!

Decker 06/12/2018 à 22:05

ça! ça sent le pari foireux foiré...

Jojo 06/12/2018 à 21:23

Un gros nanar ce film !

Plus

votre commentaire