Nos enfants : la critique violente

Guillaume Meral | 6 décembre 2014
Guillaume Meral | 6 décembre 2014

A l’instar d’A Cappela, avec lequel il entretient de nombreux points communs, Nos enfants aborde le sujet difficile de l’irruption de la violence la plus irraisonnée dans le quotidien, et la manière dont les étiquettes sociales et les certitudes morales de chacun vont vaciller à l’aune du dilemme qui va s’imposer à eux.

 

Or, ce n’est pas tant le retournement progressif des valeurs de deux frères que tout oppose (bien amené, mais finalement assez prévisible) à l’aune de la tragédie les réunissant qui confère au film sa substance, que les accents pugilistiques inattendus émanant de leurs parcours. En effet, passé son exposition, le film s’emploie progressivement à renouer avec la gifle assenée par son introduction à travers des protagonistes aliénés par la remise en cause de leur zone de confort respective. Des espaces qu’Ivano de Matteo délimite dans un premier temps par un art subtil du surcadrage, isolant chaque personnage ou groupe au sein de cadres ne communiquant plus qu’artificiellement, et que les nécessités de l’intrigue vont amener à se heurter.

Ainsi, c’est cette collision violente entre individus qui va constituer le véritable sujet du film, l’émanciper du naturalisme dans lequel il semblait s’inscrire au travers d’une scénographie malmenant progressivement les repères spatiaux pour confronter les personnages au sein d'une arène. Le parfum d’apocalypse imminent se dégageant de la dernière scène est à la mesure du constat sans appel du réalisateur sur une société devenue un zoo à ciel ouvert, et  dont la stabilité précaire repose sur l’étanchéité des cages mitoyennes invisible dans lesquelles les individus vivent retranchés.

Résumé

Imprévisible et intelligente, cette autopsie de nos rapports sociaux s'impose comme une réflexion profonde et vertigineuse.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

linda
07/01/2015 à 09:09

film intéressant ,bien joué ,bien monté ,tout est clair et démonstratif sur les conflits familiaux et les cas de conscience de parents confrontés aux horreurs commises par les monstres qu'ils ont engendrés....un défaut dans ce film lisible ,qualité qui devient rare dans la production italienne:: (je fais allusion à IL capitale umano ,vu récemment,qui est une invraisemblable fouillis chronologique qui veut trop en faire):la dernière scène qui laisse planer un grand point d'interrogation ,aucune explication ,un grand bruit,et le générique final.! c'e'st spectaculaire, ,très coup de poing imprévisible pour saisir le spectateur,mais j'aurais aimé savoir la cause réelle ;je dois etre idiote ,mais je déteste ces films qui veulent que le spectateur soit assez intelligent pour interpréter tout seul. Personnellement ,je reste frustrée
,j'attends la suite en vain.....

votre commentaire