Critique : Maintenant ou jamais

Créé : 31 août 2014 - Louisa Amara
0 réactions

Serge Frydman (scénariste de Patrice Leconte, et réalisateur) est tombé sous le charme de Leïla Bekhti, sans avoir vu aucun de ses films. Un vrai coup de foudre (professionnel), en somme. Le signe qu'elle était sans doute l'actrice idéale pour interpréter Juliette, femme, épouse et mère prête à presque tout pour réaliser son rêve. 

Madame tout-le-monde peut-elle devenir une braqueuse de banque ? Qui risquerait des années d'emprisonnement pour une maison ? Si la trame du scénario a été inspiré d'un fait divers, c'est bien l'évolution des personnages qui rend le film passionnant. Leila Bekhti se donne entièrement dans ce rôle aux multiples facettes, derrière la jeune maman, se cache une femme passionnée, fougueuse mais introvertie aussi. Une personnalité révélée par sa rencontre brutale avec un homme (Nicolas Duvauchelle), qui lui vole son sac à main...  Un rapport étrange s'instaure entre eux sur le mode : « Tu m'aides ou je te dénonce ». Petit à petit, la suspicion cède sa place à la curiosité et le « tango » commence. La tension sexuelle est palpable entre eux mais Juliette aime son mari, et reste concentrée sur son objectif... Pourtant elle est troublée.  Tout devient si compliqué, et s'il valait mieux tout arrêter ?

Maintenant ou jamais nous surprend, là où on s'attend à voir un film social de braquage amateur qui tourne mal, Serge Frydman nous emmène sur d'autres terrains, celui de l'amour, de la sensualité, des désirs enfouis, de le la folie humaine. La frontière est  parfois floue entre détermination et inconscience criminelle. La réalisation est rythmée, on n'est pas dans Ocean's Eleven, une économie de moyens voulu pour coller au réalisme de l'histoire, pas d'effets de manches, pour être au plus près des personnages. Les acteurs sont impressionnants de justesse. On vous met au défi de ne pas vouloir embrasser Leïla Bekhti, mordre Nicolas Duvauchelle, et faire un hug à Arthur Dupont (voire plus si affitinités). Quand l'identification du spectateur aux héros fonctionne à ce point, c'est gagné, non ? Voilà un film précieux, comme un diamant brut qui illuminera la rentrée. 

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire