Mommy : Critique

Créé : 6 mai 2014 - Simon Riaux

Enfant prodige, révélation, quasi-messie, les qualificatifs pleuvent depuis 2009 pour tresser les louanges de Xavier Dolan, un des plus productifs générateurs de nanars de notre belle époque. Le metteur en scène a depuis J'ai tué ma mère signé trois œuvres incapables de mettre en perspective leur(s) sujet(s) mais modelées pour flatter les flancs d'une critique et d'un public en mal d'auteur populaire. À la faveur du 67ème Festival de Cannes, une folle rumeur enfle : le fils spirituel de Jean-Paul Goude aurait donné la pleine mesure de son talent avec Mommy, digne d'une Palme d'Or... Le sacre n'aura finalement pas lieu, mais le nouveau Dolan débarque tout de même en salles auréolé d'un prestige et d'une couverture médiatique frisant l'hystérie.

 
Image 686861
33 réactions

Ainsi faisons-nous la rencontre de Steve, Diane et Kyla, respectivement un blondinet bipolaire, sa mère irresponsable et leur voisine oppressée par un quotidien paralysant, venue sauver le duo de la spirale destructrice dans laquelle il est enfermé. Un point de départ qui n'existe finalement que sur le papier, chaque personnage se voyant précipité dans une tempête d'émotions contradictoires et superficielles qui lui interdisent toute véritable incarnation.

 

Image 696358

 

Faiblesse traditionnelle des scripts Dolaniens, la logorrhée atteint ici des proportions ridicules, chaque séquence se terminant quasi-systématiquement par une confrontation stérile et inutilement sonore. Dans ce chaos artificiel, l'émotion n'a jamais la place de s'exprimer, sommée de nous exploser au visage, elle est remplacée rapidement par un tourbillon parfaitement calculé, qui prend le spectateur en otage mais ne le met jamais à contribution. Le format du film, qui rappelle intentionnellement le format d'images dont nous abreuve aujourd'hui les réseaux sociaux participe de l'arnaque, maline mais rageante, que constitue le film. Offrir un condensé de la vulgarité de l'époque, sans jamais porter dessus un quelconque regard.

 

Image 696353

 

La mise en scène est au diapason, d'une banalité sidérante, elle se contente d'aligner paresseusement contre-champs et plans moyens, qu'un clip vient dynamiser à chaque fin de bobine. Procédé basique, fondé sur une esbroufe petit bras, en dépit de choix musicaux parfois inspirés, ce dispositif vise une fois de plus à se mettre le spectateur dans la poche plutôt que de lui proposer de véritables partis pris. Pire, il témoigne également de l'absence totale de confiance de Dolan dans son script et ses personnages, qu'il n'envisage autrement que sous forme de vignette explicative. Cette linéarité typique se retrouve dans quasiment chaque aspect du métrage.

 

 

Image 696352

 

Montage, photographie, décors et costumes, tous oublient de développer un discours, établir avec le public et les thèmes abordés une dialectique pertinente, un regard. Difficile devant tant de pose, de narcissisme à peine voilé, de ne pas rire jaune face à la maturité affective de palourde qu'étale le scénario sous nos yeux pendant plus de deux heures. 

 

Image 696362

 

 

Résumé

Mommy se voudrait enlevé, coloré et pop. Mais Dolan accouche d'une souris cramoisie, hystérique et vulgaire.

commentaires

Finnigan 07/06/2017 à 10:24

@c nul

Commentaire nul ? De toute évidence tu n'acceptes pas qu'on pense autrement que toi et ça t'énerve du coup ?

c nul 07/06/2017 à 01:33

critique inutile. de toute évidence l'auteur de cet article n'a aucun gout...

Javier 04/12/2016 à 23:12

Je suis d'accord avec Jean Jerome ci dessus. Les critiques me paraissent disproportionnées et souvent pourvues d'un partis pris flagrant, cela sans la moindre tentative de modération. Et pour ceux qui comme Koba en viennent à prêcher la lutte des classes dans une critique de ce film je me marre doucement en pensant au milieu social dont ils sont issus... Ayant un proche atteint de troubles psy, ce film m'a ému. Il y'a des défauts, certes, mais ils font aussi la force brute de cette œuvre qui demande une certaine ouverture émotionnelle pour être apprécié.

Jean Gérome 09/10/2015 à 16:45

Oui ce film est déroutant, vulgaire et "nous contre le reste du monde", et il y a une forme d'humour tragique dans tout cela. Est-ce que ça vaut une critique de film pour autant ? Vous vous arrêtez simplement au scénario ?
Ce film est émouvant et tant par rapport à l'histoire des personnages que du jeu d'acteur qui est époustouflant et d'un réalisme déconcertant. Le montage et la musique (que nous étions censés avoir oubliés depuis les années 2000) forment un parfait accord.
Evidemment je ne vais pas m'étendre sur la critique, surtout quand je vois à quel point celle-ci est bornée.
Une critique qui considère ouvertement ce film comme étant de la branlette intellectuelle, mais qui tout de même prétend qu'un film comme "Drive" vaut 5 étoiles... Ce film creux et dénué d'émotions...

J'ai perdu foi en l'humanité, merci à vous.

Kevin Dutot 18/05/2015 à 15:15

Ce serait pas mal de voir le film avant d'en faire la critique cher Simon Riaux. Et je suis certain d'avoir raison. Je comprends ton mépris (au point de ne plus te déplacer), mais je te conseille de le voir si ce n'est pas encore fait. Et au cinéma, de préférence, tu comprendras. Bien à toi.

topkek 25/02/2015 à 01:30

Rien que pour la première ligne suffit à cette critique.
blondinet bipolaire = non, autant réutiliser les termes donnés dans le film quand on a une connaissance aussi minable de la psychiatrie, ça vaut mieux que les prises d'initiative réductrices.
mère irresponsable = justification ? Absente. J'ai du mal comprendre cette critique, la mère prenant au contraire a peu près toutes les décisions les plus difficiles tout au long du film.
voisine oppressée par un quotidien paralysant = ouai, marquée plutôt par la mort de son fils 2 ans auparavant, réfugiée dans le mutisme et l'isolation, et dont le déménagement ne suffit pas à l'aider à guérir ? Mais a-t-on seulement regardé le même film ????

lllkh 14/02/2015 à 05:42

h

je trouve ce film magnifique! 12/01/2015 à 01:12

J'ai ressenti cette violence des sentiments et la beauté de la vie actuelle.merci pour ce film

Denis 16/12/2014 à 19:14

J'ai détesté ce fil., point a la ligne

Christou 13/11/2014 à 20:01

Je suis entièrement d'accord avec cette critique. Ce film est nul, vulgaire, ennuyeux.La bande son est insupportable, ça crie sans arrêt .Encore une fois le Festival de Cannes récompense n'importe quoi.

Plus

votre commentaire