Critique : Real

Christophe Foltzer | 27 mars 2014
Christophe Foltzer | 27 mars 2014

Avec Real, Kiyoshi Kurosawa revient en fanfare au genre qui l'a fait connaître en France, le fantastique mâtiné de technologie, pour nous raconter dans son style inimitable une belle histoire d'amour. Et c'est beau.

En racontant l'histoire d'une dessinatrice dans le coma que son petit ami va aller visiter grâce à une nouvelle technologie dans le but de la réveiller, Kurosawa reprend la thématique de l'errance moderne et de la dilution de l'être. Comment ne pas penser aux fantômes de Kaïro quand on découvre ces personnages livides, aux contours mal définis, davantage des poupées que des hommes ? En reprenant une mécanique de construction qui a fait ses preuves (point de départ - déroulé - coup de théâtre - résolution), Kiyoshi Kurosawa pervertit une nouvelle fois le médium et le genre abordé pour nous raconter une toute autre histoire.

Car, si l'intrigue passionne (malgré quelques douloureux temps morts) sans surprendre puisque nous sommes en terrain connu, et que le twist n'abusera pas le spectateur féru de SF ou de fantastique, c'est avant tout le rapport au réel qui est ici remis en question. Avec toutefois une évolution notable puisque le réalisateur interroge également la capacité de l'humain à aimer, ce qui le pousse à se rapprocher d'une personne et à tout lui donner. A nouveau la thématique de la dilution individuelle chère à Kaïro.

En toile de fond, la société moderne, forcément déclinante, morte-vivante, qui a trahi les générations précédentes et les laissent dépérir, à l'image des nombreuses ruines qui parsèment le métrage. Nous sommes clairement dans le récit psychanalytique et il faut reconnaître que, de ce point de vue, les différentes apparitions et scènes choc qui parcourent le récit fonctionnent à merveille, elles sont plus dérangeantes que terrifiantes. Nous passerons sous silence la dernière partie du film pour en préserver la surprise, dont on regrettera simplement qu'elle n'ait pas bénéficié d'un budget à la hauteur de ses ambitions.

 

EN BREF : Real est une très belle surprise, un magnifique conte entre deux âmes sœurs qui s'accrochent à l'amour en dépit des traumatismes et des épreuves. Toutefois, il est à réserver à un public averti, son traitement arty et son rythme contemplatif pouvant vite ennuyer les moins habitués.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire