The Grand Budapest Hotel : critique qui a les bonnes manières

Mise à jour : 18/09/2018 17:27 - Créé : 16 septembre 2017 - Simon Riaux

The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson est une des oeuvres les plus acclamées dans la filmographie son auteur, artiste à l'univers riche et accessible, fait de maîtrise absolue autant que de liberté euphorisante. Ce film d'un réalisateur dont la cinéphilie n'a rien à envier à celle d'un Tarantino ou P.T. Anderson marque une étape singulière dans la carrière d'un artiste que l'on caricature trop souvent décorateur de maisons de poupées.

 

Image 679745
2 réactions

LE GRAND FESTIN ANDERSONIEN

 

Doté une nouvelle fois d'un casting pléthorique (Ralph FiennesSaoirse RonanTilda SwintonLéa SeydouxBill Murray...), Wes Anderson confectionne le récit enchâssé dans trois époques d'une vie riche en rebondissements, celle de Zero Moustafa. Réfugié politique, lobby boy, fugitif, milliardaire, son parcours délirant offre au réalisateur l'occasion de jouer comme jamais avec la grammaire visuelle qui est la sienne : décors saturés de détails, formats d'images divers, variété des styles et des tonalités... Le spectateur ne sait plus où donner de la tête, admirant simultanément ce menu pantagruélique autant que sa cohérence impressionnante.

 

 

Image 679750Saoirse Ronan

 

À première vue, The Grand Budapest Hotel s'inscrit avec évidence dans l'œuvre d'Anderson. Il compose toujours ses scènes autour de vignettes virtuoses, joue du pathétique autant que de l'humour, décompose des figures de style cinématographiques connues (la fusillade, la poursuite, l'évasion) pour mieux mettre en évidence l'absurdité de ces mêmes conventions et laisser ses personnages y évoluer avec une liberté rafraichissante. Comme toujours, la beauté de l'image et du découpage va de paire avec un humour aussi féroce que délicat (comme en témoigne le sort réservé ici aux chats et aux avocats). Pour autant, l'artiste est loin de se complaire dans un système rigide et nous propose aujourd'hui une digression thématique logique, qui entraîne son récit et sa galerie de personnages très loin de son univers habituel.

 

 

Image 679740Ralph Fiennes et Tony Revolori

 

RÊVE EUROPEEN

 

Anderson a souvent été décrit comme le plus européen des réalisateurs américains, quand la filiation de ses travaux avec les grands genres hollywoodiens (du burlesque en passant par le road movie sans oublier le Nouvel Hollywood) a toujours été son influence primordiale. De par son titre et la nostalgie gourmande qui l'irrigue, The Grand Budapest Hotel est pourtant sa première œuvre à tout à fait embrasser le Vieux Continent. Le personnage de Ralph Fiennes fait ainsi figure de véritable note d'intention : tour à tour provocateur et gardien de l'Étiquette, romantique et fornicateur invétéré, courageux et lâche. Il incarne avec une grâce infinie la vision mélancolique d'une Europe disparue, dont la douce folie et la quête d'honneur seront écrasées par la cupidité et la barbarie industrialisées.

 

 

Image 679741Un peu de gâteau ?

 

Tout l'humour et la poésie que convoque habituellement le metteur en scène convergent ici jusqu'à une conclusion bouleversante, qui confère aux sourires qui l'ont précédé une dimension tragique implacable (comme dans La Vie aquatique). Si le rire est la politesse du désespoir, alors il convient de ne pas s'y tromper, le nouveau chef d'œuvre de Wes Anderson, sous ses dehors de fantaisie sucrée, est l'épitaphe d'une culture soldée par ses héritiers. Il est des oraisons funèbres plus émouvantes que les plus suaves déclarations d'amour.

 

 

Image 679737

Résumé

Une variation hilarante, poétique et poignante sur la Vieille Europe, portée par un casting en état de grâce. Chef d'œuvre. 

commentaires

Geoffrey Crété - Rédaction 16/09/2018 à 20:58

@Zanta

Et non. Comme d'hab, on vous dira petite équipe, priorités, ressources limitées...
Mais vous pouvez aller lire notre critique de son dernier, Première année.

https://www.ecranlarge.com/films/critique/1032504-premiere-annee-critique-sous-calmant

Zanta 16/09/2018 à 20:32

Pas de critique pour "Médecin de Campagne", ce soir sur F2 ?
Le film est sans doute le maillon faible de la trilogie médicale de son réalisateur, mais vaut le coup d'oeil.

alemax 26/01/2015 à 20:46

Beau, certes mais lent et barbant. J'ai tenu 45 minutes ...

votre commentaire