The Lunchbox : critique sans doggy-bag

Christophe Foltzer | 2 juillet 2017 - MAJ : 09/07/2018 11:45
Christophe Foltzer | 2 juillet 2017 - MAJ : 09/07/2018 11:45

Grand vainqueur du dernier Festival de Saint-Jean-de-Luz, The Lunchbox sort enfin dans les salles. L'occasion pour tout le monde de voir cette superbe histoire d'amour indienne bien loin des poncifs habituels.

B(H)OLLYWOOD ?

Car oui, autant vous prévenir tout de suite, ce film indien ne contient aucun moment dansé et chanté, ne vous tue jamais les pupilles avec des couleurs criardes, ne vrille jamais votre cerveau avec un humour culturellement incompatible avec le quidam français et surtout, surtout, il ne dure qu'1h40.

Bon alors, oui, on grossit volontairement le trait histoire de faire sauter quelques résistances et appréhensions parce que The Lunchbox propose probablement l'une des romances les plus touchantes de cette année et qu'il serait dommage de rater ça. Narrant les aventures d'une femme délaissée qui prépare chaque jour le repas de son mari et qui se rend compte que la fameuse lunchbox n'est pas livrée à la bonne adresse, le film est une habile histoire d'amour entre deux personnes enfermées dans leur solitude et qui vont apprendre à se connaître via des plats cuisinés et des petits mots subtilement planqués dans la nourriture.

De fil en aiguille un rapport très tendre se construit, sur lequel plane constamment la peur d'être déçu et de souffrir à nouveau mais qui balaye progressivement toutes les craintes sous l'intensité des sentiments. Le tout traité avec tellement de douceur et de sensibilité qu'il ne suffit que de quelques minutes au spectateur pour comprendre l'universalité de ce que l'on nous raconte ici, tout en étant conscient que le récit reste ancré dans une réalité culturellement et philosophiquement très marquée et que, situé ailleurs, il n'aurait probablement pas fonctionné aussi bien.

 

photoDistribution de courrier disruptive

BON APPETIT

Outre l'exotisme de la société indienne (pourtant très loin de l'image qu'en donne Bollywood par exemple), le métrage émeut grâce à ses comédiens parfaits, son ambiance (tant visuelle que musicale) léchée et sa maîtrise technique impressionnante pour un premier film. Car oui, au final, ce n'est que de cela qu'il s'agit, un premier film. Et on a peine à le croire tant Ritesh Batra fait d'ores et déjà preuve d'une maturité artistique estomaquante qui, on l'espère de tout cœur, lui garantira une très grande carrière.

N'évitant pas quelques clichés inhérents au genre de la rom'com, The Lunchbox les dépasse heureusement très vite pour se concentrer davantage sur ses personnages que sur de possibles situations comiques et/ou émouvantes et arrive avec une facilité déconcertante à nous faire passer toute l'émotion de son histoire par de simples gestes, de discrets sourires et de tendres regards.

 

photo

Résumé

On ne peut que reconnaître l'énorme réussite de la performance et vous conseiller d'aller voir ce film toute affaire cessante. En ce qui nous concerne, il se fait déjà une belle place dans notre Top 10 de 2013.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Ded
03/07/2018 à 08:15

Découvert par hasard et en dernière programmation fin décembre 2013 au cinéma "art et essai". Comme l'essentiel est bien résumé dans l'article et le commentaire précédent, anecdotiquement, je ne soulignerai que l'hallucinant support logistique façon "à pied, à cheval, en auto" assurant la livraison des repas dans les coins les plus reculés et le burlesque irrésistible des scènes où les paniers de la voisine, apparaissent et disparaissent à la fenêtre accompagnés de ses sages conseils. Sorte de voix céleste empreinte d'expérience et d'autoritarisme et dont la récurrence des interventions finit par devenir franchement hilarante. Eh oui ! parce qu'en plus d’être touchant c'est souvent drôle ! Pour ceux qui n'auraient pas la chance de le découvrir en salle, sur les éditions blu ray et DVD sorties en 2014, seul ce dernier support reste à prix abordable...

Zanta
02/07/2018 à 21:54

Excellent film, qui aurait mérité un succès commercial, en plus de son large soutien critique.

votre commentaire