Halloween 6 : La malédiction de Michael Myers - Critique

Tonton BDM | 3 juillet 2013
Tonton BDM | 3 juillet 2013

Quand on regarde la saga Halloween, initiée par le chef d'oeuvre de John Carpenter, on se rend compte que les problèmes ont commençé avec Halloween 4. Du niveau des pires navets de la saga Vendredi 13, les épisodes 4, 5 et 6 foutent la honte à Michael Myers.

L'épisode 6, Halloween 6 : La malédiction de Michael Myers en particulier (qui a failli être produit par Quentin Tarantino) est une nazerie intégrale, qui a le mérite, à l'instar d'un Vendredi 13 chapitre 5, d'être finalement assez drôle, dans la mesure où il est presque parodique. Doté d'un scénario un peu con, le film narre une histoire abracadabrante dans laquelle Michael Myers et sa nièce ont été kidnappés par une secte de sorciers qui les ont forcés à avoir un enfant ensemble. A ce point de départ se greffent plusieurs éléments tout aussi total nawak : la famille Strode refait son apparition, ainsi que Tommy, le gamin que gardait Laurie Strode dans le premier épisode.

Bref, on ne peut s'empêcher de trouver tout cela bien vain, d'autant plus qu'Halloween 6 : La malédiction de Michael Myers est le premier et le seul film de la série à être pensé comme l'inverse du premier volet en matière de mise en scène, et constitue en cela une sorte d'hérésie, à la façon du cinquième opus de Die Hard. Fini le scope de Big John et ses profondeurs de champ angoissantes, et place à un format 1.85 largement plus serré dans lequel les apparitions de Myers ne font même plus sursauter, et pour cause, l'espace à l'écran est tellement restreint que Myers ne peut être qu'à un seul endroit dans le cadre. Sa présence fantomatique, normalement angoissante, ne produit même pas du tout le même effet quand elle se fait dans un cadre hyper-rapproché. Et si la part belle est donc faite au personnage du tueur invincible, qui n'a jamais été si proche du spectateur, formellement parlant en tous cas, les amateurs de mise en scène, eux, font clairement la gueule.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.0)

Votre note ?

commentaires
Tom le Cinéphile
01/12/2014 à 17:21

Le succès escompté de Halloween 5 n'était pas vraiment au rendez-vous mais l'idée d'un sixième épisode n'était rejetée par les producteurs et il a fallut attendre 6 ans pour que le film se fasse.
On retrouve Jaimie LIoyde qui vient d'avoir un enfant et qui est enlever par une secte. Le jour d'Halloween, elle réussit à s'enfuir et Michael Myers est à ses trousses...

Du côté du casting, on retrouve Donald Plaesance dans le rôle de Loomis même si on regrette qu'il ne soit pas beaucoup présent dans le film. Danielle Haris par contre, à refusé de reprendre le rôle de Jaimie qui est confié à J.C Brandy qui, de toute façon, meurt au bout de 20 minutes.
Le personnage de Tommy Doyle, le petit garçon que gardait Laurie Strode dans le premier opus, est de retour sous les traits de Paul Rudd qui s'en tire assez bien même si il ne brille pas.
Kara Strode, la demi-sœur de Laurie, est interprété par Maria Hagan qui est très convaincante.
Un casting solide donc, pour ce sixième épisode.

Le scénario, écrit par un fan de la série, est extrêmement foulli car il intègre trop de personnages!
On rencontre toute la famille Strode qui est installée dans la maison des Myers avec une demi-soeur qui sort de nulle part et un voisin bizzard qui est en fait le mec qui était garder par Laurie dans le premier opus, bref, on y comprend pas grand chose!
Point noir.
Mais si on oublie ça, le scénario est bon et les personnages sympas.
Quoique l'histoire de la secte ne servait pas à grand chose...

La réalisation est très bonne et bien gérée par Joe Chappelle . Il nous offre de bons meurtres, originaux, gore et bien maîtrisée. Il arrive à créer une ambiance terrifiante et particulière, aidé par la musique qui à beaucoup changé (en bien) mais qui conserve toujours le Thème de John Carpenter.

EN BREF, Halloween 6 est un bon film d'horreur qui se classe a peu près au même niveau que Halloween, 20 ans après. A voir.
14 sur 20.

votre commentaire