After Earth : critique

Laurent Pécha | 30 mai 2013 - MAJ : 09/03/2020 23:23
Laurent Pécha | 30 mai 2013 - MAJ : 09/03/2020 23:23

Après plusieurs déconvenues et notamment un Dernier maître de l'air totalement raté, la cote de Shyamalan n'était pas des plus hautes. Son retour dans un film de SF avec Will Smith n'excitait donc pas plus que ça. Au mieux, on se disait qu'il servirait d'apéritif avant la déferlante estivale (Stark Trek 2, Pacific rim, Elysium, Riddick,...). Bingo !

After earth est une nouvelle démonstration que le génial auteur d'Incassable n'est plus que l'ombre de lui-même. Sur une histoire non signée de ses mains - une première chez le cinéaste même s'il reste l'auteur du scénario -, venue de l'imagination de son acteur principal et producteur, Shyamalan signe une œuvre que les plus conciliants qualifieront de suicidaire. On imagine bien la gueule quelque peu déconfite des exécutifs de Sony à la vision d'un film qui joue la carte de l'intime et de l'action minimaliste - toutes les séquences d'action sont dans la bande-annonce. De son propre aveu, l'auteur de Sixième sens ne filme que des drames et n'entrevoit son processus créatif que dans cette optique. C'est dire à quel point ce survival dans la jungle inhospitalière qu'est devenue la Terre laisse avant tout place au véritable projet artitisque de Shyamalan : la naissance de liens véritables entre un père et son fils.

 

Photo Jaden Smith, Will Smith

 

Et c'est bien là l'autre suicide du réalisateur : sa star, que tout le public rêve de voir en mode Je suis une légende, se la joue interprétation minimaliste. Will ne quitte ainsi jamais son fauteuil une fois l'accident survenu et se contente de guider son fils par la parole. C'est donc Smith Junior qui se retrouve aux commandes du blockbuster survival. A lui d'affronter en mode rookie les dangers de la planète avec la dextérité d'un gosse de 15 ans. Un sacré programme alléchant !!??!!! Sympa, le père Night ne le mettra jamais trop en danger. Quelques babouins par ci, un aigle pas si méchant que ça, un tigre aussitôt arrivé aussitôt parti et la fameuse menace invisible, un monstre d'une rare banalité que le garçon devra éliminer pour montrer à son papa qu'il est devenu un homme.

 

 

photo, Jaden Smith

 

Produit par l'intégralité de la famille Smith (mari, femme, beau-frère) pour continuer à permettre au fiston de s'amuser pendant les vacances scolaires et éventuellement prendre un jour la relève d'un papa visiblement plus trop concerné par certains aspects du divertissement familial, After earth met à l'amende tous ceux qui rêvent d'un récit SF spectaculaire. En comparaison, le récent Oblivion passe facilement pour un ultra efficace rollercoaster. Et si ce dernier avait pour lui une direction artistique hors pair, c'est loin d'être le cas ici ne se démarquant jamais de ce que le genre a pu proposer par le passé, se contentant, dans ses meilleurs moments, de recréer un univers visuel des plus anodins. Si le bonhomme avait échappé au bide avec les recettes mondiales du Dernier maître de l'air, il risque fort de ne pas renouveler l'exploit une seconde fois.

PS : ce n'est pas un film à twist !

 

Affiche

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(1.0)

Votre note ?

commentaires

Olivier
18/04/2016 à 12:49

Encore une critique WTF très condescendante comme d'habitude. Quand c'est un
Blockbuster d'action y a bêtement de l'action sans scénario, quand c'est un film plus intimiste alors y a pas assez d'action. N'importe quoi sérieux. Allez un peu au delà sérieux

votre commentaire