Contact : critique venue d'ailleurs

Guillaume Meral | 15 février 2013 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Guillaume Meral | 15 février 2013 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Film sous-estimé s'il en est dans la filmographie de son auteur, Contact paye encore aujourd'hui le prix des idées préconçues qui se sont abattues sur lui à sa sortie.

Accusé de faire le lit du prosélytisme religieux (preuve en est l'implication de Jodie Foster, grande illuminée de Dieu comme chacun sait...), de trimballer un propos engoncée dans un prêt-à-penser new age où de se complaire dans le même idéalisme soi-disant naïf que certains reprochaient déjà à Forrest Gump, Robert Zemeckis s'est vu en outre contesté par certains la mainmise sur le résultat, qui serait tributaire en partie du travail de George Miller avant que celui-ci ne passe la main. Adapté du premier roman de Carl Sagan, scientifique renommé et reconnu pour la création du programme SETI de recherche intelligence extraterrestre et co-fondateur de l'exobiologie (étude des facteurs et processus pouvant mener à l'apparition de la vie), Contact raconte l'histoire d'Ellie Harroway, jeune chercheuse captant un signal extraterrestre sur des ondes satellites. A mesure que la nouvelle se propage, c'est toute la planète qui s'engage au diapason de sa découverte...

 

Photo Jodie Foster

 

De par la nature même de l'histoire, Zemeckis prêtait le flanc aux polémiques de toutes sortes avant même que le premier coup de manivelle ne soit donné. De fait, comme pour honorer l'esprit scientifique de son origine littéraire, Zemeckis rationnalise ce qui appartient au domaine du merveilleux en extrapolant les conséquences de cette découverte sur la planète entière.

En lieu et place de l'état de béatitude général (« l'optimisme naïf » en prend pour son grade) d'une humanité prête à faire front commun devant le caractère extraordinaire de l'aventure, le film dépeint avec l'objectivité d'une étude anthropologique les passions déchaînées par ce contact, de l'effervescence de l'intégrisme religieux en passant par de basses considérations politiques, sans compter sur le poids des questionnements spirituels induites par cette rencontre imminente (comme si les extraterrestres nous observaient à travers l'objectif de Zemeckis en somme).

Là réside l'un des partis-pris les plus forts du long-métrage : intégrer les composantes du patrimoine culturel et historique de l'humanité mis en jeu dans un vaste capharnaüm organisé,  comme des ondes radios qui se télescoperaient dans l'espace et au sein duquel chacun essaie de trouver sa place pour rendre audible ses aspirations, l'héroïne en premier lieu.

 

Photo Jodie Foster, Tom Skerritt

 

Or, c'est ici que les talents de narrateur atypiques de son auteur entrent en jeu, à travers le numéro d'équilibriste assez hallucinant entre le macroscopique et l'intimiste (le point de vue d'Ellie, interprétée avec fièvre par Jodie Foster), chacune des dimensions se nourrissant l'une à l'autre pour finalement ramener les thématiques traitées au merveilleux de l'expérience vécue d'un personnage.

Ainsi, au-delà de ses idées visuelles les plus fortes (notamment l'ouverture), c'est au sein même de chacune de ses scènes que Robert Zemeckis cristallise son sujet, conciliant comme à son habitude les effets visuels les plus novateurs (le visage de Jodie Foster lorsqu'elle se retrouve dans le vortex, agencement numériques de différentes expressions de l'actrice) avec l'usage d'éléments de grammaire antédiluviens au sein de dispositifs scénographiques n'appartenant qu'à lui (voir le déplacement des acteurs dans le cadre, qui semblent rechercher le meilleur endroit pour « émettre » leur avis).

 

Affiche

Résumé

Contact fait partie de cette catégorie très restreintes de films qui traduisent non seulement  les thématiques les plus complexes au sein d'idées visuelles d'une évidence foudroyante, mais se payent en sus le luxe de mettre en scène avec ostentation les questionnements les plus universels de la condition humaine avant de les cristalliser sans prévenir dans l'expérience vécue de l'individu. Une bien belle manière de célébrer l'imaginaire et les convictions qui en émanent.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.7)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire