Critique : Mais qui a re-tué Pamela Rose ?

Louisa Amara | 5 décembre 2012
Louisa Amara | 5 décembre 2012

Keuuuuuuuwa ? On a re-tué Pamela Rose ! Ils reviennent et ils ne sont pas contents ! C'est par ces  mots que pourraient commencer la suite des aventures de  Richard Bullit et Douglas Riper, les meilleurs agents du FBI des Etats Unis of America. Bon si déjà vous êtes atterrés par ces roucasseries et références cinématographiques, passez votre chemin. Si vous êtes intrigués et prêts à rire des jeux de mots et gags les plus aberrants, bienvenue dans le monde de Kad Merad et Olivier Baroux, alias Kad & O.

Avant de devenir les comédiens, réalisateurs à succès que l'on sait, Kad et Olivier étaient deux fous furieux officiants auprès de Jean Luc Delarue sur France 2 puis de Dominique Farrugia sur Comédie. Sur cette chaîne, laboratoire de l'humour, ils inventèrent notamment le Kamoulox, jeu incompréhensible, et tout un univers inspiré des films et séries US, l'esprit « Pamela Rose » était né (au passage on remercie aussi Dominique Farrugia d'avoir révélé les Robins des bois, Jonathan Lambert, Cyril Hanouna et tant d'autres. Dominique, on t'embrasse).

Kad, dans la peau de l'agent Bulitt (hommage appuyé à Steve Mc Queen) et Olivier dans celle de Riper, plus réfléchi mais tout aussi barré, eurent donc leur long-métrage en juin 2003, Mais qui a tué Pamela Rose ?. Film qui, avec le temps, est devenu culte pour les amateurs d'humour absurde et potache, presque au même titre que La Cité de la peur, des Nuls, toute proportion gardée. Le film sous forme d'enquête policière à Ploucland par des bras cassés aussi drôles qu'attachants semblait parfois à l'étroit dans des décors pas assez encore assez grands pour les ambitions et l'imagination de ses auteurs.

C'est aujourd'hui chose faite, près de 10 ans après, on a donné presque carte blanche à Kad et Olivier désormais réalisateurs du film. Ainsi, s'ils ont envie de faire durer un gag plus que de raison, comme le font Matt Stone et Trey Parker, créateurs de South Park, ils le font ! Kad et O se lâchent, à fond, jusqu'au bout du rire, s'entourant de seconds rôles ravis de participer à ce big bazar humoristique : Audrey Fleurot, (Kaamelott, Intouchables), Omar Sy, et Laurent Laffite, alias le sosie de Michel Leeb jeune. C'est si frappant que les réalisateurs lui font arborer ce sourire niais et forcé pendant tout le film, et les coupes de cheveux les plus improbables, histoire de renforcer son côté tête à claque. Et ça marche !

Rappelons que la prise de risque était tout de même réelle, le premier film étant un poil loin dans la mémoires de certains (beaucoup ?). Kad n'a plus rien à prouver dans le registre comique et dramatique. Olivier se plait dans la réalisation. Leurs retrouvailles devant et derrière l'écran allaient-elles fonctionner aussi bien ou mieux encore, la magie serait-elle au rendez-vous ? A l'instar de Les Bronzés font du ski, trois fois meilleur (au moins) que son prédecesseur, Mais qui a re-tué Pamela Rose s'avère plus drôle, délirant, osé que le premier. Les raisons ? Elles sont multiples : un scénario qui tient la route, de nombreux rebondissements, un jeu constant avec le public et avec la grammaire cinématographique (« Bullit, on est à la moitié du film et tout va bien, quelque chose de grave nous attend »).

Tout à la fois hommage au cinéma et aux séries américaines, ode à l'humour absurde, plaisir de se retrouver et de retrouver le public, Mais qui a re-tué Pamela Rose est une vraie pilule de bonne humeur à consommer sans modération. Pour une fois qu'une phrase toute faite peut être vraiment utilisée à bon escient, on ne va pas sans priver ! 

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire