Critique : Cold blood

Perrine Quennesson | 5 septembre 2012
Perrine Quennesson | 5 septembre 2012

Blackbird comme signe d'un mauvais présage. Blackbird comme celui qui va amener le chaos. Blackbird pourrait être un mélange entre deux expressions : " mauvais endroit, mauvais moment " et " le linge sale se lave en famille ".

Blackbird se passe au moment de Thanksgiving, une fête traditionnellement très famille-famille. C'est ce contexte assez judicieux (et presque ironique) que le réalisateur Stefan Ruzowitsky choisit pour nous exposer ce pot pourri des relations familiales conflictuelles : un frère et une sœur esseulés dont la relation dominant/dominé et sexuée est troublante, un fils sorti de prison cherchant à s'amender auprès d'un père blessé avec une mère qui fait le tampon et enfin une fille qui tente désespérément de trouver grâce aux yeux d'un papa meurtri par le départ de sa femme. Ces « clichés » du cinéma vont se retrouver confrontés les uns aux autres pour s'entraider à se résoudre jusqu'à une situation finale inextricable. A ce moment-là, impossible de se cacher derrière les problèmes des autres : la solution ne peut venir que des acteurs du conflit eux-mêmes, pas de l'extérieur.

Ce chassé-croisé des histoires de famille se déroule dans le grand nord des Etats-Unis. Il neige, le blizzard fait rage : un climat plutôt bien choisi qui pousse les personnages à se séparer mais également à se rapprocher de façon inattendue. Bien filmés, ces paysages d'une blancheur éclatante font écho à l'apparence policée de nos anti-héros qui cachent bien des secrets. Mais le film, violent sur les rapports familiaux, l'est également à l'écran. Eric Bana (qui semble s'éclater) est d'ailleurs particulièrement agressif et brutal comme s'il n'avait rien perdu de ses aptitudes depuis le Hanna de Joe Wright.

Assez court, Blackbird compense son manque d'originalité et ses quelques facilités par un rythme très soutenu, des scènes d'actions efficaces, une violence surprenante et un casting parfait à l'exception de Charlie Hunnam (Sons of Anarchy).

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire