Critique : Je me suis fait tout petit

Laurent Pécha | 11 juillet 2012
Laurent Pécha | 11 juillet 2012

Pour son premier film, Je me suis fait tout petit, après une solide expérience d'assistante-réalisatrice, Cécilia Rouaud opte pour le canevas confortable en apparence de la comédie romantique. Avec son héros, formidablement attachant malgré ses innombrables défauts, en quête de renouveau (Denis Ménochet), la cinéaste pose les bases du genre mais dans une toute autre réalité. Ou plutôt dans notre réalité quotidienne, celle des familles éclatées et recomposées. Son Yvan, elle ne le ménage jamais et ne cache pas ce qu'il est vraiment : un homme n'ayant pas fait le deuil de son mariage raté au point de ne plus avoir de vraies relations avec ses deux filles adolescentes parties vivre, en désespoir de cause, chez leur tante. Un sacré looser mais pas un looser de cinéma. Yvan n'est pas là pour faire rire la galerie et le film de garder un ton réaliste mais jamais sordide pour montrer la renaissance d'un bon gars qui n'a finalement pas vraiment fini de grandir et qui va trouver son équilibre au contact d'un gamin, demi-frère de ses filles, né de l'union de son ex qui a décidé de lui laisser... Oui, ce n'est pas facile à suivre mais bienvenue dans les relations du 21ème siècle !

Sans jamais oublier de faire du cinéma - on est loin techniquement et narrativement de ce que le genre propose en général en France -, Cécilia Rouaud s'appuie considérablement sur ses comédiens pour faire naître l'émotion et le rire. Et elle aurait tort de se priver tant son casting le lui rend magnifiquement bien. A commencer par Denis Ménochet. Après le beau rôle dans Les Adoptés de Mélanie Laurent, le comédien prouve avec brio qu'il a la carrure pour porter un récit de bout en bout (messieurs les producteurs, on prend note, merci). A ses côtés, les seconds rôles donnent un sel délicieux à l'histoire. De Léa Drucker en sœur au grand cœur mais névrosée aux jeunes actrices interprétant les filles avec un naturel étourdissant en passant par Vanessa Paradis, jeune mère célibataire gaffeuse et farfelue qui va faire renaître le désir chez Yvan, le récital de jeu s'avère impeccable.

Sortant au cœur de l'été avec une concurrence féroce, il serait bien dommage que  Je me suis fait tout petit, film délicat, sensible et touchant, porte en son titre un signe précurseur de sa carrière en salles. A bon entendeur !

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire