Perfect sense : Critique

Nicolas Thys | 28 mars 2012 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Nicolas Thys | 28 mars 2012 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Perfect sense réussit le tour de force d'être à la fois un film dans l'air du temps mais aussi totalement singulier. Dans l'air du temps car on peut le voir comme un film sur la fin du monde, même s'il ne s'agit en fait que de l'humanité. Et singulier par sa force poétique, sa façon de tendre vers le mélodrame, sa simplicité déconcertante et son retour à la source de chaque émotion. Car finalement si le film de David MacKenzie est aussi tragique ce n'est pas tant parce que les humains n'ont plus aucune chance ni aucun espoir de survie que parce que le destin de deux individus est intimement lié à cette tragédie et que le drame et les tensions intérieures qui les avivent font totalement écho au déchainement du monde qui les entoure.

Les passions sont destructrices, mais eux se construisent dans leur amour pendant que l'humanité voit son chemin se terminer. Comme si la fin des temps pour les humains leur permettait de s'unir et de vivre pleinement une dernière fois. Brutalement et avec douceur, lentement et rapidement à la fois. On nage ici dans le rêve et la réalité, dans un monde aux lumières très vives, très marquées, que d'aucun pourrait trouver réalistes alors qu'elles ne le sont pas. Elles portent en elles une certaine image du monde dans sa volupté, sa torpeur, son amour, sa peur, sa tristesse et sa haine.

 

photo, Ewan McGregor

 

Et l'un des points forts du film c'est d'amener cinématographiquement le spectateur vers la perte de tous ces sens, vers ces émotions tout en restant devant un écran plat, sans fioriture. Nous vivons le film et il parvient à nous faire ressentir ces pertes de sens et ce flux de vie incontrôlable qui les précède. D'abord grâce à la profession d'Ewan McGregor. Il est cuisinier dans un restaurant : il cultive le goût, l'odorat, mais aussi le toucher, les textures et surtout il partage. Car la cuisine ne se vit jamais seul. Il est celui qui peut rebondir car il n'a pas besoin d'expliquer ce qui se passe mais simplement de se concentrer sur les sens qui lui restent. Il est la sensation face à Eva Green, l'épidémiologiste, la scientifique qui refoule ses sentiments et qui parlent aux gens derrière des vitres et qui sera la raison. Mais une raison vacillante, comme le monde qui l'entoure et cette maladie qui ravage tout.

 

photo, Eva Green

 

La poésie du film tient également beaucoup à sa forme. A sa musique, merveilleuse, ces quelques notes de piano si belles et qui collent parfaitement à l'atmosphère pour mieux la travailler. Elle tient aussi à ces images qui bougent et qui parfois s'arrêtent dans des poses photographiques qui offrent plusieurs perspectives. C'est déjà un rappel fort à La Jetée de Chris Marker auquel on songe indéniablement à plusieurs reprises. Mais la photo face au cinéma c'est également la mort, l'arrêt du mouvement, de la vie. Et pris dans un flux d'images en mouvement, ces arrêts sont d'autant plus visibles comme annonciateur d'un monde déjà mort, d'un futur impossible. Mais ces moments gravés nous font pénétrer dans l'intime, dans une autre sphère, celle du couple et des individus tous différents qui peuplent ce monde. On pénètre dans ces clichés en surface mais assez pour qu'ils puissent nous apprendre davantage sur l'homme que tous les mouvements de foule.

 

Affiche française

Résumé

Le film navigue donc sur différents registres : l'intime et l'universel, le mouvement et l'immobilité, les sensations face à la raison. Et surtout il renouvèle en l'associant à une tragédie universelle, cette dimension de l'amour qu'on oublie trop : celle des sens, de la sensualité, du corps fragile et éphémère et il nous fait entrer au cœur de ce dernier sens dont on ne saura jamais s'il aura été perdu lui aussi : le toucher. Le sens le plus important. Et, au final, en racontant l'histoire d'un monde perdu depuis le futur utopique de la voix off très présente, Perfect sense parle simplement de la vie, de ces éphémères beautés qu'elle offre et retire, et de notre insignifiance face à cette nature qui nous donne tout sans que nous ne sachions en jouir.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires
Camille
28/10/2020 à 21:27

Un film que je découvre et qui fait forcément écho à la crise sanitaire actuelle. Poignant, poétique, comme votre critique.

votre commentaire