Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne - critique qui en pince (d'or)

Mise à jour : 26/02/2019 21:52 - Créé : 17 février 2018 - Simon Riaux
Simon Riaux | 17 février 2018 - MAJ : 26/02/2019 21:52

Rêvée par Hergé, fantasmée par Steven Spielberg, crainte par des millions de lecteurs, l'adaptation cinématographique Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne est finalement devenue une réalité.

photo
219

LE RÉALISATEUR À LA CAMÉRA D'OR

Il ne faudra pourtant au metteur en scène Steven Spielberg (et son acolyte Peter Jackson) guère plus qu'une poignée de secondes pour faire voler notre circonspection en éclats. Son film s'ouvre sur un hommage sincère et brillant à Hergé, qui n'oublie pas dans son absolue déférence, d'afficher haut et fort une ambition folle, celle de se hisser au niveau de son modèle, et de faire coexister ces deux visions jusqu'à les mêler intimement. Un objectif atteint dès l'ouverture, dont les images somptueuses et les plans virevoltants ne s'avèreront qu'un avant-goût de la déferlante qui va s'abattre sur le spectateur.

 

Image 564210En avant mon vieux Milou !

 

On craignait beaucoup d'un scénario piochant dans trois albums différents (Le Secret de la Licorne, Le Crabe aux pinces d'or et Le Trésor de Rackham le Rouge), obligé de multiplier les personnages, d'enchaîner les situations à toute vitesse, tenu à un grand écart à priori impossible : concilier la Grande Aventure et la candeur lumineuse d'une oeuvre connue de tous. C'est le défi qui est ici relevé grâce à la complicité quasi fusionnelle entre Jackson et Spielberg.

La folie de l'un équilibre la rigueur de l'autre, les outrances paroxystiques du premier contrebalancent la naïveté revendiquée du second. La technique est à l'avenant et confirme que la performance capture était incontestablement le choix le plus judicieux, tant chaque texture, couleur, lumière semble littéralement jaillir des planches de Hergé, sans entamer le sentiment de crédibilité qui émane de l'ensemble. Quant à l'animation, elle ne sombre jamais dans les tréfonds de l'uncanny valley, et épouse à merveille le sens du mouvement typique de la bande dessinée.

 

Image 575167Un film riche en textures lumineuses

LE SECRET DE LA 3D MAGISTRALE

Mais la réussite la plus flagrante de ces Aventures de Tintin, bien plus que leur accomplissement technique ou leur écriture ciselée, c'est leur mise en scène, magistrale de bout en bout. Steven Spielberg retrouve enfin le souffle épique qui faisait si cruellement défaut à Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal. Les innombrables scènes d'action n'impressionnent pas seulement par leur démesure, mais surtout par leur science aiguë du découpage. Si la caméra s'autorise d'impossibles envolées, de superbes mouvements, elle ne le fait jamais au détriment du découpage, dont la pertinence est encore rehaussée par une 3D d'excellente facture.

 

Image 563569Prenez ça les moules à gaufres !

À ce titre, le délirant plan séquence de près de trois minutes, qui amènera nos héros à littéralement ravager une ville tout entière, est un morceau de bravoure sidérant, la preuve du formidable travail accompli ici par le metteur en scène, qui parvient à coupler la liberté absolue fournie par la performance capture aux exigences de rigueur et précision d'un cinéma à l'ancienne. Le rythme effréné des péripéties affole, leur agencement millimétré leur confère une lisibilité et un impact qui confine au virtuose.

 Image 573988Dupond et Dupont en action

Bien qu'on est saisi par la truculence de tous les personnages, de l'impérial Haddock en passant par les impayables Dupond et Dupont, on ne peut s'empêcher de regretter un peu l'absence de Tournesol, d'autant que l'ensemble manque d'émotion. La faute à Hergé pourrait-on dire, toujours est-il que l'absence de présence féminine à l'écran se fait encore plus cruellement sentir que sur papier.

 

On pardonnera néanmoins cet écueil au film, tant ce refus de céder aux sirènes du divertissement mainstream consacre Les Aventures de Tintin comme un film résolument à part, dont l'apparente universalité dissimule un univers profondément unique et dont la féérie se trouve ici magnifiée. Un enthousiasme que la version originale du film risque cependant d'atténuer, les plaisantes performances du casting étant amoindries par l'anglicisation inévitable des patronymes et noms propres. L'amateur de V.O. perdra donc une partie du charme nostalgique que le film ne tente pourtant pas d'étouffer.

 

 

Image 567366

 

Résumé

Les Aventures de Tintin ne sont ni la trahison redoutée, encore moins un Indiana Jones déguisé, et certainement pas une vulgaire vitrine technologique. Spielberg est parvenu à accoucher d'un film de grande qualité, à la frontière des genres et des supports, auquel il est bien difficile de résister. Bien plus qu'un hommage, son film est une oeuvre autonome et terriblement ambitieuse, qui amènera tout ceux qui n'éprouvaient devant les travaux de Hergé qu'un ennui poli, à réviser leur jugement.

commentaires

Rudy Mako
20/02/2019 à 18:11

Ce film est un plagiat d'Indiana jones. Aucune inventivité, rien de surprenant et la 3d est inutile

Hakimbey
18/02/2019 à 11:24

Y Boy Pour pas qu'il y ait de malentendu, j'apprécie beaucoup Spielberg et son travail en général mais là je trouve qu'il c'est bien planté. J'aurai peut dû modérer mon propos dans mon dernier message et dire que Spielberg aurait gagné à adopter un point de vu plus européen pour cette oeuvre en particulier

Y Boy
18/02/2019 à 11:05

Hakimbey, cet argument éculé ne tient pas la route. C'est comme si tu reprochais à un blanc d'avoir fait "la couleur pourpre", à un vieillard d'avoir fait "ready player one", ou un humain d'avoir fait "rencontres du 3ème type".

Hakimbey
18/02/2019 à 08:20

Ce film est un bon Indiana Jones mais un mauvais Tintin. Des scènes d'actions lourdingues et un humour américanisé qui ne rend pas hommage à l'oeuvre de Hergé. C'est peut être même le ça le fond du problème, Spielberg est beaucoup trop américain pour s'approprier un héro européen.

Jojo
17/02/2019 à 20:30

Le "vrai" Indiana Jones 4 ;)

Julien
17/02/2019 à 19:40

Vu a l époque au ciné, j avais adoré alors que j suis pas fan de la bd. C est ce que Spielberg fait de mieux, actions, plans séquences inventifs, humour sympa. J adore .vivement la suite un jour peut être

votre commentaire