Critique : Un jour

Laure Beaudonnet | 19 août 2011
Laure Beaudonnet | 19 août 2011

Une histoire d'amour vue par Lone Scherfig a au moins le mérite d'éviter l'écueil du larmoyant. Dans son précédent opus, Une éducation, elle analysait la brutalité du monde des adultes pour une adolescente. Cette fois, elle adapte le roman de David Nicholls, la relation entre Dexter, un garçon issu d'un milieu aisé, talentueux et survolté, et Emma, une jeune fille studieuse et complexée. Une nuit passée ensemble à l'occasion de la remise des diplômes universitaires scelle leur amour. On suit vingt ans de désaccords, de complicité et de dépendance mutuelle à travers le prisme du jour de leur rencontre : le 15 juillet.

Certes, le public saisit rapidement l'enjeu de cette fausse amitié dont la finalité réside dans la consommation de l'idylle potentielle. Une romance reste une romance et ses ficelles sont rarement tissées avec subtilité. Un jour ne déroge malheureusement pas à la règle : que l'on puisse ou non prévoir la trajectoire de Dexter et d'Emma dans le détail, on peut miser sur l'expérience tardive d'une épiphanie pour ce jeune prétentieux. Cela dit, Lone Scherfig excelle dans la manière de dérouler cette intrigue, servant des personnages suffisamment complexes pour éveiller de l'intérêt. Elle dépeint vingt ans de tumultes à l'aide d'une seule journée par an et, cela, sans créer le moindre ennui. Alors qu'Anne Hathaway surprend dans le rôle de l'intellectuelle à l'humour caustique, Jim Sturgess semble reprendre le flambeau de Hugh Grant dans la peau du tombeur mégalomane.

L'attachement aux personnages se tisse subrepticement et on se surprend à rire souvent. On prie pour qu'Emma laisse éclore la femme épatante qu'elle s'éreinte à étouffer et pour que Dexter finisse par prendre conscience de la vacuité de son existence. Loin de la comédie romantique, Un Jour est un film crépusculaire qui tombe brutalement dans le drame. Peut-on trouver plus poétique qu'un amour tragique ? Malgré une fin légèrement poussive, le film épargne son public de toute mièvrerie triviale.    

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire